page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

St Michel est élue Marque Préférée des Français

Avec 50% des Français qui achètent ses produits, St Michel n’en finit pas de plaire aux consommateurs. Ses 1ères galettes aux gros cristaux de sel sont nées en 1905 à Saint-Michel-Chef-Chef en Loire-Atlantique (44). Aujourd’hui, la marque familiale française et 100% indépendante a l’ambition de faire rayonner les biscuits et pâtisseries (galettes, madeleines et bien d’autres) en France et à l’international, en mettant l’accent sur l’innovation. Elle vient d’être élue Marque Préférée des Français dans la catégorie « biscuits sucrés ».  

« C’est un grand honneur de recevoir le titre de Marque Préférée des Français dans la catégorie des biscuits sucrés. St Michel est une entreprise à taille humaine, comparée aux immenses compétiteurs de ce rayon. Notre culture familiale, locale et 100% française explique sans doute l’attachement fort des consommateurs à notre marque devenue patrimoniale. Forts de notre ancrage solide, nous n’hésitons pas à faire bouger la catégorie des biscuits, et les consommateurs nous le rendent bien. », explique Bruno Rousseau, Président Directeur Général de St Michel Biscuits.

St Michel s’est placée sur la 1ère place du podium en obtenant le plus grand nombre de « J’aime » après une étude réalisée du 27 au 28 mars 2024, sur le panel d’OpinionWay, auprès d’un échantillon représentatif de 1015 personnes de la population française de 18 ans et plus.

Une entreprise familiale française, et indépendante

Tout commence en 1905 à Saint-Michel-Chef-Chef, en Loire-Atlantique (44). Joseph Grellier élabore cette année-là la fameuse galette, dont la recette est restée inchangée jusqu’à aujourd’hui. La marque prend son essor grâce à sa femme, Constance, qui a l’idée de vendre ces galettes aux femmes de la ville venues pour faire trempette sur les plages de la côte. Comme emblème, ils optent pour la poule : un symbole de la France rurale et de l’attention portée aux bons produits, et qui reste encore aujourd’hui une priorité pour St Michel.

En 1919, la 1ère biscuiterie est inaugurée à St-Michel-Chef-Chef. Peu à peu, l’entreprise étend son savoir-faire et son périmètre géographique, en rachetant d’autres usines de biscuits. Les Sablés de Retz ont rejoint l’entreprise en 1920, les Roudors en 1979, les Madeleines de Commercy dans la Meuse en 1986 …

Aucune sous-traitance

Le siège de St Michel est situé à Contres, près de Blois (Loir-et-cher). La marque compte aujourd’hui 10 usines en France . Tous ses produits sont fabriqués dans ses usines détenues en propre, et St Michel ne recourt à aucune sous-traitance. La marque emploie aujourd’hui 1800 personnes sur le territoire.

Ses produits sont distribués à l’international dans plus de 100 pays, et connaissent un grand succès dans des pays comme la Corée du Sud, ou le Japon. A titre d’exemple : 80% des crêpes St Michel partent à l’étranger !

Très connue pour ses galettes et madeleines, St Michel cherche sans cesse à renouveler son offre, notamment avec ses doonuts, galettes moelleuses, etc. Elle lance environ 70 innovations par an en moyenne. Dernière innovation en date : le lancement d’une gamme apéritif, en 2024, avec des galettes et madeleines salées … La marque, qui accorde un soin particulier au sourcing et à la qualité de ses matières premières, œuvre en continu pour réduire le sucre contenu dans ses recettes.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

7 réponses à “St Michel est élue Marque Préférée des Français”

  1. Hervé Brétuny dit :

    C’est bien joli de faire une publicité gratuite mais cette marque, depuis son rachat, est devenue anti bretonne , elle communique pays de la loire .
    VigieBretagne a déjà eu mal à partie avec elle récemment et cette marque se réfugie dans l’administratif .

  2. Pschitt dit :

    Trop drôle ! A une époque hantée par la laïcité, la marque préférée des Français est un nom d’archange !!! Pas très loin de Saint-Michel-Chef-Chef, aux Sables-d’Olonne, une statue de saint Michel a due être retirée de l’espace public voici deux ans, à la suite d’une action en justice de militants laïcs. Et voilà…

  3. Patrick Yves GIRARD dit :

    La marque n’a pas montré sa volonté de promouvoir l’identité bretonne de sa région. Préférons-lui Traoù Mat qui elle adhère à Produit en Bretagne. Les palets sont au moins aussi savoureux que les galettes Saint Michel, comparaison effectuée !

  4. René dit :

    Bonjour nous préférons acheter directement crêpes et galettes bio auprès d’un producteur sur le marché… C’est certes plus cher mais notre santé a un prix. Salut.

  5. Nedeleg Eustache dit :

    Personnellement je ne connais que la biscuiterie Saint Guénolé à Batz sur mer sur la route du Croisic : vente à la biscuiterie de délices : galettes, palets, Kouign Amann, caramels au beurre salé de Guérande avec des tarifs moins chers qu’en grande surface !!!

  6. JLP dit :

    Une entreprise rachetée par Bahlsen, puis cédée à un groupe, MBB, qui se cache – en Loir-et-Cher ! – sous le cache-sexe de son plus beau fleuron, racheté en 2006. Sacrée “entreprise familiale”… Les plus vieux se souviennent que du temps de la famille Grellier on jouait à fond la carte bretonne (coiffes bretonnes, menhirs et tout le tralala), aujourd’hui un biscuit ‘Saint-Michel’ peut être fabriqué n’importe où en France, c’est comme ‘LU’ qui n’a plus rien à voir avec Nantes et le pays nantais. Quant à la Biscuiterie nantaise (B.N. !), américaine après 1973, son actuel propriétaire est un groupe turc… Bienvenue en mondialisation !

  7. NEVEU dit :

    Je disais donc avant d’être encore une fois coupé…que c’était comme les faïenceries de Quimper inventées au sens premier du mot par des industriels normands au XVIIe, aujourd’hui disparue pour l’une d’elle dans l’escarcelle des Yankees pour l’autre. Comme les Filets Bleus dans le groupe Intermarché. J’ai bien connu le fils Friant lorsque j’étais au Lycée…un petit péteux qui vaquait en tenue “Glasik”…il aurait mieux fait de moins s’emplir les fouilles!

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Tribune libre

6 propositions pour une Bretagne autonome, identitaire, sûre et prospère [L’Agora]

Découvrir l'article

Immigration, Local, Locminé, PLOËRMEL

Boboïsme parisien : pour Yvan Le Bolloc’h, les habitants de Plumelec “n’ont jamais vu un arabe”

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

Bretagne. La liste des festivals à découvrir en cet été 2024

Découvrir l'article

A La Une, Tribune libre

Législatives 2024. Plutôt Jordan Bardella que le Péril rouge ! [L’Agora]

Découvrir l'article

Economie

Palmarès du neuvième concours régional des produits cidricoles de Bretagne

Découvrir l'article

Politique

Législatives 2024. Les candidats Reconquête Bretagne soutiennent l’union des droites

Découvrir l'article

Economie, Social

Saupiquet Quimper : Sous direction italienne, une fermeture de l’usine envisagée d’ici fin 2024, 155 emplois menacés

Découvrir l'article

CALLAC, CARHAIX, Local, Politique

Callac, Carhaix, Saint-Brévin : l’illusion d’une “Bretagne allergique au RN”

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Elections Européennes 2024. La fracture entre Bretagne des métropoles et des privilégiés et Bretagne périphérique ?

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

6 juin 1944. Le débarquement n’a pas été une Libération pour ces civils Bretons et Normands massacrés par les bombes américaines

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky