Hongrie. Le parlement vote des mesures de précaution vis à vis des migrants clandestins

hongrie_revolution

07/03/2017 – 11h30 Budapest (Breizh-Info.com) –  Le Parlement de Hongrie a adopté à une large majorité ce mardi 7 mars des mesures de précaution drastiques vis à vis de tous les migrants entrés clandestinement dans le pays, et cela afin de protéger le peuple hongrois de la submersion migratoire que connait l’Europe depuis plusieurs années désormais.

Cette mesure avait été supprimée en 2013 alors que des institutions non élues (UE etHaut-commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) avaient fait pression et mené un chantage (économique notamment) sur la Hongrie, qui en votant cette mesure réaffirme sa souveraineté et sa volonté de protéger sa population.

La nouvelle loi a été adoptée, par une large majorité des partis présents dans le Parlement, par 138 voix contre 6 et 22 abstentions. Elle prévoit que les migrants clandestins seront placés dans des « zones de transit » aux frontières serbe et croate, où ils seront détenus dans l’attente d’une décision définitive concernant leur demande d’asile.

Cette mesure s’appliquera tant aux nouveaux venus qu’aux demandeurs d’asile déjà hébergés dans le pays, au nombre de 586 en février.

Les migrants ne seront pas « détenus » – ce qui sous entendraient qu’ils seraient en prison – comme l’indique la presse mainstream, mais logés dans des préfabriqués, à l’écart de la population autochtone, en attendant la décision administrative. De quoi dissuader une large partie des candidats à l’immigration dans ce pays, et ainsi tarir le flux de migrants en provenance majoritairement d’Afrique et d’Asie.

En 2016, seuls 425 migrants ont obtenu l’asile en Hongrie (sur 29 432 demande déposées dans ce pays ) ; il s’agissait majoritairement de chrétiens fuyant les persécutions dans leur pays d’origine, les demandes déboutées concernant des populations musulmanes jugées « à risque » ou des migrations principalement économiques et n’entrant de facto pas dans le cadre du droit d’asile.

Les pays dits du Groupe de Visegràd (République Tchèque, Hongrie, Slovaquie, Pologne) sont aujourd’hui les seuls à mettre en place des mesures dissuasives concernant l’immigration. Des mesures largement soutenues par la population sur place, comme tous nos correspondants locaux peuvent le confirmer.

 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Pingback: Hongrie : des mesures de précaution vis-à-vis des migrants - Les Observateurs()

  • Pschitt

    Les « zones de transit » créées pour raisons administratives devraient aussi être des « zones de quarantaine » pour éviter la diffusion de certaines maladies en Europe. Les microbes migrent aussi ! Des agents de l’administration pénitentiaire française sont aujourd’hui soignés pour des tuberculoses contractées au contact de migrants, alors que la maladie avait pratiquement disparu chez nous.