Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Communisme. L’Italie se souvient du massacre de Foibe

Le samedi 10 février 2024, Giorgia Meloni a rendu hommage aux victimes des massacres de Foibe, perpétrés par les communistes yougoslaves pendant et juste après la Seconde Guerre mondiale, lors d’une cérémonie solennelle à la Foiba de Basovizza. Ce seul fait est digne d’intérêt, car c’est la première fois qu’un premier ministre italien assiste à une cérémonie en mémoire des milliers d’Italiens tués et des centaines de milliers d’autres qui ont dû s’exiler. “Je suis venu ici quand j’étais enfant, se souvient Meloni, alors que peu de gens le faisaient, parce que cela signifiait être pointé du doigt, accusé, isolé. Les victimes ont été oubliées et les exilés ont été répudiés dans leur propre pays pendant des décennies. La commémoration officielle n’a eu lieu qu’il y a vingt ans. Par sa présence, Meloni a voulu s’acquitter d’une dette historique : “La patrie est la famille du cœur ; vous donc, qui avez défendu et aimé cette patrie et avez ainsi contribué à la construire, vous êtes notre famille”.

Foibe, un peu d’histoire…

L’Istrie, le Fiume et la Dalmatie, où la population italienne était majoritaire, ont été rattachés à l’Italie après la fin de la Première Guerre mondiale. Mais après la défaite du fascisme, ils ont été intégrés à la Yougoslavie en février 1947, à la suite des traités de paix de Paris. En conséquence, la population italienne a été forcée de quitter ses terres et ses maisons. Dans ce qu’on a appelé l’exode istro-dalmate, quelque 300 000 à 350 000 Italiens ont quitté la région. Par exemple, la ville de Pola (aujourd’hui Pula, en Croatie) comptait 33 000 habitants en février 1947 ; après l’exode, il n’en restait plus que 3 000.

Les Italiens étaient bien conscients de ce qui les attendait sous le régime communiste, car ils avaient subi des persécutions de la part des partisans de Tito depuis la fin de l’année 1943. Au début de l’après-guerre, les partisans ont assassiné des milliers de civils italiens dans le cadre d’une campagne de nettoyage ethnique – hommes, femmes et enfants – sous prétexte qu’ils étaient des “partisans” du fascisme. Les chiffres varient de 5 000 à 10 000 morts, mais certains historiens avancent le chiffre de 15 000. Les victimes ont été abattues ou jetées vivantes dans des gouffres naturels appelés “foibe”, très nombreux dans la région : on en dénombre plus de 1 700 dans la seule région de l’Istrie, dont certains atteignent jusqu’à 200 mètres de profondeur.

Parmi les milliers de victimes, plusieurs noms symbolisent l’horreur de ce qui s’est passé dans les foibe. Parmi eux, deux prêtres, Angelo Tarticchio et Francesco Bonifacio. Le père Tarticchio, curé de Villa di Rovigno en Istrie, a été arrêté par les partisans en septembre 1943. Il a été torturé, tué et jeté avec 43 autres prisonniers dans la carrière de Lindaro. Son corps est retrouvé deux mois plus tard, entièrement nu et castré, avec une couronne de fil de fer barbelé sur la tête. Le père Boniface, aumônier de Villa Gardossi en Istrie, est arrêté le 11 septembre 1946 par les gardes du peuple. Il a été torturé, lapidé, poignardé et son corps, qui n’a jamais été retrouvé, a été jeté dans la foiba de Martines. Le 4 octobre 2008, le père Bonifacio a été béatifié à Trieste par Benoît XVI.

Mais s’il est un visage et un nom qui incarnent le foibe pour les Italiens, c’est bien celui de Norma Cossetto, une étudiante de 23 ans emprisonnée pour avoir refusé de collaborer avec les partisans et de dénoncer ses compatriotes. Elle a été torturée et violée à plusieurs reprises et, le 5 octobre 1943, les partisans lui ont coupé les seins avant de la jeter vivante dans une fosse avec trois douzaines d’autres prisonniers. Ses restes ont été exhumés une semaine plus tard. L’image de la jeune femme souriante est devenue le symbole de sa victoire sur ses assassins, et des rues et des plaques dans toute l’Italie portent son nom. Pourtant, il aura fallu attendre plus de 60 ans pour que cela se produise.

Malgré les crimes de Foibe et de Bleiburg, et les nombreux autres crimes commis pendant et après la guerre par les communistes yougoslaves, les puissances occidentales voyaient dans le gouvernement de Tito un allié potentiel. Tito ne voulait pas que la Yougoslavie devienne un satellite de l’Union soviétique et n’a donc pas adhéré au Pacte de Varsovie. Le gouvernement italien a ignoré les témoignages gênants des rapatriés et a oublié les foibe, les victimes et les exilés. Il les a oubliés au point que, le 2 octobre 1969, le principal responsable des massacres et de l’exil, le maréchal Tito, a été décoré de l’Ordre du mérite de la République italienne par le président socialiste Giuseppe Saragat. De plus, ceux qui osaient se souvenir du foibe – comme l’a souligné Meloni à Buzzovina – étaient taxés de radicaux et de fascistes.

Le communisme n’est pas encore mort

Tout a changé en 2004. Cette année-là, sous le gouvernement de Silvio Berlusconi, le parlement italien a institué le 10 février comme “Journée du souvenir” en mémoire des victimes du massacre des Foibe et de l’exode des Istriens et des Dalmates. Un an plus tard, la télévision italienne RAI a diffusé pour la première fois Il Cuore nel Pozzo (Le cœur dans le puits), un film qui raconte l’histoire d’enfants italiens fuyant les partisans de Tito. Le film a été diffusé en deux parties, les 6 et 7 février, puis le 10 février (dans une version abrégée), à l’occasion de la Journée du souvenir. Dix-sept millions d’Italiens ont vu le film et beaucoup ont découvert pour la première fois la tragédie oubliée de leur histoire. La même année, le président italien Carlo Ciampi a décerné à titre posthume la médaille d’or du mérite civil à Norma Cossetto. En 2011, les villes de Trieste et de Terni lui ont dédié une rue et, depuis, de plus en plus de villes ont inauguré des rues et installé des plaques commémoratives portant son nom ou dédiées aux martyrs des foibe. Fin 2018, un nouveau film sur les massacres de foibe, Rosso Istria (Terre rouge), est sorti et a été primé à la Mostra de Venise. L’Italie a retrouvé sa mémoire perdue.

Cependant, certains ont voulu garder la mémoire des foibe enterrée avec ses victimes. Bien que la gauche italienne ait initialement condamné le nettoyage ethnique, différents secteurs, en particulier les communistes, ont rapidement dénoncé la journée du souvenir comme une manipulation historique visant à criminaliser l’antifascisme. En conséquence, ils ont promu un négationnisme qui justifie les crimes ou minimise le nombre de victimes. En outre, l’extrême gauche a mené une campagne permanente de vandalisme et de moquerie à l’encontre des monuments dédiés aux foibe. Par exemple, en mars 2021, un collectif antifasciste a tapissé Gênes d’affiches et d’autocollants portant le message “Pas de foibe, pas de fête”. Cette année, alors que des radicaux de gauche manifestaient à Turin sous le slogan “Des partisans yougoslaves à la résistance palestinienne : [nous sommes] du bon côté de l’histoire”, la plaque dédiée aux victimes à Florence a été endommagée pour la deuxième fois en quelques jours – et elle a également été attaquée en janvier et en octobre 2023.

Les victimes des massacres des foibe sont une réalité inconfortable pour la gauche, et ni Elly Schlein du Parti démocrate, ni Giuseppe Conte du Mouvement 5 étoiles n’ont évoqué la journée du souvenir. Leur rejet se fait également sentir dans leur réticence à retirer les honneurs au dictateur yougoslave. Tito est Chevalier Grand-Croix de l’Ordre du Mérite de la République italienne depuis 1969, un honneur que Fratelli d’Italia et la Lega considèrent comme une insulte aux victimes. En février 2023, Walter Rizzetto (Fratelli d’Italia) a présenté un projet de loi visant à modifier la règle établissant l’Ordre des Chevaliers de la République, selon laquelle l’honneur ne peut être annulé pour les personnes décédées entre-temps. Il y a quelques jours, la commission des affaires constitutionnelles a débattu de la proposition de loi de M. Rizzetto et de deux autres propositions de loi de Massimiliano Panizzut (Lega) et Fabio Rampelli (Fratelli d’Italia). Toutes ces propositions visent à lever les obstacles juridiques qui ont empêché la suppression de l’honneur de Tito. Cependant, comme ce fut le cas une semaine plus tôt, la commission n’a pas été en mesure d’envoyer un texte final pour qu’il soit voté dans l’hémicycle, en raison des obstacles dressés par le parti démocratique. Il semble que, pour l’instant, il ne soit pas possible de revenir sur la décision infâme prise par les socialistes italiens en 1969.

La médaille de Tito est le dernier obstacle à la réparation des décennies de silence et d’occultation des victimes des foibe. Retirer l’honneur de Tito est un devoir envers toutes les victimes, après des “décennies impardonnables” de silence, comme l’a souligné Giorgia Meloni dans Basovizza. La journée du souvenir a été un outil fondamental pour sensibiliser les Italiens à cette partie tragique de leur histoire et, surtout, pour mettre fin à la distinction hypocrite entre les victimes de première et de seconde classe. Le souvenir est une mémoire historique “non pas pour rouvrir les blessures du passé, non pas pour diviser à nouveau, mais pour boucler la boucle, pour guérir cette honte et réparer ce sentiment de solidarité sur lequel se fonde toute nation”.

(The European Conservative, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

8 réponses à “Communisme. L’Italie se souvient du massacre de Foibe”

  1. Pschitt dit :

    Combien de ces proscrits la France a-t-elle accueillis au nom du droit d’asile ?

  2. Francesco dit :

    Grazie mille Georgia! Le “devoir de mémoire” ne doit pas être unilatéral et il faut toujours avoir à l’esprit que la mémoire n’est pas l’histoire, loin s’en faut, car elle n’est là que pour appuyer les -ismes dominant du moment.

  3. Prétet Yvette dit :

    Les communistes de Staline sont responsables de 5 millions de morts!…Les communistes français, eux, donnaient des armes aux terroristes du F.L.N. afin que ceux-ci tuent des ”civils innocents” et des soldats français! Pendant la seconde guerre mondiale: les communistes français étaient ”collabos” avec les nazis jusqu’à ce qu’Hitler rompe le ”pacte de non-agression” qu’il avait signé avec Staline!

  4. Noël Stassinet dit :

    Il faudrait envoyer ce texte au type de l’Élysée qui s’est fait le chantre du communisme face au Panthéon, ou au moins à celui qui lui a rédigé son texte. Ils ont oublié de parler des victimes de l’Épuration en 44/45 !
    Il n’y a pas eu de Nuremberg du communisme ! Et les assassins de l’abbé Perrot sont morts dans leur lit !

  5. kaélig dit :

    Finalement,le Communisme, tout comme l’Islamisme promettait une société de Paix et d’Amour

  6. Prétet Yvette dit :

    Noël Statsinet: je suis d’accord avec vous et je ne comprends pas pourquoi Macron a choisi un résistant ”étranger” communiste pour le faire entrer au Panthéon!…Des milliers de résistants français ont été fusillés par les Allemands et ils n’étaient PAS TOUS communistes! Dans le village de mon époux: il y en eu 5 et ils n’étaient PAS COMMUNISTES!…

  7. La Lande dit :

    Finalement ce qui se dégage de ces massacres des Foibes : c’est que l’esprit de Terreur, de l’homicide, pour établir la religion du communisme qui ne fonctionne pas (qui ne fonctionne jamais, malgré toutes les contorsions, les gesticulations intellectuelles de ses théoriciens) est une constante opérationnelle quels que soient les pays : Union soviétique, France, Italie… Toujours les mêmes pratiques, les mêmes crimes, les mêmes mensonges, et devant l’évidence des abominations commises, même à des siècles de distance… l’incapacité de reconnaître la vérité, de demander pardon. Une preuve singulière s’il en est, de l’esprit démoniaque qui habite les adeptes du communisme.

  8. Anteus dit :

    MR ou Mme La Lande : parfait. Vous avez tout dit.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, International

Italie. 8 000 clandestins supplémentaires ont débarqué en 20 jours

Découvrir l'article

Immigration, International

Italie. La démographie désastreuse justifie-t-elle le laxisme migratoire ?

Découvrir l'article

International, Politique, Santé, Société

L’Italie lance l’alarme contre le Fentanyl, la drogue des zombies potentiellement mortelle dès la première prise

Découvrir l'article

International

Invasion migratoire à Lampedusa. Plus de 1300 migrants ont débarqué sur la seule journée de samedi 23 mars 2024

Découvrir l'article

International, Politique

L’Italie bat le record des naturalisations au sein de l’Union européenne

Découvrir l'article

Economie, Immigration, International, Sociétal

Italie. Des extra-européens de plus en plus nombreux parmi les chefs d’entreprise, les Marocains en tête

Découvrir l'article

Immigration, International

Italie. Des radicaux d’extrême gauche font le coup de poing pour libérer un clandestin marocain criminel [Vidéo]

Découvrir l'article

Cyclisme, Sport

Cyclisme. Strade Bianche 2024. Parcours, start-list, présentation

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

A la découverte de Milan : joyau italien entre art et modernité

Découvrir l'article

Immigration, International, Social, Sociétal

Immigration économique. En Italie, record historique du nombre de migrants embauchés en 2023

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky