Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

“Fact-checkers” : à gauche toute !

La lutte contre les “fake news” est devenue une industrie (et une économie à base de subventions publiques et privées) florissante, mais la fiabilité de ces “décodeurs” est sujette à caution. En lisant en profondeur une étude réalisée par des « chasseurs de fake news » eux mêmes, on relève que 85% d’entre eux penchent à gauche, ce qui soulève des questions sur leur impartialité.

L’objectivité : une vue de l’esprit

La neutralité en journalisme est une illusion. Tout journaliste exprime son point de vue, influencé par ses connaissances et ses préjugés. La tromperie réside dans le fait de prétendre à une objectivité totale, occultant ainsi ses convictions. L’étude du journal scientifique Misinformation Review, a interrogé 150 experts de la “fausse information”. L’objectif initial était de comprendre pourquoi le public la croit et la partage.

Mais un élément crucial noyé dans les appendices de l’étude (page 15) révèle que 85% des experts interrogés se situent à gauche de l’échiquier politique. Un chiffre alarmant qui met en question l’impartialité de ces “décodeurs”. L’article note que le terme “désinformation” a connu une explosion médiatique après le Brexit et la victoire de Donald Trump, deux événements qui ont remis en cause la domination des médias traditionnels.

Ces 150 experts « Issus du monde universitaire » penchaient fortement vers la gauche de l’échiquier politique : très à droite (0), assez à droite (0), légèrement à droite du centre (7), centre (15), légèrement à gauche du centre (43), assez à gauche (62), très à gauche (21) selon leurs indications. L’une des principales conclusions de l’étude est que la quasi-totalité de ces experts en désinformation citent l’esprit partisan et le biais de confirmation comme les principales raisons pour lesquelles les gens croient et partagent des informations erronées. Quelle ironie ! Certes, les “experts en désinformation” en question ont été consultés spécifiquement pour cet article et ne représentent pas nécessairement les opinions éditoriales de la Misinformation Review. Mais alors, où étaient tous les experts conservateurs en désinformation que les auteurs de l’article n’ont pas interrogés ?

Ce n’est un secret pour personne que le vocabulaire de la désinformation, de la désinformation et de la malinformation a envahi le discours dominant avec vigueur peu après le Brexit et la victoire surprise de Donald Trump aux élections de 2016. La démocratisation de l’information sur l’internet – soutenue par l’essor des médias sociaux et du smartphone au milieu et à la fin des années 2000 – avait été beaucoup plus fructueuse que prévu. Par ailleurs, la confiance dans les institutions occidentales était en lambeaux comme le montrent le Brexit ou l’élection de Trump aux USA.

Avec l’aide du journalisme indépendant, les masses avaient commencé à se forger leur propre opinion, loin des récits omniprésents de la presse traditionnelle et de la bureaucratie. La crise sanitaire a en effet amplifié la méfiance envers les institutions et les médias officiels, poussant le public vers des sources d’information alternatives. Et a ouvert la voie à la tendance actuelle consistant à traquer non seulement les mensonges flagrants, mais aussi les informations susceptibles de dévier de la “ligne officielle”. Un glissement vers une pensée unique qui menace la liberté d’expression et le pluralisme.

Intolérable pour le système et les élites. Qu’il s’agisse de la folie de l’ère Covid-19, de l’acquisition de Twitter/X par Elon Musk ou de la tentative simultanée dans presque toutes les juridictions occidentales d’introduire des projets de loi sur la désinformation, des tsars de la désinformation ou des départements de la désinformation, la réaction, tardive, a été très puissante.

Et les « Fact-Checkers » font bel et bien partie de ces outils utilisés (et payés) par les systèmes, par les Etats, et par les grandes entreprises pour tenter de faire taire les voix indépendantes. En faisant passer toute information non officielle pour une fake news, en mélangeant des sujets n’ayant rien à voir les uns avec les autres (De la terre plate aux bases américaines en Ukraine…dont il était dit il y a encore deux ans que c’était du complotisme), en discréditant (agents de l’étranger, extrême droite…), et tout simplement, en appelant à la censure, et aux poursuites administratives et judiciaires.

Du côté de la France, les écoles de journalisme regorgent d’électeurs de Jean-Luc Mélenchon, pas de Jordan Bardella.. Quid d’une étude politique sur les fact checkers français  ?

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à ““Fact-checkers” : à gauche toute !”

  1. gautier dit :

    Pas la peine de faire une étude politique, il suffit d’écouter (si on le peut encore! ras le bol) notre Président et tous ses proches collabos ! le travail est fini!

  2. Jotglars 66 dit :

    Si vous avez la patience d’écouter France Inter ou les chaines publiques 1,2,3 et BFM TV vous avez une idée du journalisme gauchisant et aux ordres du pouvoir…..Les médias comme l’Université, l’Education Nationale, la culture sont devenus des territoires idéologiques tombés aux mains d’une gauche radicale.
    Les français ont tout compris en s’informant ailleurs sur le Net avec des journalistes compétents et pluralistes qu’on accuse de complotisme.

  3. Verdier dit :

    Une évidence que les “fast-checkers” ont le coeur, les idées, et les analyses qui penchent à gauche… Je les lis régulièrement, pour “m’amuser”, exercer mon sens critique… C’est du concret. Une évidence.

  4. Mandarin dit :

    Il faut boycotter toutes les chaînes publiques et fuir comme la peste BFMTV qui cire les pompes sans arrêt du politiquement correct et de l’idéologie gauchiste. Informez-vous sur le Net auprès de journalistes qui ne baissent pas le froc.

  5. patphil dit :

    est une infox (fakeniouze) tout ce qui n’est émis par la gauche, même la plus bête!
    exemple : poutine veut envahir l’europe! d’abord il n’en a pas les moyens, il n’est pas va t-en guerre,la preuve, il a signé les accords de minsk, zélinsky ne les a pas respecté, hollande et merkell ont bien dit pourquoi ils n’avaient rien fait etc.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Politique

Terreur politique en Belgique. Le maire turc de St Josse interdit une conférence avec Orban, Zemmour, Farage…

Découvrir l'article

ST-NAZAIRE

Spectacle de Dieudonné près de Saint-Nazaire : La liberté d’expression triomphe face à la tyrannie républicaine

Découvrir l'article

Sociétal

Russie/Otan : la guerre des trolls de l’information – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Economie

Fakenews, réseaux sociaux, vérité, quel est le problème ?

Découvrir l'article

Santé

Loi contre les dérives sectaires : un dangereux pas en avant vers la dictature

Découvrir l'article

Sociétal

CNews menacée de censure : qui sera le prochain ? – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Tribune libre

Désinformation et propagande, pendant les « fêtes de fin d’année »,ça continue

Découvrir l'article

Ensauvagement, Immigration, International, Justice, Politique, Sociétal

Liberté d’expression en Irlande. Elon Musk critique de nouveau la loi sur les « discours haineux » du gouvernement Varadkar

Découvrir l'article

International

Irlande. Le gouvernement remet sur la table sa loi contre « contre la haine », la plus répressive d’Europe, à la suite des émeutes contre l’accueil de migrants

Découvrir l'article

Sociétal

De la pensée unique au wokisme : faire face aux flics de la pensée

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky