page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Aujourd’hui, la normalité est devenue révolutionnaire ». Entretien avec Roberto Vannacci

Beaucoup ont entendu parler de Il mondo al contrario, le best-seller surprise de Roberto Vannacci, général de division de l’armée italienne, mais peu connaissent l’homme lui-même. Roberto Vannacci était un général de division, commandant de la Task Force 45 en Afghanistan, du 9e régiment d’assaut parachutiste “Col Moschin” et de la brigade parachutiste “Folgore”. Il a participé à des missions spéciales en Libye, en Somalie, en Bosnie-Herzégovine, au Rwanda, au Yémen, en Côte d’Ivoire, en Iran et en Afghanistan, où il était chef d’état-major des forces spéciales de l’OTAN.

En janvier 2020, il se trouve à Moscou en tant qu’attaché militaire, où il est déclaré persona non grata par les autorités russes et renvoyé en Italie, avec d’autres compatriotes expulsés en représailles à la position de l’Italie sur l’invasion russe de l’Ukraine. En décembre 2023, il est nommé chef d’état-major du commandement de la force opérationnelle terrestre de l’armée.

En août 2023, il publie à compte d’auteur Il mondo al contrario, un best-seller surprise qui le propulse sur le devant de la scène, tout en suscitant une controverse politique et médiatique inhabituelle en Italie, notamment en raison de ses opinions sur les questions LGBT, l’immigration, les relations entre les sexes et le mouvement écologiste. Son livre a ensuite été repris par la maison d’édition Il Cerchio. En mars 2024, le public a eu droit à une suite, Il coraggio vince, un livre autobiographique publié par les éditions Piemme du groupe Mondadori.

Aujourd’hui, il se présente comme tête de liste de la Lega Salvini Premier pour les élections européennes de 2024. Nos confrères Álvaro Peñas et José Papparelli  l’ont interviewé pour The European Conservative, traduction en français par nos soins.

Qu’est-ce qui a poussé un militaire, un général de l’armée italienne, à écrire un livre comme Il mondo al contrario ?

Roberto Vannacci : Le livre n’est pas né en tant que tel, mais comme une série d’articles sur l’énergie, l’environnement et l’urbanisme que j’ai commencés à écrire en pleine crise énergétique, quand on nous disait qu’il fallait chauffer l’eau des pâtes avec des bougies. Après avoir écrit une centaine de pages, j’ai décidé d’y ajouter des sujets et de le publier sous forme de livre, le fil conducteur de toutes ces réflexions étant, je suppose, le paradoxe.

On nous dit qu’il faut sauver l’humanité. Et pourtant, l’humanité ne s’est jamais aussi bien portée sur cette planète. On nous dit qu’il n’y a pas d’identité des peuples. Pourtant, chaque peuple se distingue clairement par ses caractéristiques propres. On nous dit que la structure juridique de la famille doit changer. Mais l’immense majorité des homosexuels vit en célibataires. On nous dit qu’il faut interdire la chasse pour sauver la faune. Au contraire, il existe des zones où le nombre d’animaux sauvages dépasse la densité biologique, ce qui cause d’importants dégâts à l’agriculture et favorise la propagation des maladies. On nous dit que l’énergie nucléaire est dangereuse. Pourtant, les statistiques prouvent sans équivoque qu’il s’agit de la forme de production d’énergie la plus sûre par mégawattheure produit.

Dans votre livre, vous dites que vos amis vous ont conseillé de ne pas aborder des sujets “politiquement incorrects”, sous peine d’avoir des ennuis. Étiez-vous conscient de la tempête qui allait s’ensuivre ?

Roberto Vannacci : C’est absurde, mais de nos jours, la normalité est devenue révolutionnaire. Les affirmations du livre sont souvent triviales et ont soulevé un émoi que même les Versets sataniques de Salman Rushdie n’avaient pas déclenché. Il existe différents groupes ethniques caractérisés par des traits somatiques spécifiques, ceux qui ne se reconnaissent pas comme hétérosexuels représentent une petite minorité de la société, l’immigration irrégulière incontrôlée déstabilise les sociétés, et tout le monde est l’enfant d’un homme et d’une femme. Ce sont là quelques-uns des truismes qui ont suscité une telle indignation. Certaines élites culturelles m’ont attaqué durement parce qu’elles tendent à rejeter la réalité décrite dans le livre et, en cherchant à imposer une certaine perception subjective du monde qu’elles prétendent “inclusive”, elles veulent saper les principes sur lesquels la société occidentale s’est fondée et qui ont garanti le progrès, le développement, le bien-être et la richesse. Les gens ordinaires, cependant, ne sont pas stupides et ont perçu les astuces trompeuses de ces gardiens autoproclamés de la moralité, tout en reconnaissant la justesse de mes propos et en faisant preuve de proximité et d’empathie à mon égard.

Dès la publication de mon premier livre, ma vie a changé et je me suis retrouvée au centre d’une polémique cyclopéenne que je ne pouvais pas prévoir. J’ai essayé de ne pas me laisser submerger. Je suis devenue une figure médiatique, une cible pour beaucoup ou une référence pour d’autres. J’ai dû m’exposer pour tenter de faire triompher la vérité (et l’interprétation authentique de ce que j’avais écrit dans mon livre) et pour démasquer ceux qui, souvent par ignorance – parce qu’ils n’avaient pas lu le livre -, par parti pris, par négligence, mais aussi souvent par mauvaise foi, tentaient de me faire passer pour un homophobe, un raciste, un xénophobe, un antisémite, un poutinien, un fasciste, et cetera, et cetera, et cetera, et cetera, et cetera. La dernière à s’y être essayée est Mme Vittoria Baldino qui, il y a deux semaines, au cours de l’émission L’aria che tira, m’a qualifié d’antisémite. N’oubliez pas que mon livre ne contient pas un seul mot sur les Juifs, Israël ou le sionisme.

Vous avez été humilié et malicieusement attaqué dans les médias, et même accusé d’un crime de haine. Changeriez-vous quoi que ce soit de ce que vous avez écrit ?

Roberto Vannacci : Non. Je ne reviendrai pas en arrière. Pas de rétractation. Ni rien à négocier. Je suis certain de n’avoir rien dit qui puisse offenser qui que ce soit, ni d’avoir porté atteinte à la dignité de qui que ce soit et, à ce titre, il n’y a aucune raison de modifier, même esthétiquement, ce que j’ai écrit et exposé. Les idées se combattent au niveau des arguments et non par la censure ou les tribunaux.

Dans Il mondo al contrario, vous dites que la démocratie de la majorité est remplacée par la démocratie de la minorité. Est-ce la raison principale de la campagne médiatique dont vous faites l’objet ? Ces attaques visent-elles à dissimuler le fait que, pour ainsi dire, “l’empereur n’a pas d’habits” ?

Roberto Vannacci : Les minorités doivent être respectées, mais elles ne peuvent pas prévaloir sur les sentiments communs des majorités. La démocratie est la forme de gouvernement dans laquelle la majorité gouverne et les minorités sont respectées, mais se conforment à la majorité. L’articulation de ce truisme a libéré toutes les forces qui, ces dernières années, ont tenté de détruire le mode de vie occidental qui a garanti la richesse, la prospérité, le progrès et le développement de notre société. La culture de l’annulation, la culture de l’ouverture, l’environnementalisme idéologique et le féminisme extrémiste ont pour objectif ultime la destruction des valeurs occidentales. Ainsi, la réaffirmation des principes et des idéaux qui lient l’Occident doit être proscrite, interdite, anéantie, répudiée et éventuellement poursuivie au pénal. Heureusement, les masses ne sont pas stupides, et nombre d’entre elles ont au contraire adopté et partagé les idées simples que j’ai diffusées dans mon manuscrit.

Malgré les attaques dont vous avez fait l’objet, Il mondo al contrario a été un grand succès. Pensez-vous que la controverse médiatique y ait contribué, ou est-ce dû à la simple curiosité, au fait que beaucoup de gens pensent comme vous et n’osent pas le dire de peur d’être marginalisés ?
S’il n’y avait pas eu l’attaque aveugle contre mon livre et contre moi, l’effet Vannacci n’aurait jamais été créé. La technique est simple : on identifie la pensée et la personne à attaquer, on déforme ses propos, on décontextualise ses phrases, les librairies refusent de vendre ses écrits, on décrit l’auteur comme l’incarnation du mal absolu, on le définit comme un fasciste-homophobe-misogyne-raciste-xénophobe-putiniste-dénialiste, on le bannit des réseaux sociaux, on organise des manifestations contre lui et on tente de censurer ses interventions. Cependant, lorsque les masses se rendent compte de la véracité de ses expressions et sont d’accord avec bon nombre des principes exposés, tout ce tumulte se retourne contre les détracteurs et apporte au contraire une grande notoriété et popularité à l’auteur faussement incriminé.

Si le monde est à l’envers aujourd’hui, quand a-t-il été droit ? Quel est le monde que vous aimeriez voir ?

Roberto Vannacci : Un monde où une femme peut sortir n’importe où, jour et nuit, sans craindre d’être agressée et harcelée ; où il n’y a pas besoin de barreaux aux fenêtres ou de portes blindées ; où les graffeurs, les pickpockets, les délinquants, les squatters, les violents sont tous mis en situation de ne pas nuire à la société ; où le droit de manifester est respecté et considéré comme sacro-saint dès lors qu’il respecte les règles de l’ordre public. J’aimerais voir un monde où chacun est libre de suivre ses goûts et ses prédilections sans envahir l’espace d’autrui et sans afficher de manière exhibitionniste ses tendances contre le bon sens de la majorité ; où l’identité des peuples est reconnue, exaltée et considérée comme un élément fondateur de la société ; où les immigrés respectent les normes de leur pays d’origine et de leur pays d’accueil ; où l’identité des peuples est reconnue, exaltée et considérée comme un élément fondateur de la société ; où les immigrés respectent les normes de leur pays d’accueil et s’y intègrent en acceptant leurs coutumes et leurs traditions ; où, dans une patrie, chacun, indépendamment de sa couleur de peau, de sa religion, de ses convictions politiques, de son orientation sexuelle ou de son statut, s’unit autour des mêmes principes et idéaux et est même prêt à mourir pour les défendre ; où chacun se voit offrir les mêmes opportunités, mais où chacun se distingue par ses propres mérites et capacités ; où l’excellence est exaltée et reconnue ; où la richesse et la prospérité ne sont pas considérées comme négatives, mais comme un objectif à atteindre ; où chaque idée peut être exprimée en toute liberté sans craindre le délit d’opinion ; où la diversité est reconnue, exaltée et considérée comme une richesse pour la société, à ne pas confondre avec la discrimination qui, elle, est fondée sur la négation des droits et l’atteinte à la dignité.

Pensez-vous que l’Occident a encore une chance de restaurer le bon sens dans la vie politique et sociale ?

Roberto Vannacci : Bien sûr que oui ! Nous sommes à la fin de la première mi-temps d’un match de football. Dans les vestiaires, l’équipe se regroupe ; l’entraîneur donne les bonnes instructions et la bonne tactique ; les joueurs se concentrent et se motivent ; les supporters reprennent leur souffle et se préparent à enflammer le stade. La première mi-temps ne s’est pas bien passée, mais tout est possible. Si cette Europe ne nous plaît pas, changeons-la !

Compte tenu du succès de votre livre, pourquoi vous présenter aux élections ? Et quels principes espérez-vous défendre au Parlement européen si vous devenez député européen ?

Roberto Vannacci : 300 000 exemplaires vendus, qui l’eût cru ! Mais cette satisfaction n’enlève rien à l’engagement politique que j’ai pris et je me battrai avec toute l’énergie et la détermination dont je suis capable pour les idéaux de patrie, de sécurité, de souveraineté, de défense des frontières, de la famille, des traditions et de l’identité.

Je ne supporte pas l’Europe des banques et des directives qui renie Noël et le crucifix, qui renie le père et la mère et veut les remplacer par les “parents 1 et 2”, qui aspire au multiculturalisme sans considérer qu’il est antinomique avec le concept de patrie, qui efface tous les symboles identitaires et veut nous réduire à une ferraille amorphe, qui veut laisser les campagnes en friche au lieu d’aller chercher la biodiversité dans les forêts – qui ne font qu’augmenter – qui veut nous imposer une mobilité verte à des coûts exorbitants, qui ne changera pas d’un iota les émissions globales de gaz à effet de serre.

Si je suis élu, je serai député européen à temps plein à Bruxelles et à Strasbourg, tout en gardant un lien avec l’Italie. Ma candidature, contrairement à d’autres, n’est pas cosmétique. Je ne cherche pas à obtenir des voix pour ensuite céder mon siège à quelqu’un d’autre, et je me battrai avec courage et détermination pour l’affirmation de ces principes auxquels je crois fermement.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

8 réponses à “« Aujourd’hui, la normalité est devenue révolutionnaire ». Entretien avec Roberto Vannacci”

  1. Poulbot dit :

    Les militaires ont tous en commun le fait qu’étant au contact direct de toutes les couches de la population et du terrain , ils elles ont une vision total des choses et appréhende plus facilement les problèmes du fait qu’avant d’agir sur le terrain , ils elles doivent observé longtemps les actions de l’adversaire pour éviter des pertes “inutile” (un chef a toujours en tête de ramener tous les personnels sous ses ordres a la maison , sain et sauf) quelque soit l’action et les ordres.
    Ce générale Italien résume bien ce que beaucoup pensent et voudrait soir ce faire , de ce faite ces personnes doivent voté dans le bon sens pour sauvé la civilisation européenne.
    Reste plus maintenant a attendre qu’un éditeur français traduise les livres de ce générale Italien.

  2. Maury dit :

    Voilà le messie .

  3. gaudete dit :

    je ne crois pas que ce soit le messie mais ce qui est sûr c’est que tout ce qu’il écrit est plein du bon sens de ce bon sens que l’on voudrait voir régner partout, ce bon sens que les pseudo-élites ont rangé au fond des placards.

  4. Fred dit :

    En effet il est vraiment insensé de vouloir renier avec acharnement toutes les valeurs qui ont construit notre grande civilisation qui a été un phare pour le monde entier. J’ai l’impression que c’est le même combat dans chaque pays d’Europe. On veut imposer le même agenda à tous. Merci au général Vannacci pour avoir rappelé ce qui semble évident. Bon courage pour les élections.

  5. gilles dit :

    Traduction en français introuvable…

  6. NEVEU dit :

    L’ennemi c’est la démocrassouille et j’en reviens toujours à Beau de Loménie, auteur frappé d’interdit (comme d’autres…)alors que le loucheur Sartre est en vente libre et alors qu’il vomissait des inepties!
    Je préfère “Grandeurs et servitudes militaires” de Vigny!

  7. Jacques BRACQUEMONT dit :

    En Italie il semble que les généraux ne soient pas tous francs maçons…Tant mieux pour eux , pas comme en France.

  8. NEVEU dit :

    Je doute fort qu’en France les généraux soient tous free-macs…cessez vos conneries qui rappellent le débile mental Barruel, un sublime crétin qui pérorait sur des choses qu’il ne connaissait pas. Errare humanum est sed diabolicum perseverare!

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Agriculture, Economie, Immigration, International, Social, Sociétal

Immigration économique. Le secteur agricole et agroalimentaire italien peut-il se passer de travailleurs migrants ?

Découvrir l'article

International

Immigration. Le centre pour migrants voulu par Meloni en Albanie ouvrira ses portes en août

Découvrir l'article

International

Migrants business : le transfert des migrants de l’Italie à l’Albanie sera dévolu à des navires privés

Découvrir l'article

Immigration

Migrants business : la mafia derrière les entrées légales de travailleurs étrangers

Découvrir l'article

Santé, Société

Dictature sanitaire en Italie : certificat de vaccination HPV et 4ème dose anti-covid obligatoires pour étudier ?

Découvrir l'article

Immigration, Vidéo, Vu ailleurs

Manifestation historique contre l’immigration et l’insécurité à Vérone [vidéo]

Découvrir l'article

A La Une, International

Annalisa Tardino (Lega) : « Giorgia Meloni, est le Premier ministre du pays, mais la situation de la question migratoire n’a pas changé » [Interview]

Découvrir l'article

International

Violence politique en Italie. Deux militants de la Lega hospitalisés après une agression brutale

Découvrir l'article

Economie, Immigration, International, Sociétal

Immigration économique. Confrontée à une pénurie de main-d’œuvre, la Grèce va faire venir d’Égypte 5 000 migrants

Découvrir l'article

International, Santé

Reportage. En Italie, soigner les toxicomanes

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky