Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Johan Deckmyn (Vlaams Belang) : « Si nous obtenons une large majorité, nous voulons obtenir l’indépendance de la Flandre » [Interview]

Johan Deckmyn est conseiller municipal de Gand pour le Vlaams Belang depuis 1995 et membre du parlement flamand depuis 2019. Notre confrère Álvaro Peñas l’a interviewé, traduction par nos soins.

En juin, outre les élections européennes, vous avez des élections en Flandre. Les sondages suggèrent votre victoire.

Johan Deckmyn : C’est exact, et en septembre, nous aurons également des élections locales. Lors des élections de 2019, nous avions 19 %, mais pour les élections de cette année, les sondages nous placent à 27 %-28 %. Cela fait de nous la première force politique en Flandre, devant la N-VA (Alliance néo-flamande, un parti conservateur affilié en Europe à ECR), jusqu’alors majoritaire.

Quelle est la raison de cette augmentation significative ?

Johan Deckmyn : Il y a deux causes, l’immigration bien sûr, mais aussi la sécurité, et dans bien des cas les deux phénomènes vont de pair. Ces dernières semaines, à Bruxelles, il y a eu neuf fusillades, dans lesquelles plusieurs personnes ont été tuées, et qui sont liées au trafic de drogue. La police ne peut plus gérer cela et dans de nombreux quartiers, il n’y a même pas de présence policière, car ils sont devenus des zones de non-droit.

Pourtant, en Belgique wallonne, il n’y a pas de parti fort qui s’oppose à l’immigration. Pourquoi ?

Johan Deckmyn : On peut l’envisager de deux manières : d’une part, le boycott médiatique ; d’autre part, peut-être est-ce dû à l’incapacité de la droite, car en France, on constate l’importance des partis anti-immigration. La vérité est que la tendance politique en Wallonie est totalement à gauche, avec une montée croissante des partis communistes.

Jusqu’à présent, le Vlaams Belang a été placé dans un cordon sanitaire métaphorique par les autres partis. Si les sondages se confirment et que vous devenez le premier parti, pensez-vous qu’il sera possible de parvenir à des accords de gouvernement ?

Johan Deckmyn : Si nous sommes le premier parti, nous aurons la possibilité d’essayer de former un gouvernement, je pense dans les deux semaines. Tous les journalistes de Flandre posent la même question et l’adressent à la N-VA, qui ne veut pas répondre. Il s’agit déjà d’une avancée car, dans le passé, la réponse était toujours contre toute collaboration. Cela indique qu’il y a une possibilité de pouvoir négocier. La meilleure preuve en a été donnée en 2019, lorsqu’ils étaient le premier parti et nous le second, et qu’ils nous ont parlé ; mais nous n’avions pas une majorité suffisante et les autres partis étaient totalement opposés. La grande question est maintenant de savoir si nous parviendrons à atteindre cette majorité, ce que confirment les derniers sondages. Par ailleurs, il convient de rappeler que des partis qui sont aujourd’hui au pouvoir dans certaines régions, comme les libéraux, n’entreront pas au Parlement parce qu’ils ne franchissent pas le seuil des 5 %. Un bon exemple est Anvers, où ils n’atteignent que 4 % ; cela profite au plus grand parti, qui est le nôtre.

Il ne s’agit donc pas seulement d’un changement dû à votre succès, mais aussi à l’échec des partis traditionnels.

Johan Deckmyn : Oui, même s’il existe toujours un cordon sanitaire au niveau fédéral, car il n’est pas possible de négocier avec la gauche dominante du côté wallon.

Quels résultats attendez-vous des élections européennes ?

Johan Deckmyn : Nous nous attendons à un bon résultat. Nous avons actuellement trois députés européens et nous espérons en obtenir un quatrième. Le Vlaams Belang appartient à ID, tandis que la N-VA fait partie des Conservateurs et Réformistes, et à mon avis, une alliance entre ECR et ID serait idéale. Je comprends qu’il y a des problèmes entre les différents pays et partis qui ne rendent pas cela possible pour le moment, mais il y a plus de choses qui nous unissent que de choses qui nous divisent. Je pense que le moment est venu pour la droite de s’affirmer et de revenir aux idées traditionnelles et conservatrices.

Si vous avez encore la majorité, votre objectif est l’indépendance de la Flandre en 2029.

Johan Deckmyn : C’est notre idée. Si nous obtenons une large majorité, nous voulons obtenir l’indépendance de la Flandre. La N-VA le souhaite également, mais son idée est différente. Si nous obtenons une majorité au parlement flamand, nous voulons faire une déclaration d’indépendance et négocier avec la Wallonie pour parvenir à une transition pacifique. La N-VA pense qu’il est possible de négocier sans faire de déclaration d’indépendance, mais pour nous, ce n’est pas réaliste. Par exemple, en 1994, il y a eu une réforme de l’État pour favoriser la représentation flamande dans les organismes internationaux, mais trente ans plus tard, tout est toujours pareil parce que la partie wallonne ne voulait pas négocier et l’a bloquée. Pour qu’une réforme soit mise en œuvre, il faut une majorité au parlement fédéral et aux parlements flamand et wallon, de sorte que les réformes controversées n’aboutissent pas.

Nous devons aborder de nombreuses questions, et en particulier une réforme de l’État en matière de financement, car nous transférons chaque année des millions et des millions d’euros à Bruxelles et à la Wallonie. Mais tout est bloqué et la situation ressemble de plus en plus à celle de la Grèce. En fait, si la Wallonie était un pays indépendant, elle serait en faillite. Le pire, c’est qu’ils ne veulent pas changer cette situation, alors que l’Europe a dit à la Belgique qu’elle devait réduire ses dépenses de 27 milliards d’euros, ce qui est énorme. Il faut parler d’argent.

Pensez-vous que l’indépendance serait acceptée au niveau européen ?

Johan Deckmyn : C’est une question compliquée. Je ne pense pas que l’Espagne, par exemple, verrait cela d’un bon œil. Mais nous parlons d’un pays où une majorité est devenue une minorité, cela n’a rien à voir avec un cas comme la Catalogne, où une minorité veut l’indépendance. Ici, nous parlons d’une majorité, mais je comprends qu’il soit difficile de comprendre cela. C’est pourquoi l’une de nos principales tâches consiste à dire à l’étranger que la Flandre est prête et que nous pouvons être une puissance économique en Europe. Notre problème, c’est que Bruxelles veut continuer à gaspiller de l’argent et ne veut pas changer, mais nous demandons des changements depuis des décennies et, en fin de compte, ils devront négocier.

Pour être honnête, il ne serait pas facile non plus de gagner un référendum sur l’indépendance, même si les électeurs du Vlaams Belang et de la N-VA savent que nous voulons l’indépendance, parce que beaucoup de gens ont peur du changement. Mais si nous leur demandions s’ils veulent cesser de financer Bruxelles, le résultat serait massivement favorable. Tout dépend de la manière dont la question est posée. Je suis convaincu que si la Flandre cesse de financer la Wallonie, son gouvernement se désintéressera de nous et ira chercher cet argent ailleurs.

Dans le contexte actuel, avec l’invasion russe de l’Ukraine et ce qui ressemble à un retour à la guerre froide, ce processus interne pourrait-il être influencé de l’extérieur pour déstabiliser l’UE ? Par exemple, de plus en plus d’informations font état d’une ingérence russe dans le processus séparatiste en Catalogne.

Johan Deckmyn : Je ne vois pas de lien entre nos problèmes internes et ce qui se passe en Ukraine. L’invasion russe est une erreur et notre parti a déclaré que l’Ukraine était un pays indépendant et que ses frontières devaient être respectées. Mais sur le plan géopolitique, puisque vous mentionnez la guerre froide, je ne pense pas que ce soit comme la confrontation avec l’Union soviétique, qui était un problème bipolaire, alors qu’il s’agit aujourd’hui d’un problème multipolaire : La Russie, la Chine, les États-Unis et l’Europe en tant qu’acteur mineur. Récemment, les déclarations de Trump sur le fait que les pays membres de l’OTAN doivent payer leurs factures ont fait beaucoup de bruit, et la vérité est que nous, en Europe, avons longtemps considéré notre liberté comme acquise en dépendant du soutien des États-Unis. L’Europe doit se préoccuper davantage de sa propre défense et être plus présente sur la scène internationale.

Álvaro Peñas est rédacteur en chef de deliberatio.eu et collabore à Disidentia, El American et à d’autres médias européens. Il est analyste international, spécialisé dans l’Europe de l’Est, pour la chaîne de télévision 7NN et auteur chez SND Editores.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “Johan Deckmyn (Vlaams Belang) : « Si nous obtenons une large majorité, nous voulons obtenir l’indépendance de la Flandre » [Interview]”

  1. patphil dit :

    quand on constate l’état de déliquescence de la walonie , devenue une zone de non droit, on ne s’étonne pas

  2. JLP dit :

    La Belgique et l’Europe des Etats sont contre l’indépendance de la Flandre, de la Catalogne, etc. Aux Flamands de tailler la route sans se soucier des aboiements, en creusant toujours plus le fossé entre eux et la Wallonie : pourquoi pas un “Royaume uni” de Belgique pour sauver la face de Bruxelles, le roi étant couronné dans les deux provinces comme les Habsbourg l’étaient à Wien et à Budapest ?

  3. Henri dit :

    J’aime tellement la Belgique que je serai content lorsqu’il y en aura deux !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Malgré une censure systématique, le parti patriote belge Chez Nous dépasse les 3 %

Découvrir l'article

International, Politique

Flandre. Le Vlaams Belang en tête de tous les sondages à quelques jours des élections

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Immigration. En Belgique francophone, un candidat belgo-pakistanais aux élections régionales… qui ne parle pas français [Vidéo]

Découvrir l'article

Politique

Rod Dreher après l’annulation d’une conférence patriote à Bruxelles : « Nous ne nous laisserons pas faire »

Découvrir l'article

Politique

Terreur politique en Belgique. Le maire turc de St Josse interdit une conférence avec Orban, Zemmour, Farage…

Découvrir l'article

NANTES

Un « belge » avec un fusil d’assaut interpellé alors qu’il voulait aller à Nantes

Découvrir l'article

Immigration, International, Social, Sociétal

Belgique. De nombreux bénéficiaires d’un logement social propriétaires d’un biens immobilier en Turquie et au Maroc

Découvrir l'article

Cyclisme, Sport

Van der Poel s’adjuge l’E3 Saxo Classic en solitaire, Van Aert chute et termine 3ème

Découvrir l'article

International

Les communistes en tête des sondages à Bruxelles, soutenus par le vote musulman

Découvrir l'article

International

La CEDH valide l’interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement, halal et casher, en Belgique hors région de Bruxelles

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky