Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Immigration : Le Texas veut se protéger contre les invasions à la frontière – Une décision importante sera rendue le 13 mars

La joie des Texans à la suite de l’arrêt rendu samedi dernier par une cour d’appel fédérale autorisant l’État à appliquer sa nouvelle loi stricte sur l’immigration a été de courte durée. Lundi, le ministère de la justice de Joe Biden a déposé une requête d’urgence auprès de la Cour suprême, demandant aux juges de bloquer temporairement l’application de la loi. La Cour a bloqué l’entrée en vigueur de la loi jusqu’au 13 mars, le temps d’examiner l’affaire.

Le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, a promis de protéger “notre État – et notre nation – de la crise frontalière du président Biden“, et son projet de loi visait précisément cet objectif. La nouvelle loi considère comme un crime d’État le fait d’entrer ou de revenir illégalement au Texas en provenance d’un pays étranger. Elle permet aux autorités de l’État d’arrêter et d’emprisonner les immigrés clandestins et donne aux juges de l’État le pouvoir d’ordonner des expulsions, avec des peines de prison pouvant aller jusqu’à 20 ans pour ceux qui refusent d’obtempérer.

Le gouverneur Abbott a promis d’utiliser tous les outils et stratégies possibles pour sécuriser la frontière de l’État avec le Mexique “jusqu’à ce que le président Biden remplisse son devoir constitutionnel d’appliquer les lois fédérales sur l’immigration déjà en vigueur”.

Le Texas est l’un des États frontaliers qui subissent de plein fouet les conséquences de la politique laxiste de Joe Biden en matière d’immigration, qui a conduit à un nombre record de migrants entrant aux États-Unis en provenance du Mexique. En décembre dernier, la patrouille frontalière américaine a rencontré près de 250 000 migrants à la frontière avec le Mexique, soit le nombre mensuel le plus élevé jamais enregistré. Depuis l’entrée en fonction du démocrate Biden il y a plus de trois ans, le nombre d’immigrés clandestins a massivement augmenté. Le nombre d’arrestations à la frontière a grimpé en flèche au cours du premier exercice fiscal (qui s’est achevé en septembre 2021) de la présidence de M. Biden : il a atteint 1,66 million par rapport au dernier exercice fiscal de l’ancien président Donald Trump, au cours duquel il y a eu 405 000 arrestations. La situation n’a fait qu’empirer depuis, avec un record de 2,2 millions d’arrestations en 2022 et 2 millions en 2023. Il y a déjà eu plus de 750 000 rencontres au cours des quatre premiers mois de l’année fiscale 2024.

Aux États-Unis, les questions d’immigration sont traitées par le gouvernement fédéral, et non par les États. Alors que le Texas a fait valoir qu’il avait “le droit de se défendre contre une invasion“, la Maison Blanche a qualifié la loi de “nuisible et inconstitutionnelle”. Le ministère de la justice estime que le projet de loi nuirait aux relations des États-Unis avec le Mexique et d’autres pays.

Greg Abbott a été à l’avant-garde de la réaction républicaine contre les politiques de M. Biden. Il y a deux ans, il a commencé à transporter des migrants par bus vers des villes dirigées par des démocrates, afin qu’elles soient obligées d’assumer le fardeau de la crise. Le Texas a transporté plus de 104 000 migrants vers New York, Chicago, Denver, Philadelphie, Los Angeles et Washington, des villes qui s’étaient proclamées villes sanctuaires pour les migrants, mais qui sont désormais incapables de faire face à l’afflux massif de personnes.

L’Arizona a également commencé à transporter des migrants par bus en 2022, et la Floride a fait de même.

On ne sait pas encore si la Cour suprême autorisera ou non l’application de la nouvelle loi texane, mais un arrêt de la Cour suprême de 2012 a annulé les principales dispositions d’une loi similaire sur l’immigration en Arizona.

La question de l’immigration influencera certainement le résultat de l’élection présidentielle de novembre, où le rival républicain de Joe Biden sera très probablement l’ancien président Donald Trump lors d’une répétition de l’élection de 2020. Selon un sondage réalisé par le Pew Research Center, une majorité importante d’Américains estime que le grand nombre de migrants cherchant à entrer dans le pays par la frontière mexicaine constitue soit une crise (45 %), soit un problème majeur (32 %).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Immigration : Le Texas veut se protéger contre les invasions à la frontière – Une décision importante sera rendue le 13 mars”

  1. Brun dit :

    Décidément, c’est tout l’Occident qui pratique des politiques suicidaires. Peut on espérer que cette année 2024, avec des élections importantes des deux côtés de l’Atlantique verra la fin de l’encouragement à l’envahissement par des cultures étrangères ?

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, Tribune libre

Mais où iront les migrants quand l’Europe sera devenue l’Afrique ? [L’Agora]

Découvrir l'article

Immigration, NANTES

Immigration à Nantes : Un individu sous OQTF interpellé avec un couteau et des drogues, 24 heures après sa remise en liberté

Découvrir l'article

Tourisme

À la découverte de l’Écosse : 10 lieux incontournables à visiter en famille

Découvrir l'article

Immigration, International

L’immigration clandestine record au Royaume-Uni montre que le plan Rwanda ne fonctionne pas car mal appliqué

Découvrir l'article

Châteaubriant, Immigration

Châteaubriant (44) : 7 collectifs de “chrétiens de gauche” vont animer une réunion publique sur l’immigration

Découvrir l'article

International

Le gouvernement Irlandais réduit les dépenses d’argent public pour les réfugiés Ukrainiens

Découvrir l'article

Environnement, Immigration, Politique

Comprendre les ONG, ces nouveaux mercenaires. Le libre journal de l’Institut Iliade

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration. 15 pays de l’UE (la majorité donc…) souhaitent des transferts de migrants plus faciles vers des pays tiers

Découvrir l'article

Sociétal

68% des Français favorables à l’arrêt des subventions aux associations d’aide aux migrants entrés illégalement sur le territoire

Découvrir l'article

A La Une, International

Jeremy Carl : « Le racisme anti-blanc est la forme dominante et la plus importante de racisme dans l’Amérique d’aujourd’hui »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky