Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Viktor Orbán : « La Hongrie décidera de son propre destin, pas Bruxelles »

Le Premier ministre Viktor Orbán rejette le plan de conscription européen de Manfred Weber, soulignant le droit de la Hongrie à décider de ses propres politiques de défense. Alors que l’UE se rapproche de la guerre, le Premier ministre Orbán insiste sur la nécessité d’un leadership axé sur la paix lors des prochaines élections.

Dans une interview accordée cette semaine à l’émission « Good Morning, Hungary ! » de la radio Kossuth, le Premier ministre Viktor Orbán s’est fermement opposé à l’idée de rétablir la conscription dans l’ensemble de l’Union européenne, comme le propose Manfred Weber, le président du Parti populaire européen. Le Premier ministre Orbán a souligné l’importance de la souveraineté nationale en matière de défense, insistant sur le fait que chaque pays doit décider de manière indépendante comment se protéger.

« Il y a 30 ans, après la fin de la guerre froide, nous avons pensé que l’état de préparation permanent, concrétisé par la conscription, n’était plus nécessaire », a fait remarquer le Premier ministre Orbán. Il a reconnu la valeur du personnel militaire, affirmant que les soldats sont parmi les membres les plus utiles et les plus respectables de la société. Toutefois, il a fermement déclaré que la conscription n’était pas à l’ordre du jour en Hongrie.

Le Premier ministre Orbán a qualifié le projet de Weber d’inacceptable. « Cela signifierait que quelqu’un d’autre pourrait décider du sang des Hongrois », a-t-il déclaré. « De telles idées doivent être rapidement écartées ; la graine doit être retirée du sol avant qu’elle ne puisse germer.

Le premier ministre a souligné que la guerre se rapprochait de plus en plus chaque semaine, notant deux développements importants : les négociations en cours entre la France et l’Ukraine concernant le déploiement de personnel de formation militaire français en Ukraine, et l’acceptation croissante du fait que les armes fournies par l’Occident pourraient être utilisées de manière offensive, et pas seulement de manière défensive. « Sans l’OTAN, l’Ukraine ne serait pas en mesure de frapper le territoire russe. Il s’agit d’une nouvelle étape vers une implication plus profonde“, a souligné le Premier ministre Orbán.

Il a réaffirmé que la Russie avait attaqué l’Ukraine en raison de ses aspirations à l’OTAN. Les Russes ont clairement indiqué que plus les armes utilisées contre eux sont puissantes, plus ils avanceront en Ukraine. « Nous nous rapprochons de la destruction », a-t-il averti, expliquant que la progression d’une guerre suit trois phases : la rhétorique, la préparation et la destruction

Revenant sur l’implication de la Hongrie dans les deux guerres mondiales, le Premier ministre Orbán a fait remarquer qu’une pression immense avait été exercée sur la Hongrie pendant ces conflits, comme en témoigne la correspondance entre Horthy et Hitler. Il a prévenu qu’une situation similaire se développait aujourd’hui, avec des pressions croissantes à chaque sommet de l’UE. « Nous devons résister car nous ne voulons pas faire couler le sang hongrois pour l’Ukraine. Notre principale préoccupation, ce sont les intérêts hongrois, et cette guerre n’est pas menée dans notre intérêt”, a-t-il déclaré.

Le premier ministre a insisté sur le caractère défensif de l’OTAN, soulignant qu’elle n’avait pas été créée pour intervenir dans des conflits en dehors de son territoire. « C’est absurde », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Orbán a déclaré que les nations européennes s’impliquent de plus en plus dans le conflit, en grande partie parce qu’elles sont géographiquement éloignées de la Russie et qu’elles éprouvent un faux sentiment de sécurité. Il a fait remarquer que la France, depuis sa position sur les rives de l’Atlantique, considère l’Ukraine et l’Europe centrale comme des zones tampons, comme elle l’a fait par le passé. « Leur sentiment de sécurité est beaucoup plus fort ; ils ont gagné des guerres et veulent maintenant vaincre la Russie », a-t-il ajouté.

Dans la perspective des prochaines élections, le premier ministre a souligné l’importance de donner la priorité à la paix. « Si les dirigeants décident que la paix est plus importante, il n’y aura pas de guerre », a-t-il déclaré. Il a insisté sur la nécessité d’élire au Parlement européen des dirigeants favorables à la paix afin de les éloigner du sentier de la guerre. « Aujourd’hui, en Hongrie, seuls le Fidesz et le KDNP défendent la paix. Si nous voulons la paix, nous devons les envoyer au Parlement européen”, a-t-il insisté.

Le Premier ministre Orbán a souligné la pression morale exercée sur les gens au début de chaque guerre, leur faisant croire que le fait de ne pas soutenir la guerre est moralement répréhensible. « L’histoire est là pour nous enseigner, et nous devrions en tirer des leçons pour éviter les erreurs du passé », a-t-il déclaré. Selon lui, ceux qui cherchent à gagner cette guerre militairement ne font que se préparer à d’autres conflits, susceptibles de déboucher sur une guerre mondiale. Il a donc préconisé de reprendre l’initiative et de parvenir à un cessez-le-feu.

Pour conclure sur les prochaines élections,  Viktor Orbán a déclaré : « Lorsque nous regarderons ces élections en arrière, nous pourrions dire que c’est à ce moment-là que les problèmes ont commencé. Mais ce n’est pas inévitable. L’Europe est encore une démocratie, et nous devons envoyer des défenseurs de la paix pour nous représenter. »

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Mettre fin à l’ordre mondial fondé sur l’hégémonie libérale : le plan de Viktor Orban

Découvrir l'article

A La Une, International

Stephen Nikola Bartulica : « Une grande partie de la responsabilité de ce qui se passe en Europe incombe aux dirigeants politiques conservateurs » [Interview]

Découvrir l'article

International, Politique

Commission europénne. Après un accord entre 6 chefs d’État, von der Leyen devrait être reconduite

Découvrir l'article

International

Nikola Zbořilová (Svoboda a přímá demokracie) : « Les frontières extérieures de l’Union européenne ne sont pas assez protégées » [Interview]

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Une coalition pro-guerre, anti-économie et pro-immigration s’est formée en Europe »

Découvrir l'article

Economie, International

Immigration. 1,1 million de migrants ont demandé l’asile dans l’UE en 2023 – seulement 90 000 expulsions

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Immigration. La Hongrie condamnée à 200 millions d’euros d’amende par Bruxelles pour avoir défendu les frontières de l’UE

Découvrir l'article

Sociétal

L’Union Européenne finance largement un lobby trans

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden

Découvrir l'article

A La Une, International

Fabrice Leggeri sur l’immigration : « Nous devons lutter contre le faux discours diffusé par les ONG et la Commission Européenne »

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky