Manifestation pour la réunification : une organisation en demie-teinte

A LA UNE

05/10/2014 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) – Réussir une manifestation ne consiste pas seulement à réunir 15 000 personnes à Nantes. En effet un brin de professionnalisme en la matière ne nuit pas. Car l’objectif de pareils rassemblements s’appelle impact médiatique ; on doit « travailler » au profit du JT du soir. Il faut raisonner « télévision », et donc songer à fournir de « belles » images à TF1 et à France2. Sur ce plan, il n’est pas certain qu’on puisse parler de réussite à propos de la manifestation du 22 septembre.

En effet, les insuffisances apparaissaient nombreuses. Pourtant, après plusieurs défilés, la machine devrait être bien rodée. Mais ce n’est pas le cas, on sent toujours flotter cet amateurisme cher au Mouvement breton. Difficile de prétendre que les organisateurs brillent par leur savoir-faire.

Par exemple, que le cortège ne soit pas précédé par une banderole « réunification » étonne. Par exemple, qu’on soit incapable de mobiliser un « grand » bagad – Kemper, Locoal-Mendon, Pondi…- pour ouvrir le cortège apparaît curieux. Les télés adoreraient filmer un bagad en grande tenue, comme au Festival Interceltique de Lorient. La chose aurait de la gueule et frapperait les esprits ; ce ne serait plus une manif « ordinaire »…

L’absence de banderoles « réunification » ou « Nantes en Bretagne » dans le cortège pouvait même amener les Nantais qui regardaient le « spectacle » à se demander de quoi il s’agissait …

Autre preuve d’une certaine inorganisation : l’arrivée du cortège sur la place de la Petit-Hollande. Vide total sur la scène. Silence abyssal. Les manifestants étaient en droit de se demander ce qu’ils faisaient là. Il a fallu attendre une heure pour qu’un couple de sonneurs se dévoue pour donner une ambiance musicale.

La prochaine fois, les dirigeants de « Bretagne réunie » ne peuvent que faire mieux. Surtout s’ils se souviennent de l’importance des banderoles « réunification » et « Nantes en Bretagne » qui résument toute l’affaire ; elles évitent les longs discours inutiles et elles correspondent à l’attente des photographes et des cameramen.

On a le droit de s’interroger sur l’identité du fabricant des petites pancartes individuelles : texte souvent affligeant, quelquefois en anglais, sans doute pour faire « moderne » … Là encore on oublie de raisonner « médias ». Si quelques-unes faisaient rire, elles seraient les bienvenues…

Bernard Morvan

Photo : DR
[cc]
Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tests de dépistage du Covid-19 : ils ne vont être payants que pour les non vaccinés

À partir du 15 octobre prochain, les tests de dépistage du Covid-19 vont devenir payants en France, mais uniquement...

Présidentielle 2022. Eric Zemmour au coude à coude avec Marine Le Pen et Xavier Bertrand ?

L'animateur de CNews Pascal Praud, ami d'Eric Zemmour, a indiqué mardi 28 septembre 2021, dans son émission L'heure des Pros,...

4 Commentaires

  1. Article « typically breton »… Si vous avez de bonne idées, alors adhérez à Bretagne Réunie et participez activement à l’organisation de la prochaine manif.

  2. En effet nul n’est parfait.

    Mais parler de 15 000 personnes quand il y avait près du double n’est pas très objectif non plus.
    Il faut prendre en compte que l’appel à cette manif n’a été relayé par aucun parti politique majeur:
    ni par le Ps, n par le Pc, ni par le front de gauche, ni par l’UMP, ni par le centre ni par le FN.
    Pas de trace non plus des syndicats: absence totale de la CGT, CFDT, SNES-SUP, SUD quelque chose, et que sais-je encore.
    Donc pas de permanent, pas de soutien financier, pas d’outil de propagande bien rodé, pas de relai complésant des médias.
    Mais par contre:
    tous ces partis si bien attentifs à la com sont juste totalement passés à coté.
    Alors le moins de cette manif est l’absence de compétence en com,
    le + c’est l’engagement populaire.

    Et c’est plus rapide d’apprendre à faire une banderole que de mobiliser les gens.
    René

  3. Je n’étais pas à la manif car je suis contre la réunification stricto sensus, mais pour une région Bretagne-Loire.

    Par contre sur le côté communication, je suis bien d’accord. D’un côté il faut avouer que la France n’en a que faire. Les personnes concernées ne sont pas nombreuses (au regarde de la population française).

    Et je doit avouer que chaque manifestation ridiculise un peu plus le mouvement. Il n’y a qu’à voir les commentaires sur les sites de presses nationaux pour s’en rendre compte… Vu de l’extérieur ça donne : des joueurs de biniou défilent à Nantes pour un combat dont tout le monde se fou (sauf bien sûr les habitants de bretagne et Pays de la Loire).

    En plus ça devait être THE manifestation et résultat, la portée médiatique a été très faible. Aucune répercussion. Comme d’habitude.

    Franchement, je trouve que les plaques d’immatriculation avec le 44 + Drapeau Breton c’est plus simple, plus efficace, pas cher.

  4. Que les partisans de la réunification ne soient pas des professionnels de la manif’, c’est plutôt une bonne chose ! Mais d’accord avec Rmorlaix : « le moins de cette manif est l’absence de compétence en com ».
    C’est dommage de se donner tant de mal pour organiser une manifestation et de louper ce qui lui aurait donné un retentissement médiatique (…et qui donc aurait pu changer le regard de ceux qui sont sensibles aux médias : les partis, les élus et la presse elle-même). Il y a sûrement dans les rangs des réunificateurs des professionnels de la com’ événementielle à qui il serait possible de demander conseil.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés