Nantes. Une manifestation bretonne à double tranchant

A LA UNE

26/06/2014 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) – De la droite nationaliste (Adsav!) à l’extrême gauche antifasciste (Breizhistance) en passant par des responsables de l’UMP (Marc le Fur), du PS (Jean-Jacques Urvoas), des régionalistes (Christian Troadec, le Parti Breton, l’UDB notamment) des acteurs de la société civile, des syndicats, des associations (Bretagne Réunie, 44=BZH, Diwan …) , il devrait y avoir du monde issue de tendances très différentes, voire opposées, à battre le pavé dans les rues de Nantes ce samedi, en faveur de la réunification de la Bretagne.

Sans compter le nombre de soutiens « médiatiques » que compte désormais la cause des partisans du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne : ainsi, un collectif d’artistes pour la réunification de la Bretagne s’est monté emmené notamment par Gilles Servat, Alan Stivell et le groupe Tri Yann, ce dernier ayant manifestement oublié que Jean-Louis Jossic a été plusieurs années élu municipal de Nantes et proche de ceux qui oeuvrent aujourd’hui contre la réunification.

De son côté, Marc le Fur, un des députés fer de lance de la cause bretonne (UMP) appelle également les Bretons à manifester « J’appelle tous les Bretons qui le peuvent à se rendre à Nantes, samedi, pour manifester, afin de peser sur le débat parlementaire qui va débuter dès le mois de juillet. Nous redirons avec force que nous voulons que Nantes figure dans la nouvelle région Bretagne à cinq départements », déclare t-il. « Les Bretons ne sont pas les seuls à contester le découpage territorial réalisé à l’Elysée sur un coin de table dans la soirée du lundi 2 juin dernier. Avec les Languedociens, les Picards, les Poitevins, ils doivent être en mesure d’obtenir la modification de ce découpage arbitraire et contraire au bon sens. » conclut Marc Le Fur.

Patrick Le Lay, patron de TF1, qui n’a jamais caché son attachement fervent à la Bretagne (ni son souhait de profiter du « temps de cerveau disponible » des téléspectateurs, pour leur vendre des boissons sucrées), est également venu apporter son soutien hier à l’Assemblée nationale en compagnie de Yann Queffelec, ou encore de Christian Guillemot lors d’une prise de parole organisée par Bretagne réunie, dans une salle mise à sa disposition.

Outre ces personnalités, les Bonnets rouges appellent également dans un communiqué à rejoindre le cortège samedi prochain.

Difficile néanmoins, malgré le nombre important d’associations et de mouvements qui appellent à la manifestation ( liste recensée sur le site de 44=BZH, avec, il convient de le préciser, une censure visant les associations qui ne correspondent pas à la charte politique très à gauche de l’association) de savoir combien de personnes seront dans les rues de la capitale historique de la Bretagne samedi prochain.

Les organisateurs ont en effet pris un risque énorme en annonçant une manifestation à trois semaines, là où ils auraient pu prévoir une manifestation monstre (de type manif pour tous) à quelques mois, à la rentrée par exemple, en mobilisant des bus de toute la Bretagne et en menant une campagne de communication digne de ce nom. Avec le risque,  si la manifestation ne rassemble pas un nombre très important de personnes, de voir les partisans des Pays de Loire ou d’une fusion hors Bretagne mettre en avant la faible mobilisation pour faire prévaloir leur point de vue.

Faute de moyens financiers suffisants, de communicants professionnels  – de nombreux sites Internet oeuvrant pour la Bretagne ont quelques années techniques de retard – et surtout souvent prisonniers d’un folklore breton d’arrière garde et d’un certain sectarisme de gauche, le combat pour la réunification de la Bretagne semble avoir du plomb dans l’aile.

Ces lacunes, cumulées avec le manque d’implication des grandes forces économiques de Bretagne et la persistance de l’adhésion de nombreux Bretons au Parti socialiste ou à ses alliés, expliquent en partie pourquoi la Bretagne ne parvient pas pour le moment, à contrario des Catalans ou des Basques qui descendent par millions dans la rue pour leur liberté, à émerger en tant que région autonome d’Europe au 21ème siècle.

Crédit photo  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pass Sanitaire : l’overdose !

A la Une ce soir, la prolongation du pass-sanitaire discutée à l’Assemblée Nationale. Mardi soir, les opposants à la...

Immigration. 67% des Français inquiets d’un « grand remplacement » de population

Un sondage qui pourrait faire l'effet d'une bombe. 67% des Français se disent en effet inquiets d'un « grand...

8 Commentaires

  1. Ne critiquez pas trop Jean-Louis Jossic ! Après vingt ans d’auto-lavage de crâne, on aurait pu comprendre qu’il fasse profil bas. Réjouissons-nous plutôt de voir Tri Yann désormais libre de dire ce qu’il pense (et l’on espère que JLJ publiera ses mémoires d’adjoint au maire, il a sûrement beaucoup à raconter !).
    Le vrai problème pour la réunification, c’est 44=BZH. L’extrémisme de Breiz Atao a durablement obéré la cause bretonne dans les années 1930. Aujourd’hui, l’extrémisme a changé de couleur, mais pas de nature ni de capacité de nuisance : on n’a pas envie d’être vu avec des gens comme eux.

  2. Bonjour à tous,

    Pour Tri Yann il y aurait presque de quoi rire, en lisant certains commentaires !!

    Ils ont TOUJOURS été libre de dire ce qu’ils voulaient, de refuser les subventions et les postes à la mairie, tant que le pays restera gauche caviar et pro- islam, ils ne publieront aucune mémoire :
    Le silence est d’or non ? Le sujet n’est plus la Bretagne, mais le fric dans ce cas bien précis. Ouvrez les yeux…

  3. C’est aux citoyens de Loire Atlantique de décider de leur destin.

    Trop de « bretons » nous ont les premiers volé notre identité. A commencer par les nationalistes qui nous ont vendus à Vichy en spéculant sur une victoire des Nazis qui leur auraient donné leur indépendance, abandonnant jusqu’à la manne de leur port à la France. Pauvres crétins!

    Depuis mon enfance j’entends cette phrase écoeurante : « Vous les Nantais vous n’êtes pas bretons, heu heu heu… ». Nous les nantais, vous nous avez contraints à rester bretons simplement en conscience comme l’a écrit Tri Yan que les méprisants feraient bien d’écouter. Vous avez décrété, parce que la carte administrative vous le disait, que ma grand-mère née en 1899 à Saint Etienne de Montluc et qui faisait à genoux le pèlerinage de sainte Anne n’était plus bretonne.

    Vous ne connaissez rien à l’âme déchirée des nantais de souche, vous les « bretons », orgueilleusement drapés dans votre Gwën a Du, ignorant jusqu’à l’hermine du drapeau nantais.

    Aujourd’hui vous nous réclamez parce que vous venez juste de calculer l’intérêt économique du rattachement.
    Pitoyable!
    A 45 ans j’ai fait trop de manifs que vous snobiez ostensiblement. Alors aujourd’hui, vous tristes acculturés, politiques et sectaires, vous encore, indignes descendants des traîtres, et bonnets rouges fraîchement convertis pour le fric, allez vous faire f…. Je resterai bretonne en conscience, comme vous nous y avez réduits.

    Nantes n’appartient qu’aux nantais quant à notre âme, elle ne s’achète pas.

  4. Et encore un grand merci de la part des commerçants du centre ville de Nantes pour une manif organisée le samedi des soldes !

    Qu’ils ne viennent pas ensuite se plaindre qu’il n’y a plus de croissance et d’emplois ! Et que seuls les centres commerciaux comme Atlantis subsistent….mais c’est sans doute le but recherché !

    A force d’accumuler les manifs Nantes est en train de perdre son attractivité par rapport aux autres grandes métropoles françaises

  5. Pourquoi ne pas élargir l’horizon, accepter l’idée d’être regroupé avec les Pays de Loire. Au moins Nantes reviendrait dans le giron de la Bretagne. Par ailleurs, cela aurait un sens culturel puisqu’avant l’arrivée des romains, les pays de Loire faisaient partie de l’Armorique. Actuellement sans marqueur culturel fort, les Pays de Loire retrouveraient rapidement leurs points communs avec la Bretagne (Gallo, histoire monastique, influence économique, …) et permettraient de renforcer la région dans son ensemble sans la dénaturer.
    A terme, cela constituerait un ensemble armoricain plus puissant pour faire ses droits vis-à-vis de Bruxelles et s’émanciper d’un pouvoir parisien aussi étranger aux bretons que peut l’être celui de Rome.

  6. Quand je vous lis les nantais, j’ai envie de gerber ! l’un partisan du grand ouest, l’autre ulcéré de ne pas avoir pu faire les soldes, un autre qui nous traite de « tristes acculturés, politiques et sectaires, vous encore, indignes descendants des traîtres, et bonnets rouges fraîchement convertis pour le fric… »

    non je ne suis pas allée manifester pour cette réunification, oui je suis morbihannaise fièrement enveloppée dans mon Kroaz Du, je suis allée manifester en avril, à Nantes je n’y ai vu que populations étrangères, des gens qui demandaient pourquoi nous manifestions…
    restez donc avec vos algériens qui fêtent leur victoire dans votre centre ville, restez donc avec vos délinquants, restez donc avec votre gay pride et vos dégénérés, restez donc avec vos antifas, c’est vous qui avez élu Ayrault, vous n’avez que ce que vous méritez après tout. Que ceux qui se sentent vraiment bretons viennent nous rejoindre.

  7. Si je comprends bien Marie, elle n’aime pas les étrangers, les gays, les gauchistes, en gros tous ceux qui ne vivent et ne pensent pas comme elle….

    Bel exemple d’intolérance !

    Moi le parisien d’origine je pense à retourner dans la capitale pour échapper à toutes les querelles de clocher de l’Ouest……

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés