25/11/2013 – 11H00 Nantes (Breizh-info.com) – Vendredi 22 novembre, vers minuit, un groupe de « jeunes à capuche » entrent dans un bus nantais de la Semitan. Le chauffeur leur demande alors de payer leur ticket, comme tout le monde, ce qu’ils se refusent à faire et qu’ils revendiquent d’ailleurs haut et fort.
Le chauffeur de bus insistant pour que le ticket soit réglé, les jeunes commencent par l’insulter, puis l’un des agresseurs sort une bombe lacrymogène et gaze le chauffeur de bus. Les policiers arrivés peu de temps après sur les lieux ont interpellé deux des responsables de cette agression, à Saint-Herblain, au terminus de la ligne 1 du tramway.
Après moins de vingt-quatre heures de garde à vue, les deux âgés de 17 et 18 ans ont été libérés, le mineur sera convoqué devant le juge pour enfant et devrait être mis en examen pour port d’arme, violence et outrage aggravé.
Le second, majeur, était uniquement poursuivi pour outrage bien qu’ayant participé à cette violence en réunion. Il a écopé d’une composition pénale, peine alternative à une condamnation judiciaire et ne sera donc plus inquiété. Le conducteur du bus a été quant à lui brûlé par le gaz, et demeure très choqué par cette agression.

Depuis plusieurs années, les violences se multiplient dans les transports collectifs urbains nantais, notamment sur les lignes desservant les quartiers dits « sensibles », quartiers à forte hétérogénéité ethnique et culturelle. Les syndicats avaient déjà dénoncé, en 2012, l’explosion de ces violences (102 agressions physiques entre 1er janvier et 30 septembre 2012).

Crédit photo : Manuel MC/Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.