« Antifas » : des barbouzes au service de Manuel Valls ?

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

05/02/2014 – 07H00 Bretagne (Breizh-info.com) — Depuis que Manuel Valls est ministre de l’Intérieur, les réseaux d’extrême gauche  bénéficieraient-ils  de passe-droit lorsqu’il s’agit d’agresser tous ceux qu’il désigne comme des « ennemis de la République »? Une vidéo publiée samedi par l’agence Info Libre  semble  le démontrer .

Cette vidéo montre en effet un journaliste venu couvrir une manifestation pro avortement à Paris le 1er février dernier. On le voit se faire menacer et  voler son vélo par un groupe de militants. Ils appartiennent à l’extrême gauche radicale parisienne. On y aperçoit surtout un policier en civil « extraire » le journaliste de la manifestation. Il lui explique qu’il ne peut pas rester là,  car il risquerait d’y perdre son intégrité physique, voire sa vie,  tant les personnes qui l’ont molesté sont dangereuses. (voir la vidéo).

Cette atteinte à la liberté de la presse n’en est qu’une  de plus parmi les nombreuses constatées ces temps derniers – l’arrestation du journaliste de Breizh-info lors de la manifestation du 26 janvier dernier en témoigne. Mais le plus stupéfiant de cette vidéo, filmée en caméra cachée, ce sont les consignes énoncées par le policier, qui ignorait qu’il était enregistré.
Il affirme en effet que les forces de police reçoivent l’ordre de leur hiérarchie – donc du ministère de l’Intérieur – de ne  fouiller ni interpeller ces militants d’extrême gauche, y compris si ces derniers sont « outillés» (armés). Expliquant être en « sous-effectif » – ce qui n’était manifestement pas le cas le lendemain pour la LMPT – le policier demande donc au journaliste de quitter les lieux « car sa sécurité ne peut pas être assurée ».

Certains groupes radicaux, classés à gauche ou à l’extrême gauche, comme ceux qui se désignent comme  » antifas » ne seraient ils pas devenus les « barbouzes » de notre époque ? Seraient-ils tolérés, aidés,  financés par le pouvoir actuel comme le SAC – Service d’Action Civique – au temps du gaullisme? Les différentes agressions et dégradations de ces derniers mois, à Brest, Nantes ou encore Rennes tendraient à le démontrer.  Des individus clairement identifiés s’en étaient alors pris à des personnes ou à des biens sans que la justice n’engage de poursuites.
Breizh-info avait rapporté les propos tenus par plusieurs policiers du SDIG de Bretagne. Ils confirmaient que des consignes sont données pour que les forces de police ne s’occupent pas des membres de l’extrême gauche, notamment dans ses bastions.

La volonté affichée du ministre de l’Intérieur de casser l’ensemble des organisations ou associations, qui contestent François Hollande et son gouvernement, semble ne pas avoir de limite. Il intime aux forces de police l’ordre de réprimer violemment et de procéder à des arrestations massives lors de manifestations pacifiques (Manif Pour Tous 2013, Jour de Colère 2014). Il décide de dissoudre des mouvements d’opposition au prétexte qu’ils menaceraient  la République. Il met  au ban de la société un humoriste controversé , quitte à instaurer une justice d’exception – la rapidité du jugement du Conseil d’État lors de l’affaire du spectacle à Nantes constitue un cas  unique.

Si  un gouvernement de « droite » avait agi ainsi, il n’aurait pas manqué d’être dénoncé par tous les défenseurs des droits de l’homme.  Aujourd’hui, il semblerait qu’en ce domaine tout soit permis au pouvoir écolo-socialo- communiste pour mettre en place en douceur  un régime quasi policier. Celui-ci tente ainsi de faire oublier ses échecs (sécuritaires, économiques, sociaux) en agitant l’éternelle menace  – mais qui y croit encore ? – d’un hypothétique « ennemi de l’intérieur ».

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

6 Commentaires

  1. Manuel Valls est un socialiste haineux et sectaire qui ne reculera devant rien pour atteindre ses objectifs politiques. Qui veut la fin veut les moyens…

  2. Ca sent le gros fake…

    Cette vidéo ne montre rien, juste le témoignage d’un type qui se prétend flic, affirmant qu’ils sont deux pour surveiller, mais qu’il y a quand même des CRS à côté finalement. Que Valls laisse des hordes armés dans la rue, mais on ne voit pas d’arme ni même de violence.
    Enfin, un « journaliste » qui ne dit pas son nom, qui ne doit pas avoir de carte de presse, et nous livre ce qui semble être un montage de mauvaise qualité destiné à effrayer le lecteur.

    Si l’on en juge par le nombre d’arrestation dans les milieux d’EG et antifas, je ne pense pas que l’on puisse parler de complaisance.

    Au plaisir.

  3. Quand j’étais enfant, la gauche représenté pour moi l’amour de son prochain, le partage, etc…
    Tu parles, tous des pourris, voleur menteur et des assassins violeur d’enfants.

  4. Qui sont les fascistes? ceux qui utilisent les méthodes fascistes et violentes contre ceux qui ne pensent pas comme eux,interdisent leurs réunions.etc… donc les antifas sont de fait des fascistes ce sont les S.A. de M.Valls.

  5. Le socialisme est la mère de toutes les dictatures totalitaires,elle a donné le socialo-fasciste Mussolini,le socialo-national Hitler, le sociialste Lénine puis Staline,Mao en découle,génocidaire de son propre peuple avec la révolution culturelle qui a tué 22 millions de gens soit autant que la première guerre mondiale sur tos les fronts. puis Pol Pot Le problème n’est pas que tous ces monstres ont existés, le problème est que la machine à les créer existe toujours et c’est le socialisme.Bien sur il y a eu dans divers pays des dictatures locales .mais la différence dans ces dictatures c’est que si vous ne critiquez pas le régime il ne vous arrive rien alors que dans les dictatues totalitaires qui sont bouliimiques,vous pouvez etre exterminé si vous ne faites rien de grave, comme ça parce que le socialisme en a décidé ainsi.A vous d’y mettre fin ;car vous etes les créateurs de votre monde.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Valls : 60% eus an divizoù a zo e spagnoleg el liseoù

Ouzhpenn anv ur ministr kozh cheñch-dicheñch eo Valls, anv ur ger eus Katalonia-ar-su eo. E penn ar c'huzul-kêr emañ Dolors Farré Cuadras, ha hi...

Jean-Michel Blanquer evit an « talvoudoù republikan »

Un « emsav kevredigezhel » a vo lañset an hañv-mañ gant Jean-Michel Blanquer evit difenn an « talvoudoù republikan ». Hervez kont e klask ministr an Deskadurezh Stad...

Eric Zemmour face à Manuel Valls : « J’assume très bien être identitaire si c’est pour défendre l’identité française ! »

Eric Zemmour face à Manuel Valls : « J’assume très bien être identitaire si c’est pour défendre l’identité française ! » Face à l'info, débat...

Fusion des régions : le gouvernement aurait dû écouter les Bretons

La fusion des régions françaises, passant de 22 à 12 en métropole au 1er janvier 2016, n'a pas eu les effets bénéfiques escomptés par...