Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Contrôle des populations. Les autorités européennes veulent pouvoir « écouter » les conversations cryptées

Les messages privés en ligne des citoyens européens devraient pouvoir être consultés par les autorités, selon Europol et les chefs des forces de police nationales.

Dans une déclaration commune publiée dimanche, ils demandent l’abolition du chiffrement de bout en bout. Grâce au chiffrement de bout en bout, seules les personnes qui envoient et reçoivent le message peuvent le lire – même les entreprises de médias sociaux ne peuvent pas accéder aux communications entre les utilisateurs.

Cette annonce intervient alors que Meta, propriétaire de Facebook et de WhatsApp, déploie la technologie de chiffrement de bout en bout sur sa célèbre plateforme de chat Messenger. Whatsapp en était déjà équipé.

La déclaration affirme qu’une telle violation de la vie privée ne serait utilisée que pour « protéger les personnes vulnérables dans tous nos pays contre les crimes les plus odieux, y compris, mais sans s’y limiter, le terrorisme, les abus sexuels sur les enfants, la traite des êtres humains, le trafic de stupéfiants, les meurtres et la criminalité économique ».

Il convient de noter que l’accent mis sur les enfants (« un devoir commun d’assurer la sécurité du public, en particulier des enfants ») est une rhétorique bien rodée, souvent utilisée pour jouer sur les émotions afin de contourner l’esprit critique des gens. Sans chiffrement de bout en bout, les autorités européennes n’auraient qu’à envoyer une simple demande au fournisseur de services pour avoir accès aux communications privées de n’importe quel citoyen.

Dans un communiqué de presse, Catherine De Bolle, directrice exécutive d’Europol, l’agence de l’UE chargée de soutenir et de coordonner la lutte contre la grande criminalité, la criminalité organisée, le terrorisme et la cybercriminalité, a défendu la proposition :

« Nos maisons deviennent plus dangereuses que nos rues, car la criminalité se déplace en ligne. Pour assurer la sécurité de notre société et de nos concitoyens, nous devons sécuriser cet environnement numérique. Les entreprises technologiques ont une responsabilité sociale dans le développement d’un environnement plus sûr où les forces de l’ordre et la justice peuvent faire leur travail. Si la police perd la possibilité de recueillir des preuves, notre société ne sera pas en mesure de protéger les personnes contre la criminalité »

Dans une tentative peu convaincante d’apaiser les préoccupations évidentes en matière de protection de la vie privée, Philippe Van Linthout, juge d’instruction et spécialiste de la cybercriminalité, a déclaré à la VRT NWS : « Dans certains pays non démocratiques, l’accès [des autorités] aux données personnelles présente en effet un danger. Les gens ne devraient pas être arrêtés à l’improviste pour avoir insulté un chef d’État dans un message WhatsApp. Grâce aux nombreux freins et contrepoids dont nous disposons dans une société démocratique, nous ne devrions pas craindre cela »

La question de savoir si les citoyens risquent d’être arrêtés si des mèmes incitant à la haine sont découverts dans leurs communications privées – comme cela pourrait bientôt être le cas dans la République d’Irlande, de plus en plus autoritaire – n’a pas été révélée.

Sur X, l’expert belge en protection de la vie privée Matthias Dobbelaere-Welvaert s’est interrogé : « Quand est-ce que ça suffit ? Dans la vie publique, nous n’avons plus aucune vie privée. Nous ne pouvons pas téléphoner anonymement, nous ne pouvons pas marcher ou conduire dans la rue anonymement, parce qu’il y a une caméra à chaque pas. Les algorithmes nous observent, la reconnaissance faciale nous guette avec impatience au coin de la rue »

Il n’y a pas si longtemps, Europol a découvert que, pour échapper à la détection, les criminels endurcis privilégient l’outil de service de communication Sky ECC – un vaste réseau de services de chat et de téléphones cryptés – plutôt que les services bien connus de grandes entités technologiques. Dans ces conditions, il est peu probable que la suppression du chiffrement sur Whatsapp et Messenger soit très bénéfique.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “Contrôle des populations. Les autorités européennes veulent pouvoir « écouter » les conversations cryptées”

  1. gautier dit :

    c’est déjà en route mais le peuple français est bien trop occupé à avoir les dernières technologies sans même penser que c’est le diable qui entre dans les maison, nous sommes déjà dans la mondialisation des écoutes avec tout cela ! tout le monde s’en fou ! ce qui compte c’est d’avoir le dernier smartphone qui coute un bras ! et pour compenser l’achat, on mange au mac do !

  2. Gaï de ROPRAZ dit :

    Personne ne le dit, mais “Big Brother” est à l’ecoute depuis longtemps. La Police et les Pouvoirs Publics ont accès à toute communication qui puisse entraîner un danger, quel qu’il soit, pour le pays et son peuple. Donc prétendre qu’ils’agit d’une idée novatrice, c’est tout juste officialiser un mensonge d’Etat.

  3. Ubersender dit :

    “Les gens ne devraient pas être arrêtés à l’improviste pour avoir insulté un chef d’Etat dans un message Wathsapp” Demandez à Marc Doyer ce qu’il en pense ! Ce n’est pas tant la surveillance des réseaux criminels qui pose problème ; c’est l’utilisation que les politiques feront de la nature et du contenu des messages qui leur seront communiqués : la preuve par Doyer ! qui n’a jamais insulté qui que ce soit mais qui s’est retrouvé en garde-à-vue sur une simple allégation portée par un politique qui n’apprécie pas son combat pour la reconnaissance des effets indésirables des injections géniques expérimentales, et veut le faire taire en instrumentalisant les forces de l’ordre.

  4. jcm78 dit :

    qu ils aillent se faire ces mecreants de l ecoute

  5. Henri dit :

    Les crimniels, les pédophiles, les escrocs et les terroristes musulmans ont le Dark Web à leur disposition. Que la flicaille européenne y aille pour les surveiller, et qu’elle foute la paix aux citoyens honnêtes sur le Web, …même s’ils pensent mal !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

JO 2024 et Tiers Monde : Paris se prépare à un pic de délinquance pendant les Jeux

Découvrir l'article

Sociétal

L’hôpital psychiatrique du Morbihan se barricade contre les dealers

Découvrir l'article

ST-NAZAIRE

Saint-Nazaire : les travailleurs de l’industrie en danger ?

Découvrir l'article

FOUGERES

Fougères : vague de vandalisme : abris de bus et voitures saccagés

Découvrir l'article

International

Manifestation contre l’immigration en Tunisie : « Nous ne voulons pas que les migrants occupent et détruisent notre ville »

Découvrir l'article

Sociétal

La Prison pour femmes de Rennes va accueillir des dizaines de combattantes islamistes

Découvrir l'article

Environnement, Sport

Il réalise le tour du Cap Fréhel à la nage en solo et sans assistance [Vidéo]

Découvrir l'article

QUIMPER

Braquages en série à Quimper : deux hommes condamnés à de la prison ferme

Découvrir l'article

NANTES

Manque de policiers municipaux à Nantes : la ville organise un concours de recrutement

Découvrir l'article

Local, Sociétal

Tentative d’intrusion : Vigilance accrue dans la commune des Forges de Lanouée

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky