Vote de confiance. 10 députés « frondeurs » chez les socialistes bretons ?

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

15/09/2014 – 07h00 Bretagne (Breizh-info.com) – L’affaire des « frondeurs » – qui est intervenue à quelques jours du vote de confiance (le 16 septembre) au gouvernement – ne pouvait qu’amener une réaction des soutiens du gouvernement Valls. Ce qui fut fait avec la publication de « l’appel des 200 » députés socialistes « ni godillots ni déloyaux ».

 « Il ne s’agit pas de changer pour changer, mais de construire une France plus efficace et plus juste, face aux inégalités territoriales et sociales » proclame l’appel avec une langue de bois épatante. Mais qui n’interdit pas la lucidité : « le débat entre godillots et déloyaux n’a pas de sens. Si ce n’est notre affaiblissement collectif. » En clair : attention aux prochaines échéances électorales ! Le maintien de a division accélérera notre défaite.

Le site Lemonde.fr fournit la liste des signataires ; ils sont très exactement 208 alors que le groupe SRC compte 290 membres à l’Assemblée nationale.

Il était évidemment intéressant de vérifier comment les 29 socialistes bretons se sont comportés à cette occasion. 19 ont signé « l’appel », et par conséquent soutiennent le gouvernement et sa ligne sociale-libérale, 10 ne l’ont pas fait, soit parce qu’ils se sentent proches des « frondeurs », soit parce qu’ils se veulent « neutres » dans ce conflit interne au PS.

Les dix neufs qui ont signé sont : P. Adam (Brest-centre), François-André (Rennes Nord-Ouest), Nathalie Appéré (Rennes Nord-Est), Jean-Luc Bleuven (Brest-Ouest), Marie-Anne Chapdelaine (Rennes-Chantepie), Marie-Françoise Clergeau (Nantes-Ville), Yves Daniel (Châteaubriant), Corinne Erhel (Lannion), Sophie Errante (Vertou), Annie Le Houérou (Guingamp), Annie Le Loch (Douarnenez), Jean-Pierre le Roch (Pontivy), Michel Ménard (Nantes-Carquefou), Hervé Pellois (Vannes), Monique Rabin (Paimboeuf) , Dominique Raimbourg (Nantes-Rezé), Marcel Rogemont (Rennes-Centre-Ouest), Gwendal Rouillard (Lorient), Jean-Jacques Urvoas (Quimper).

Les dix qui n’ont pas signé sont : Jean-Marc Ayrault (Nantes Saint-Herblain), Marie-Odile Bouillé (Saint-Nazaire), Gwenegan Bui (Morlaix), Richard Ferrand (Carhaix-Châteaulin), Chantal Guittet (Landerneau), Gilbert le Bris (Concarneau), Viviane le Dissez (Dinan), Michel Lesage (Saint-Brieuc), Jean-René Marsac (Redon), Philippe Noguès (Hennebont).

On peut observer quelques bizarreries : ainsi Gwenegan Bui, député de Morlaix, mais surtout suppléant de Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, ne signe pas le texte, donc ne soutient pas le gouvernement auquel appartient sa patronne. Se croit-il obligé de faire plaisir à la copine de Mme Lebranchu, une certaine Martine Aubry ? Alors que Gwendal Rouillard, député de Lorient, et lieutenant de Jean-Yves le Drian, signe et soutient l’exécutif.

Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre, ne se croit pas obligé d’apporter son soutien à son ancien Ministre de l’Intérieur Manuel Valls, qui lui a pris sa place – ça se comprend.
Dans le secteur où les Bonnets rouges constituent une incontestable force politique et électorale, Richard Ferrand, Chantal Guittet, Gilbert Le Bris et Philippe Noguès préfèrent ne pas se mouiller. On n’est jamais assez prudent en ces temps difficiles.

Cette mauvaise humeur s’estompera en décembre lorsqu’arrivera l’heure de vérité, c’est-à-dire le vote de la loi de finances 2015. A cette occasion se forme le clivage officiel majorité/opposition : ceux qui votent pour le budget et ceux qui votent contre. Nos dix députés socialistes bretons – récalcitrants pour le moment – rentreront dans le rang ce jour là. Ou avant …

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Football. Ligue 1, Ligue 2 : le point sur la rentrée des clubs bretons

La Ligue 2 vient de débuter, avec notamment le match entre Le Havre et Guingamp, et un beau match...

Onoda, un film tranchant comme un coup de sabre

Encore un film tiré d’« une histoire vraie », mais l’avertissement est ici nécessaire afin d’attester la véracité d’un...

Articles liés

Vaccination obligatoire pour tous : les parlementaires socialistes veulent l’imposer à partir du 1er octobre [Vidéo]

Tandis que l'instauration du pass sanitaire a suscité un vaste mouvement de colère populaire le 24 juillet dans de nombreuses villes de France, députés...

Valls : 60% eus an divizoù a zo e spagnoleg el liseoù

Ouzhpenn anv ur ministr kozh cheñch-dicheñch eo Valls, anv ur ger eus Katalonia-ar-su eo. E penn ar c'huzul-kêr emañ Dolors Farré Cuadras, ha hi...

Jean-Michel Blanquer evit an « talvoudoù republikan »

Un « emsav kevredigezhel » a vo lañset an hañv-mañ gant Jean-Michel Blanquer evit difenn an « talvoudoù republikan ». Hervez kont e klask ministr an Deskadurezh Stad...

Eric Zemmour face à Manuel Valls : « J’assume très bien être identitaire si c’est pour défendre l’identité française ! »

Eric Zemmour face à Manuel Valls : « J’assume très bien être identitaire si c’est pour défendre l’identité française ! » Face à l'info, débat...