Étiquette : guerre ukraine

Russie, Ukraine, Guerre mondiale ? Nos dirigeants savent-ils que nous ne sommes pas dans Call of Duty ? [L’Agora]

Je rêve de voir Biden, Macron, Zelensky, Poutine, Von der Leyen, et toute la troupe des Vatenguerre propulsés en première ligne dans une tranchée boueuse dans le Donbass. Un fusil d’assaut dans la main, quelques chargeurs, et démerdez vous. Mais justement, la plupart d’entre eux se retrouveraient comme des idiots, incapables de se servir d’une arme à feu. Incapables de

Ukraine. Ce conflit apparent qui cache le vrai

Depuis le mois de février, la guerre en Ukraine fait la Une des médias. Certaines chaînes de TV y consacrent plusieurs heures d’émission quotidiennes, transformant leurs plateaux en une sorte de forum avec la participation d’anciens militaires (souvent des généraux, hiérarchie militaire du savoir oblige…) Il s’en dégage un « consensus » {mot très à la mode et qui coupe court à

Ukraine : qui sont les véritables « Munichois » ? par Caroline Galacteros

« A quelque chose malheur est bon ». Le conflit ukrainien a permis de lâcher les chiens. Depuis huit mois, la meute des néo-conservateurs bellicistes européens qui peuplent médias et think tanks français fond sur tout individu osant appeler à la raison pour stopper l’escalade militaire qui met l’Europe (et non l’Amérique) en danger vital. Le téméraire est immédiatement traité

Et si l’objectif russe n’était pas de vaincre l’Ukraine, mais de vaincre l’Occident ? [L’Agora]

Comme tout observateur intéressé par l’opération spéciale en Ukraine, je me suis interrogé à de multiples reprises sur le comportement général de l’armée russe, sur sa retenue, sur ses actions ou parfois son inaction, sur la placidité et le calme affichés par la gouvernance russe face à l’hystérie des gouvernances et des médias des pays membres de l’OTAN. J’ai donc

Tribune libre. Quelques réflexions difficiles sur l’Après-Ukraine, par Graham Fuller

Ancien officier de renseignement américain, ayant successivement servi à la CIA – il a été chef de poste à Kaboul –, puis au National Intelligence Council, dont il fut vice-président. Il a ensuite rejoint la Rand Corporation en tant que politologue senior spécialisé dans le Moyen-Orient. Il est aujourd’hui professeur d’histoire à l’Université Simon Fraser. Graham E. Fuller est l’auteur

La Russie a juridiquement tort, mais peut-être historiquement raison [l’Agora]

Tous les soirs nous avons droit, pour ceux qui suivent les chaînes d’info, aux mêmes analyses faites  par des gens qui viennent nous parler de la situation en Ukraine. Toutes vont toujours dans le même sens, qui est celui d’une instruction essentiellement à charge contre la Russie. Cela ressemble plus à de la propagande partisane qu’à de l’information objective, que nous

En voulant l’abattre, on risque de rendre la Russie plus forte !

« Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort », écrivait Nietzsche en 1888 dans le « Crépuscule des idoles ». Le professeur de philosophie Emmanuel Salanskis y voit l’exégèse de l’auto-dépassement de soi. C’est l’idée que l’adversité contrarie l’existence et que, pour y survivre, nous devons trouver à l’intérieur de nous-mêmes les ressources nécessaires. La transposition aux nations est-elle possible ?

Réflexions iconoclastes sur le conflit ukrainien [L’Agora]

Raisons du déclenchement de l’opération Première raison: l’attaque qui était en cours sur les Républiques séparatistes de l’Est, en rupture des accords de Minsk. deuxième raison : Menaces directes sur le territoire russe par l’implantation de matériels militaires occidentaux à la faveur des accusations d’invasion. L’expansion sans fin de l’OTAN vers l’est, contrairement à toutes les promesses faites depuis la

Russie, Ukraine, Guerre mondiale ? Nos dirigeants savent-ils que nous ne sommes pas dans Call of Duty ? [L’Agora]

Je rêve de voir Biden, Macron, Zelensky, Poutine, Von der Leyen, et toute la troupe des Vatenguerre propulsés en première ligne dans une tranchée boueuse dans le Donbass. Un fusil d’assaut dans la main, quelques chargeurs, et démerdez vous. Mais justement, la plupart d’entre eux se retrouveraient comme des idiots, incapables de se servir d’une arme à feu. Incapables de

Ukraine. Ce conflit apparent qui cache le vrai

Depuis le mois de février, la guerre en Ukraine fait la Une des médias. Certaines chaînes de TV y consacrent plusieurs heures d’émission quotidiennes, transformant leurs plateaux en une sorte de forum avec la participation d’anciens militaires (souvent des généraux, hiérarchie militaire du savoir oblige…) Il s’en dégage un « consensus » {mot très à la mode et qui coupe court à

Ukraine : qui sont les véritables « Munichois » ? par Caroline Galacteros

« A quelque chose malheur est bon ». Le conflit ukrainien a permis de lâcher les chiens. Depuis huit mois, la meute des néo-conservateurs bellicistes européens qui peuplent médias et think tanks français fond sur tout individu osant appeler à la raison pour stopper l’escalade militaire qui met l’Europe (et non l’Amérique) en danger vital. Le téméraire est immédiatement traité

Et si l’objectif russe n’était pas de vaincre l’Ukraine, mais de vaincre l’Occident ? [L’Agora]

Comme tout observateur intéressé par l’opération spéciale en Ukraine, je me suis interrogé à de multiples reprises sur le comportement général de l’armée russe, sur sa retenue, sur ses actions ou parfois son inaction, sur la placidité et le calme affichés par la gouvernance russe face à l’hystérie des gouvernances et des médias des pays membres de l’OTAN. J’ai donc

Tribune libre. Quelques réflexions difficiles sur l’Après-Ukraine, par Graham Fuller

Ancien officier de renseignement américain, ayant successivement servi à la CIA – il a été chef de poste à Kaboul –, puis au National Intelligence Council, dont il fut vice-président. Il a ensuite rejoint la Rand Corporation en tant que politologue senior spécialisé dans le Moyen-Orient. Il est aujourd’hui professeur d’histoire à l’Université Simon Fraser. Graham E. Fuller est l’auteur

La Russie a juridiquement tort, mais peut-être historiquement raison [l’Agora]

Tous les soirs nous avons droit, pour ceux qui suivent les chaînes d’info, aux mêmes analyses faites  par des gens qui viennent nous parler de la situation en Ukraine. Toutes vont toujours dans le même sens, qui est celui d’une instruction essentiellement à charge contre la Russie. Cela ressemble plus à de la propagande partisane qu’à de l’information objective, que nous

En voulant l’abattre, on risque de rendre la Russie plus forte !

« Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort », écrivait Nietzsche en 1888 dans le « Crépuscule des idoles ». Le professeur de philosophie Emmanuel Salanskis y voit l’exégèse de l’auto-dépassement de soi. C’est l’idée que l’adversité contrarie l’existence et que, pour y survivre, nous devons trouver à l’intérieur de nous-mêmes les ressources nécessaires. La transposition aux nations est-elle possible ?

Réflexions iconoclastes sur le conflit ukrainien [L’Agora]

Raisons du déclenchement de l’opération Première raison: l’attaque qui était en cours sur les Républiques séparatistes de l’Est, en rupture des accords de Minsk. deuxième raison : Menaces directes sur le territoire russe par l’implantation de matériels militaires occidentaux à la faveur des accusations d’invasion. L’expansion sans fin de l’OTAN vers l’est, contrairement à toutes les promesses faites depuis la

À LA UNE

Wokisme à l’Université de Yale (États-Unis) : Suggestion faite aux Blancs de laisser passer les Noirs dans les files d’attente trop longues et de mettre leur manteau à terre pour leur épargner de marcher dans une flaque d’eau
Amérique : la nouvelle histoire des premiers hommes. Une enquête archéologique édifiante qui bouleverse l'histoire du peuplement du continent américain
A nazione Corsa ma chi Nazione ? La jeunesse nationaliste corse s'interroge sur l'immigration
Gwenvenez-Penfaou (44), da endro didruez