Nantes. De l’importance de la manifestation du 27 septembre

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

16/09/2014 – 12h00 Nantes (Breizh-info.com) – Samedi 28 juin, la manifestation pour la réunification organisée à Nantes fût une réussite.
Beaucoup de monde, certes, mais pas suffisamment pour inquiéter Jean-Marc Ayrault et le gouvernement. Tant qu’on ne parviendra pas à dépasser le seul critique des 20 000 personnes, Paris ne bougera pas. Faire peur aux ministres, députés et sénateurs est indispensable pour que la réunification soit prise en considération.

Pour l’instant – après le vote du projet de loi relatif à la délimitation des régions en première lecture – une espèce de compromis a été établi entre Jean-Yves le Drian et M. Ayrault : au premier la Bretagne (4) et au second les Pays de la Loire. A chacun de respecter l’armistice décidé au plus haut niveau.

Effectivenemt, faute d’une organisation de masse, le Mouvement breton apparait faible dans ces circonstances. La mobilisation s’effondre d’une manière individuelle ou par petits groupes. A deux ou trois, on fait une voiture …
Seuls les Bonnets rouges étaient capables d’affréter des bus et de faire venir des militants déjà rodés à la manifestation. Ils ont fait leur apprentissage avec les portiques écotaxe et ont pris l’habitude de descendre dans la rue (de moins en moins nombreux) pour contester le pouvoir.

Ne pas disposer d’un grand parti constitue donc une faiblesse, mais en même temps fait figure d’avantage. De ce fait, l’opération donne une allure populaire, improvisée, sympathique et on peu se permettre de ratisser large : on n’effraie personne.
Alors qu’avec un parti hégémonique, il y aurait obligatoirement un rejet de la part d’une partie du public breton. Et puis les partis ne sont pas à la mode, c’est ce que montre un récent sondage. Seuls 17% des personnes interrogées pensent que les partis sont « plutôt bien adaptés à la situation actuelle du pays » et 85% jugent qu’ils ne sont pas « proches des réalités quotidiennes des Français ».
Ainsi, seulement 24% des personnes interrogées disent avoir une bonne opinion du PS. L’UMP, elle, est à peine mieux perçue : 31% des sondés disent avoir une bonne opinion du parti de droite (le JDD, 31 août)

Prochain round, le samedi 27 septembre. L’association Bretagne réunie lance un appel à la « mobilisation générale ». Le mot d’ordre tournera autour du chiffre 5 , « comme les cinq départements bretons, mais comme les cinq doigts de la main, mais aussi comme cinq fois plus de manifestants ».

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Football. Ligue 1, Ligue 2 : le point sur la rentrée des clubs bretons

La Ligue 2 vient de débuter, avec notamment le match entre Le Havre et Guingamp, et un beau match...

Onoda, un film tranchant comme un coup de sabre

Encore un film tiré d’« une histoire vraie », mais l’avertissement est ici nécessaire afin d’attester la véracité d’un...

1 COMMENTAIRE

  1. Il faut au moins 50.000 personnes le 27 septembre, pour que la donne puisse changer, c’est à dire sortir du statuquo. En seconde lecture il est illusoire de croire que la réunification de la Bretagne se fera. La seule possibilité est d’obtenir la fusion Centre-Pays de Loire à court terme pour en exfiltrer d’ici 2017 la Loire-Atlantique en Bretagne (et la Vendée vers l’Aquitaine-Poitou).

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes : affaire Steve Maia Caniço – mise en examen du commissaire Chassaing

Il aura fallut deux ans d'enquête pour aboutir à une première mise en examen pour homicide involontaire dans l'affaire du décès de Steve Maia...

Nantes. Quelques conseils pour trouver un logement avec un budget étudiant

Plus de 50 000 étudiants de tout horizon viennent chaque année étudier à Nantes, ce qui en fait la 5e ville universitaire de France. Plus...

Deux véhicules brûlés aux Dervallières, un scooter incendié quartier Procé

Dans la nuit du 11 au 12 juillet, une camionnette et une voiture ont encore été incendiés rue Watteau aux Dervallières vers 0h45 –...

Nantes : la police sévit contre les rodéos et les voleurs de colliers

Ce 9 juillet vers 1h30, trois individus ont agressé deux jeunes et arraché un collier que l'un d'eux portait. Intervenue rapidement, la police arrive...