Étiquette : folle journée

carrousel des mondes marins construit à Nantes par Le Voyage à Nantes, bénéficiaire de subventions publiques, système Ayrault

Nantes Métropole s’avoue incapable de bien contrôler les bénéficiaires de ses subventions

Nantes a vu défiler ces dernières années les affaires liés à la municipalité. L’accumulation des révélations concernant la gestion du Voyage à Nantes, de l’École des beaux-arts Nantes Saint-Nazaire ou de la SAEM Folle Journée commence à faire désordre. La presse locale a eu l’obligeance de ne pas trop insister mais un vrai accident est toujours à craindre. Surtout maintenant

Nantes. La folle comptabilité de la Folle journée : près de 236.000 € détournés…

On comprend mieux l’empressement de la Folle Journée et de la municipalité de Nantes à écarter Joëlle Kerivin, ex-directrice de la SAEM (société anonyme d’économie mixte) la Folle Journée, puisque KPMG a chiffré le préjudice lors du conseil d’administration du 17 mai dernier. Ce sont en effet 232.978 € qui auraient été détournés, auxquels s’ajoutent 3.500 € issus du fonds

Perquisition à la Folle Journée de Nantes : Joelle Kerivin pas seule en cause

Il y a à Nantes une affaire Kerivin, un point c’est tout. Tel est, entre les lignes, le discours servi par Johanna Rolland et son entourage. En bref, Joelle Kerivin, présidente de l’Espace Simone de Beauvoir depuis 2013 et directrice générale de La Folle Journée depuis 2016, aurait un peu mélangé les comptes de ces organisations, et les siens aussi.

Nantes. La directrice de la Folle Journée Joëlle Kerivin démissionnée après des transferts de fonds suspects

La militante féministe et directrice de la Folle Journée Joëlle Kerivin a été poussée vers la sortie – sa démission a été acceptée le 12 mars dernier – après qu’elle ait été mise en cause dans une affaire financière. Elle a anticipé une procédure de révocation. Issue de la communication et de l’événementiel, Joëlle Kerivin a travaillé à l’IGN puis

Folle Journée de Nantes : après l’enracinement en 2017, le déracinement en 2018

03/02/2018 – 06H00 Nantes (Breizh-info.com) – Né en 1995 d’une initiative privée, le festival musical La Folle Journée est depuis 2005 contrôlé par la municipalité nantaise. Si son fondateur René Martin en conserve la direction artistique, l’événement est produit par une société d’économie mixte dépendant de la ville de Nantes et présidée par le socialiste David Martineau. L’influence de la

Folle Journée : Nantes au rythme des peuples

02/02/2017 – 11H30 Nantes (Breizh-info.com) ‑ Fidèle à sa tradition, La Folle Journée propose à Nantes, jusqu’au 5 février, un programme musical très riche. Le thème choisi cette année est Le Rythme des peuples. Joëlle Kerivin, directrice générale de la manifestation, ouvre sa présentation sur une citation très païenne de Serge Lifar : « à l’origine était la Danse, et la Danse

La politique du spectacle vivant à Nantes est loin d’être exemplaire

La politique du spectacle vivant à Nantes est calamiteuse

29/12/2014 ‑07H00 Nantes (Breizh-info.com) ‑ On apprend de drôles de choses dans le rapport que la Chambre régionale des comptes des Pays de la Loire vient de publier sur la gestion du « spectacle vivant » par la ville de Nantes. D’abord, contrairement à ce que la municipalité Ayrault a longtemps laissé croire, Nantes n’est pas la ville de France qui accorde

carrousel des mondes marins construit à Nantes par Le Voyage à Nantes, bénéficiaire de subventions publiques, système Ayrault

Nantes Métropole s’avoue incapable de bien contrôler les bénéficiaires de ses subventions

Nantes a vu défiler ces dernières années les affaires liés à la municipalité. L’accumulation des révélations concernant la gestion du Voyage à Nantes, de l’École des beaux-arts Nantes Saint-Nazaire ou de la SAEM Folle Journée commence à faire désordre. La presse locale a eu l’obligeance de ne pas trop insister mais un vrai accident est toujours à craindre. Surtout maintenant

Nantes. La folle comptabilité de la Folle journée : près de 236.000 € détournés…

On comprend mieux l’empressement de la Folle Journée et de la municipalité de Nantes à écarter Joëlle Kerivin, ex-directrice de la SAEM (société anonyme d’économie mixte) la Folle Journée, puisque KPMG a chiffré le préjudice lors du conseil d’administration du 17 mai dernier. Ce sont en effet 232.978 € qui auraient été détournés, auxquels s’ajoutent 3.500 € issus du fonds

Perquisition à la Folle Journée de Nantes : Joelle Kerivin pas seule en cause

Il y a à Nantes une affaire Kerivin, un point c’est tout. Tel est, entre les lignes, le discours servi par Johanna Rolland et son entourage. En bref, Joelle Kerivin, présidente de l’Espace Simone de Beauvoir depuis 2013 et directrice générale de La Folle Journée depuis 2016, aurait un peu mélangé les comptes de ces organisations, et les siens aussi.

Nantes. La directrice de la Folle Journée Joëlle Kerivin démissionnée après des transferts de fonds suspects

La militante féministe et directrice de la Folle Journée Joëlle Kerivin a été poussée vers la sortie – sa démission a été acceptée le 12 mars dernier – après qu’elle ait été mise en cause dans une affaire financière. Elle a anticipé une procédure de révocation. Issue de la communication et de l’événementiel, Joëlle Kerivin a travaillé à l’IGN puis

Folle Journée de Nantes : après l’enracinement en 2017, le déracinement en 2018

03/02/2018 – 06H00 Nantes (Breizh-info.com) – Né en 1995 d’une initiative privée, le festival musical La Folle Journée est depuis 2005 contrôlé par la municipalité nantaise. Si son fondateur René Martin en conserve la direction artistique, l’événement est produit par une société d’économie mixte dépendant de la ville de Nantes et présidée par le socialiste David Martineau. L’influence de la

Folle Journée : Nantes au rythme des peuples

02/02/2017 – 11H30 Nantes (Breizh-info.com) ‑ Fidèle à sa tradition, La Folle Journée propose à Nantes, jusqu’au 5 février, un programme musical très riche. Le thème choisi cette année est Le Rythme des peuples. Joëlle Kerivin, directrice générale de la manifestation, ouvre sa présentation sur une citation très païenne de Serge Lifar : « à l’origine était la Danse, et la Danse

La politique du spectacle vivant à Nantes est loin d’être exemplaire

La politique du spectacle vivant à Nantes est calamiteuse

29/12/2014 ‑07H00 Nantes (Breizh-info.com) ‑ On apprend de drôles de choses dans le rapport que la Chambre régionale des comptes des Pays de la Loire vient de publier sur la gestion du « spectacle vivant » par la ville de Nantes. D’abord, contrairement à ce que la municipalité Ayrault a longtemps laissé croire, Nantes n’est pas la ville de France qui accorde

À LA UNE

Mayenne. Le Gault et Millau récompense Le Bistrot de la gare, un restaurant ouvrier
A la découverte des Saints Bretons. Le 5 octobre, c’est la Saint Moris (Maurice)
Chypre. Confrontées à une « avalanche » de clandestins, les autorités demandent l'aide de l'ONU
Nantes : un adolescent avec un Colt dans un centre commercial

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !