Nantes. Le grand oral de la Bretagne à 5 départements

A LA UNE

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...
27/09/2014 – 08H30 Nantes (Breizh-info.com) – Des milliers de personnes sont attendues à Nantes où elles devraient défiler cet après-midi du 27 septembre pour réclamer la réunification de la Bretagne. Les organisateurs – l’association Bretagne Réunie, des mouvements comme Breizh Impact et plusieurs partis politiques bretons – espèrent réunir deux fois plus de monde que lors des deux éditions précédentes qui avaient vu entre 8500 et 17000 personnes battre le pavé nantais. Le ban et l’arrière-ban du monde culturel breton se mobilise et 25 cars sont attendus de diverses villes bretonnes et même de Paris.

Le départ est fixé à 14 h place de la Petite Hollande, mais dès 13 heures élus et personnalités politiques et culturelles se réuniront dans un barnum VIP au même endroit. Le parcours reste classique pour une grande manifestation nantaise : les manifestants traverseront le terre-plein de l’ile Gloriette, monteront la rue Jean-Jacques Rousseau, bifurqueront dans la rue Franklin une fois arrivés en haut, descendront la rue du Calvaire, emprunteront le cours des 50 Otages, descenderont la rue de Strasbourg (ce qui leur permettra de passer devant les vestiges du couvent des Jacobins en bas où se tenaient les Etats de Bretagne entre le XVIe et le XVIIIe siècle), et boucleront la boucle par le cours Franklin Roosevelt.

L’organisation de la manifestation a prévu de vendre des veilleuses aux manifestants; celles-ci seront allumées et déposées devant le Château des Ducs de Bretagne afin de montrer que les Bretons se souviennent et honorent leur histoire, et sans doute aussi que « quoi qu’il arrive la flamme de la résistance bretonne ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas ».

Les organisateurs espèrent qu’une forte mobilisation démontrera aux pouvoirs publics à Paris que les Bretons sont décidés à se retrouver « unis comme les cinq doigts de la main » pour ravoir la Loire-Atlantique. Depuis des mois, des initiatives de fond et un intense lobbying se conjuguent pour convaincre les décideurs politiques et économiques locaux que la réunification est un pari gagnant; Breizh Impacte a lancé une initiative intitulée « Construire la Bretagne »  afin de donner plus de visibilité au projet défendu depuis des années par Bretagne Réunie : à savoir une Bretagne et une Normandie réunifiée, une grande région Poitou qui inclurait la Vendée et une grande région Val de Loire qui s’écoulerait d’Orléans en Angers.

Pendant ce temps, les nuages s’amoncèlent sur la réforme régionale souhaitée par le gouvernement. Après la Savoie dont les deux départements veulent s’unir et refusent la grande région Auvergne-Rhône-Alpes, après la mairesse de Lille, une certaine Aubry Martine, qui refuse d’ajouter de la pauvreté à la pauvreté et la Picardie au Nord-pas-de-Calais, après les élus basques et catalans qui demandent plus d’autonomie et moins de grandes régions, la paisible et riche Alsace entre à son tour dans la jacquerie pour le rester. Malgré l’échec du référendum pour la fusion des deux départements, les conseils généraux d’Alsace persistent et signent  : ils ne veulent ni de la Lorraine et de la Champagne, mais demandent la fusion de leurs collectivités et la création d’un Conseil d’Alsace à compétences élargies, avec un statut proche de l’Assemblée de Corse.

Photo : DR
[cc]
Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Football. Ligue 1, Ligue 2 : le point sur la rentrée des clubs bretons

La Ligue 2 vient de débuter, avec notamment le match entre Le Havre et Guingamp, et un beau match...

Onoda, un film tranchant comme un coup de sabre

Encore un film tiré d’« une histoire vraie », mais l’avertissement est ici nécessaire afin d’attester la véracité d’un...

2 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes : affaire Steve Maia Caniço – mise en examen du commissaire Chassaing

Il aura fallut deux ans d'enquête pour aboutir à une première mise en examen pour homicide involontaire dans l'affaire du décès de Steve Maia...

Manifestation contre le Pass Sanitaire à Paris. Le reportage que vous ne verrez pas sur les médias du Système

Démonstration de force réussie contre le pass-sanitaire. Après les annonces d’une rare violence du président de la République lundi dernier, les Français étaient mobilisés...

Nantes. Quelques conseils pour trouver un logement avec un budget étudiant

Plus de 50 000 étudiants de tout horizon viennent chaque année étudier à Nantes, ce qui en fait la 5e ville universitaire de France. Plus...

Tyrannie sanitaire. 150 000 à 200 000 personnes dans les rues de France

150 000 à 200 000 personnes ont défilé dans les rues de France ce samedi, contre la tyrannie sanitaire instaurée par Emmanuel Macron et...