Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden

Geoffrey Van Orden est un ancien brigadier-général de l’armée britannique qui a ensuite passé 20 ans en tant que membre du Parlement européen. Il a été le dernier chef de file des conservateurs britanniques au Parlement et a joué un rôle déterminant dans la création du groupe politique des Conservateurs et Réformistes européens. Il a également été porte-parole pour la défense et les affaires étrangères. Il est actuellement vice-président de New Direction – la Fondation pour la réforme européenne, et membre éminent du Gold Institute for International Strategy, basé à Washington.

Notre confrère Alvaro Peñas l’a interviewé pour The European Conservative (traduction breizh-info.com)

Contrairement à d’autres pays, le Royaume-Uni s’est engagé dès le départ dans la défense de l’Ukraine et n’a pas faibli dans son soutien. Quelles sont les raisons de la position britannique ?

Geoffrey van Orden : L’Ukraine est le bastion extérieur des défenses britanniques. Jusqu’à l’ère de la puissance aérienne, le Royaume-Uni pouvait compter sur la Royal Navy pour garantir sa sécurité. Il est clair qu’à l’ère des missiles, ce n’est plus le cas. L’un des thèmes constants de la politique étrangère britannique était d’empêcher la domination du continent européen par une puissance unique et écrasante susceptible de représenter une menace. Pour ce faire, un système d’alliances a été mis en place afin de rétablir l’équilibre. Après les défaites de la France en 1815 et de l’Allemagne en 1945, c’est l’Union soviétique et le communisme qui représentaient une menace. La puissance et la solidarité de l’OTAN, l’alliance transatlantique qui unit les démocraties d’Europe et d’Amérique du Nord, les en dissuadent. Après l’effondrement du communisme, l’Occident a baissé la garde en quête des dividendes de la paix, mais heureusement, l’OTAN est restée intacte et s’est agrandie. Elle a été lente à reconnaître l’émergence d’un nouveau dictateur revanchard en Russie. La prise de la Crimée en 2014 a été un choc. Bien que les leçons de l’histoire soient souvent ignorées, nous sommes très conscients de l’échec de l’apaisement face à l’agression. Lorsque la Russie a lancé son invasion totale de l’Ukraine en 2022, nous étions déterminés à apporter à l’Ukraine tout le soutien possible, sans aller jusqu’à la guerre, et à montrer que l’agression ne paie pas. Nous espérions que notre leadership en encouragerait d’autres. Il est dans l’intérêt du Royaume-Uni et de l’Occident que l’Ukraine ne soit pas vaincue.

Comment est-il possible que tant d’hommes politiques européens soient incapables de comprendre qu’une nation qui envahit un pays européen et menace d’utiliser des armes nucléaires contre l’Europe est un ennemi ?

Geoffrey van Orden : L’Occident s’est ramolli. Nous avons des générations de personnes qui n’ont connu que la paix et la prospérité et qui ne veulent rien faire pour bouleverser cette situation, s’imaginant que le reste du monde est du même avis. Dans le même temps, de nombreuses têtes ont été remplies d’opinions négatives sur nos démocraties, notre histoire, nos traditions et nos institutions. Dans de nombreux pays d’Europe continentale, il existe encore des partis marxistes et des hommes politiques qui éprouvent une sympathie innée pour Moscou et ses ambitions. Historiquement, les relations entre des pays comme l’Allemagne, la France et d’autres avec la Russie ont été ambivalentes pour des raisons stratégiques, politiques et économiques.

Vous dites que notre talon d’Achille vient de la démoralisation des nations, un phénomène encouragé par la Russie et ses alliés et alimenté de l’intérieur par la gauche radicale. Comment faire face à cette démoralisation ?

Geoffrey van Orden : Nous devons être plus forts et plus actifs pour encourager la fierté de nos pays et combattre la subversion. Cela doit commencer dans nos écoles et nos universités. En outre, les jeunes doivent être mieux formés à la gestion des médias sociaux et à l’application du bon sens – il y a de bonnes raisons d’interdire les smartphones dans les écoles. Dans de nombreux pays occidentaux, la population musulmane augmente et est vulnérable à la radicalisation, notamment par le biais de madrassas et de prédicateurs extrémistes. Nous devrions imposer des contrôles, à l’instar de nombreux pays musulmans. Dans le même temps, nous devons porter le combat chez l’ennemi et redoubler d’efforts pour promouvoir nos valeurs et veiller à ce que les personnes vivant sous des régimes autocratiques entendent la vérité.

La RAF n’a pas rempli son quota de pilotes de chasse en raison des règles relatives à la diversité et aux minorités. Cette situation a entraîné plusieurs démissions, mais présente un grave danger pour la sécurité nationale. Les forces armées ne devraient-elles pas être tenues à l’écart de toutes ces fantaisies politiques ?

Geoffrey van Orden : Oui. Si les forces armées recrutent au sein de la société dans son ensemble, elles ne devraient pas être un simple reflet de cette société, mais plutôt promouvoir ses valeurs essentielles que sont la loyauté, le devoir, le respect, le service désintéressé, l’honneur, l’intégrité et le courage personnel.

Où se situe le plus grand défi pour l’Occident : à l’étranger ou dans les politiques intérieures d’ouverture des frontières et de pactes verts ?

Geoffrey van Orden : L’Occident est confronté à de multiples défis, tant internes qu’externes. L’immigration massive et incontrôlée de personnes issues de cultures et d’habitudes totalement différentes est une pure folie. Alors que les personnes réellement persécutées se voient à juste titre offrir un sanctuaire, et qu’un petit nombre d’autres personnes possédant des compétences ou des ressources particulières peuvent être intégrées dans nos sociétés, nous sommes manifestement incapables d’intégrer correctement un très grand nombre d’étrangers. Il en résulte des changements indésirables dans nos propres systèmes et une perte de cohésion nationale à un moment où celle-ci est plus nécessaire que jamais. Les vulnérabilités et les fractures de notre société sont exploitées par des ennemis extérieurs. Alors que nous avions imaginé que les conflits entre États européens appartenaient au passé, après l’effondrement de l’Union soviétique, l’invasion de l’Ukraine a provoqué un choc salutaire. L’Occident doit se réarmer et démontrer la solidarité et la résilience de ses alliances, en particulier de l’OTAN. L’implication de l’UE, à travers son ambition de défense autonome, est une distraction dangereuse.

Dans votre discours de Bucarest, vous avez parlé de l’importance de renforcer l’OTAN. Outre une augmentation des dépenses militaires, que faut-il faire de plus pour parvenir à une alliance forte ?

L’OTAN est une alliance à la fois militaire et politique. Chaque allié de l’OTAN doit renforcer la force et la capacité de ses forces armées, ainsi que sa volonté politique de les engager. Il convient également d’accorder une plus grande attention à notre capacité à soutenir nos forces au combat. Cela signifie une amélioration considérable de la capacité industrielle de défense, une plus grande attention aux réserves de main-d’œuvre et un effort accru pour éduquer nos populations sur l’importance de nos forces armées et sur les raisons pour lesquelles nous devons leur consacrer davantage de ressources. L’opinion publique est à la fois la force et la faiblesse de nos démocraties lorsqu’elles sont sous pression.

Vous avez joué un rôle très important dans la création du groupe ECR. Le groupe ECR pourrait-il, comme cela s’est produit en Italie, ramener le PPE vers le centre-droit ?

Geoffrey van Orden : Oui, j’ai joué un rôle important dans la création du groupe ECR et du groupe de réflexion qui lui est associé, New Direction. Notre Déclaration de Prague, rédigée en 2009, énonce les dix principes de base sur lesquels le groupe ECR a été fondé, notamment l’intégrité souveraine de l’État-nation, la valeur primordiale de la relation transatlantique en matière de sécurité dans le cadre d’une OTAN revitalisée, et une immigration effectivement contrôlée. Ces principes ont résisté à l’épreuve du temps et le parti ECR est désormais bien établi comme le visage raisonnable et décent du centre-droit. Je pense que les partis de centre-droit augmenteront leur représentation au Parlement européen lors des élections de juin et que cela permettra à l’ECR de se développer, avec l’espoir de redevenir le troisième plus grand groupe au Parlement. Le PPE a un point de vue contraire sur les questions fondamentales : il se considère notamment comme le moteur de l’intégration européenne, souhaite voir les États-nations diminuer, et croit en une politique de défense et une autonomie stratégique de l’UE qui créeraient des tensions avec les États-Unis et détourneraient l’attention de l’OTAN. Ses membres commencent tout juste à percevoir les dangers de l’immigration de masse et, sur cette base, pourraient bien chercher à établir des relations plus étroites avec l’ECR sur certaines questions.

Serait-il alors possible de revenir aux principes fondateurs de l’UE ? Les conservateurs peuvent-ils sauver l’UE d’elle-même ?

Geoffrey van Orden : L’UE (1993) a connu plusieurs incarnations antérieures, notamment la CECA (1951) et la CEE (1957). Il y a donc un mélange de principes fondateurs. À l’origine (en tant que CECA), elle cherchait à éliminer les rivalités historiques en créant une communauté économique entre des peuples longtemps divisés par des conflits sanglants. C’est le traité de Rome de la CEE qui a exprimé la détermination de créer une « union sans cesse plus étroite » entre les peuples d’Europe, de sorte que l’idée de l’intégration européenne et du dépérissement de l’État-nation était présente dès le départ. Le concept de l’UE a été porté par un très petit groupe d’intellectuels politiques. Cela se poursuit encore aujourd’hui. Un marché commun d’États-nations indépendants n’a jamais été ce qu’ils avaient à l’esprit. En réalité, la plupart des Européens veulent simplement une organisation européenne qui les aide à améliorer leur prospérité économique – tout le reste est superflu. L’UE a maintenant créé sa propre dynamique et tant que les Allemands seront prêts à continuer à payer, elle continuera.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

5 réponses à “« Le PPE commence tout juste à comprendre les dangers de l’immigration de masse » : Entretien avec Geoffrey van Orden”

  1. B-M CHANTREAULT de GUILDARE dit :

    Renvoyons ce brave godon au Royaume-Uni.
    Occupons nous de la France et de l’Europe ( de l’Atlantique à l’Oural ! ) dont il dit très clairement que son pays , en est un adversaire, sinon un ennemi.
    La rengaine des ” pays démocratiques ” est insupportable, quand on suit simplement un schéma politique violemment imperialiste , camouflé derrière le grand frère etatsunien.

  2. Jean-louis Garnier dit :

    Si “L’Ukraine est le bastion extérieur des défenses britanniques” le bastion extérieur des défenses russes est où? En Belgique?

  3. alienor dit :

    ok mais trop tard….ce n’est pas faute d’avoir prévenu !

  4. Francis dit :

    ça lui viendrait pas à la tête que le Russie a le droit elle aussi de se préoccuper de sa sécurité ?
    Quant à l’Angleterre, son vrai ennemi est déjà installé dans ses murs !!!!!

  5. patphil dit :

    mais l’ue prone l’invasion migratoire, comme le haut commissaire au plan français Bayrou qui recommandait la venue de 10 millions de migrants dans son rapport sur la baisse de la natalité

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Mettre fin à l’ordre mondial fondé sur l’hégémonie libérale : le plan de Viktor Orban

Découvrir l'article

A La Une, International

Stephen Nikola Bartulica : « Une grande partie de la responsabilité de ce qui se passe en Europe incombe aux dirigeants politiques conservateurs » [Interview]

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire

Essai sur la démologie ou science des peuples européens [Partie 2]

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

David Engels : « En Pologne, le gouvernement tente de prendre en main l’enseignement primaire et secondaire afin d’influencer la jeunesse » [Interview]

Découvrir l'article

International

Une majorité relative d’Européens veulent que l’Ukraine négocie la paix avec la Russie

Découvrir l'article

International

« Patriotes pour l’Europe » : Le manifeste d’Orbán, de Kickl et de Babiš

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

David Engels : « L’Histoire est au centre de ce qui définit notre identité » [Interview]

Découvrir l'article

A La Une, International

Hanan Serroukh : « Les islamistes ont leurs propres lobbies en Europe, structurés et développés ici, avec des financements des institutions européennes »

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire, Politique

Essai sur la démologie ou science des peuples européens

Découvrir l'article

International

Nikola Zbořilová (Svoboda a přímá demokracie) : « Les frontières extérieures de l’Union européenne ne sont pas assez protégées » [Interview]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky