Betton. Manuel Valls, un Premier ministre en campagne électorale

A LA UNE

Victor Aubert (Acadamie Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

27/02/2015 – 08h00 Rennes (Breizh-info.com) ‑ Un Premier ministre doit-il mener une campagne électorale pour son parti ?  Premier ministre de François Hollande, Manuel Valls répond  sans hésitation par l’affirmative. Au lendemain d’une visite animée au Salon de l’Agriculture, il sera aujourd’hui à Betton, une commune de la banlieue nord de Rennes.

Après avoir battu la campagne contre le Front National en 2013 et 2014 à l’occasion des élections municipales, européennes, législatives partielles, le voici désormais en campagne pour tenter sauver le Parti socialiste aux élections départementales, dans les secteurs menacés de basculer à droite.

L’Ille-et-Vilaine fait partie de ces départements qui pourraient – malgré l’emprise tentaculaire de la très rose Rennes Métropole – changer de majorité. D’où la venue de Manuel Valls, ce vendredi, à Betton, où il tiendra à un meeting avec les candidats socialistes du coin.

Tout comme Jean-Yves le Drian – ministre de la Défense qui bat fréquemment la campagne bretonne avec l’espoir de faire gagner la gauche aux prochaines régionales, qu’il soit tête de liste ou non, les déplacements de Manuel Valls à des fins partisanes interrogent. « Un Premier ministre qui parle au quotidien d’unité, de rassemblement, ne sème t-il pas au contraire confusion, discorde et ressentiment en dressant – dans ses discours militants très anti-droite et anti-FN – les Français les uns contre les autres ? » remarque un membre de l’opposition rennaise.

L’hôte de Matignon semble n’en avoir cure. Il est vrai que sa réputation de « Scarla » de la politique le suit comme son ombre, lui que ceux qui ont pu le côtoyer dans ses plus jeunes années décrivaient comme particulièrement agressif, hargneux, imbu de sa personne. Un portrait d’ailleurs confirmé l’an passé dans le livre d’Emmanuel Ratier, « Le vrai visage de Manuel Valls ».

« Le défilé ministériel commencé avec Matthias Fekl, secrétaire d’État chargé du commerce extérieur, suivi de la ministre du logement Sylvia Pinel, s’accentue et connaît aujourd’hui son apothéose avec la venue du premier ministre Manuel Valls. Ce défilé ne trompe personne, il est synonyme de peur dans le camp socialiste. » affirme Bertrand Plouvier directeur de campagne de l’UMP locale aux départementales, avant de poursuivre : « Conscient des difficultés du PS Rennais et de la probable bascule à droite de l’Ille-et-Vilaine, Manuel Valls tente donc un dernier geste. Le fait de tenir une réunion publique à Betton n’est pas non plus anodin. En effet on sait que la gauche est également en difficulté sur ce canton face à Maxime Gallier et Corinne Clemenceau, tandem de l’Union de la Droite et du Centre. »

Alors qu’un nouveau sondage vient de confirmer la popularité en chute libre de M. Valls et de M. Hollande – une chute libre interrompue temporairement par « l’esprit du 11 janvier » – pas sûr que les socialistes bretons – certes légitimement inquiets pour leur avenir politique – se mettent un atout dans la poche en faisant venir celui que Cécile Dufflot aime à surnommer « Pepe » – comme le personnage colérique d’Astérix en Hispanie.

Réponse les 22 et 29 mars prochain …

Crédit photo : wikimedia commons (cc) – Zedka29
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Hellfest 2022. Metallica, Guns n’roses, et 7 jours de concerts

La direction du Hellfest ne fait pas les choses à moitié. Elle vient d'annoncer une édition 2022 qui s'annonce...

Non à la peste éolienne ! Par Patrice Cahart

Ancien inspecteur général des Finances et ancien président du conseil d'administration de la Bibliothèque nationale, Patrice Cahart est avant...

3 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Jean-Yves Le Drian face à Jean-Jacques Bourdin en direct

Jean-Jacques Bourdin reçoit Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, dans "Bourdin Direct" sur BFMTV et RMC, ce vendredi 18 juin...

Elections départementales 2021 Ille-et-Vilaine : Le débat

Suite des débats organisés sur France 3 Bretagne au sujet des élections départementales. Un débat entre 6 candidats aux élections départementales en Ille-et-Vilaine était organisé...

Valls : 60% eus an divizoù a zo e spagnoleg el liseoù

Ouzhpenn anv ur ministr kozh cheñch-dicheñch eo Valls, anv ur ger eus Katalonia-ar-su eo. E penn ar c'huzul-kêr emañ Dolors Farré Cuadras, ha hi...

Jean-Michel Blanquer evit an « talvoudoù republikan »

Un « emsav kevredigezhel » a vo lañset an hañv-mañ gant Jean-Michel Blanquer evit difenn an « talvoudoù republikan ». Hervez kont e klask ministr an Deskadurezh Stad...