Riantec : encore une commune bretonne corsetée par sa dette

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

15/11/2013 – 20H00 Lorient (Breizh-info.com) La Chambre régionale des comptes a publié le 14 novembre son rapport d’observations sur la commune de Riantec. Une nouvelle fois, elle met en évidence les risques de l’endettement.

Riantec supporte une dette de 10 millions d’euros, soit pas loin de 2.000 euros par habitant, enfants en bas âge compris. Ses contrats souscrits auprès de Dexia se traduiront par une forte augmentation des amortissements jusqu’en 2026. La durée résiduelle de la dette, « particulièrement longue » note la Chambre régionale des comptes, est de 37,5 années en moyenne.

Qui plus est, les emprunts de Riantec sont risqués. Pour plus de la moitié de leur montant, ce sont des emprunts indexés sur la livre britannique et le dollar américain. En les souscrivant, la commune s’est durablement lié les mains. Le profil d’amortissement de la dette, note la Chambre, « influera négativement sur les marges de manœuvre de la commune au cours des 15 à 20 prochaines années ».

Pour ne rien arranger, les dépenses de personnel de la commune sont en forte hausse. Les charges réelles nettes ont progressé de 30,9 % entre 2088 et 2011. Les impôts et taxes, eux, se sont alourdis de 17,6 % sur la même période. Les prochaines années ne s’annoncent pas brillantes. Riantec compte 3,91 % de logements sociaux. La loi lui en impose 20 %, rappelle la Chambre. On peut en conclure que leur nombre devrait fortement augmenter dans les prochaines années, ce qui pourrait entraîner une hausse des charges de la commune.

Avec ces nouvelles constructions, peut-on dire aussi, il sera exclu que la population de Riantec revienne au-dessous de cinq mille habitants. Ce seuil est celui au-delà duquel la construction d’une aire d’accueil des gens du voyage est obligatoire. Un projet d’installation à Groac’h Carnec, à l’est du bourg, soulève de fortes oppositions depuis trois ans. « Mais il va bien falloir faire quelque chose, car des nomades prennent prétexte de l’absence d’aire pour installer leurs caravanes en plein bourg », indique un Riantécois. Là encore, ce sont de nouvelles dépenses à prévoir.

Crédit photo : Flechino, domaine public via Wikimedia Commons
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

Articles liés

Annuler la dette : les épargnants vont-ils trinquer ?

Le sujet de la dette est un sujet de longue date que la crise du COVID a eu le bon ton de remettre sur...

Leur dette, votre problème. Qui va payer le coût des confinements ? Vous !

Qui va payer les dettes nouvelles ? Vous, et vos enfants, mais certainement pas les arrières petits enfants! Il faudra payer avant. "Ils" décident de...

Eudes Baufreton : « Chaque Français est endetté de 40 000 euros, par la dette publique »

Eudes Baufreton : « Chaque Français est endetté de 40 000 euros, par la dette publique » Le délégué général de “Contribuables Associés” était l'invité...

Les dix pays africains les plus endettés (… et à la grande fragilité face à la crise)

Le Centre d'étude et de réflexion sur le Monde francophone (CERF) publie une étude sur l'endettement des pays africains en cette année 2020, que...