Brest. La mosquée Sunna signe la charte Ya d’ar brezhoneg

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

01/04/2015 – 08h00 Brest (Breizh-info.com) ‑ La mosquée Sunna de Brest va signer la charte « Ya d’ar brezhoneg » à l’occasion d’une cérémonie organisée ce mercredi, en présence des responsables de la mosquée et de l’Office de la langue bretonne.
La mosquée la plus fréquentée du Finistère, et dont les prêches de l’imam sont écoutés dans toute la France, s’est en effet engagée à soutenir la langue bretonne en :

– Mettant en place des panneaux bilingues Breton / Arabe avec police et taille de caractères identique dans l’enceinte religieuse.
– Traduisant son site Internet entièrement en langue bretonne (dans les semaines à venir)
– Travaillant sur une traduction du Coran en langue bretonne ainsi que sur des enseignements théologiques bilingues.
– Produisant, au moins une fois par mois, un prêche trilingue, Breton – Français – Arabe.

La communauté musulmane de Bretagne – dont l’audience est grandissante – tient  à marquer elle-aussi de son empreinte la société bretonne du futur.

Cette annonce est faite alors même que va sortir, le 30 avril prochain, un livre intitulé « Comment peut-on être breton et musulman ? » écrit par Jean-Marie Seiget, ancien professeur de l’université de Nantes, locuteur du breton et du gallo, et musulman depuis près de 30 ans.

« Sur out ? Gant ar C’horan e vo savetaet ar brezhoneg hag ar galloueg ? » s’interroge le jeune Breton en couverture du livre, ce qui signifie : « Tu n’n és-ti seùre ? Mézei o le Corân, le berzonet e le gallo vont s’erchomë ? » / « Tu en es sûre ? Avec le Coran, le breton et le gallo vont être sauvés ? »

La réponse de l’auteur est : « Non, le Coran ne va pas sauver le breton ni le gallo, mais il va pouvoir donner une dimension spirituelle intégrée aux luttes pour les langues minoritaires. Pour qu’ils soient sauvés, il va falloir lutter. Et ça aussi c’est dans le Coran. »

Ainsi est né le Breizhistan, région dans laquelle les musulmans se sentent comme un poisson dans l’eau.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’envers des affaires : Karl Zéro balance tout sur Alègre, Fourniret et les réseaux pédocriminels…

Le journaliste Karl Zéro lance un magazine trimestriel d'enquêtes au long cours qui nous plonge dans l’Envers des affaires....

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

31 Commentaires

      • Les Chrétiens, vous voulez dire ? Il est sûr qu’ils ne sont pas venus directement en « terre bretonne » ! Je ne crois pas qu’ils aient couverts les femmes de cette façon (la liste est longue …) et même s’ils l’avaient fait, ils ne le font plus. Le retour en arrière, c’est NON ! C’est clair, net et précis !
        La foi, oui, les conneries liberticides et exotiques qui tournent autour, c’est non !

      • Concernant la tenue vestimentaire ma grand – mère m’expliquait qu’elle portait le foulard. Maintenant et je ne soutient aucune religion, je ne vois pas le voile dérangeant. Aucunement liberticide si cela est un choix. Et il l’est dans la très grande majorité. Vous pensez que votre corps nu fait partie de votre intimité, elles le pensent aussi mais en comptant en plus la chevelure. La tenue intégrale, dont je suis contre, est portée par des nouvelles converties qui veulent être plus musulmans que les musulmans. Cela relève plus du problème psychologique individuel que de la religion où il n’y est fait aucunement référence. Pour le reste ne faut pas regarder la télé friand de nous faire des zooms sur des détails très marginaux. Si cette mosquée vient vers notre langue elle doit être assez ouverte pour travailler le reste. N’oubliez pas, même si les médias n’en parlent jamais ou très rarement que la très grande majorité des musulmans en Europe sont réformateur. Il y en a même qui mangent du cochons et boivent du vin. Comme il y a des catholiques qui font l’amour pendant le carême et mange de la viande le vendredi. Je pense que le combat contre les extrémistes qui nous prône une Bretagne fermée sur elle même est bien plus d’actualités. N’oubliez pas que nous sommes un peuple de Vagabond au sens le plus noble et que nous invitons toujours les différents peuples à se réfugier chez nous. Écoutez « délivrance » d’Alain Stivell 1972.
        Les forces des bretons sont l’ouverture au monde, la connaissance de leur histoire, une culture vivante et non stagnante, la puissance celtique sans oublier la volonté de retrouver son territoire.

      • J’ai été obligée de porter le foulard pour aller à la messe, il m’est resté en travers de la gorge. Porté parce que j’étais une fille. Mais vous êtes un homme…
        Elles ne sont pas obligées ? Vous ne connaissez pas, alors. C’est trop long à vous raconter.

        Et encore, si ça ne limitait qu’au foulard …. mais le foulard s’agrandit.
        Je connais la Lorraine, le Sud-Ouest (Pau et Toulouse) et la Bretagne.
        Ce ne sont pas les médias qui m’en comptent. Je trouve justement les médias bien silencieux. Ou du moins ils ne commencent à parler que maintenant.
        L’ouverture au monde, oui, mais à un monde ouvert.
        Et celui qui se présente ne l’est pas.

  1. Ça serait, en effet, une évolution positive qui mettrait au placard et qui foutrait la honte aux partis sensément « nationalistes » mais qui n’utilisent que le français comme Adsav.

  2. Très rigolo ce poisson d’avril. Ceci dit, si l’adhésion de la Mosquée à
    la Charte en est bien un, la parution du livre « Comment peut-on être
    breton et musulman » est bien vraie et j’en suis l’auteur. Dans le
    message de Breizhinfo il y a le lien pour se rendre sur le site de
    l’éditeur où on peut trouver des infos sur le bouquin, des extraits
    gratuits, le sommaire…. N’hésitez pas à y aller. Le titre complet
    serait plutôt « Comment peut-on être breton (indigné) et musulman
    (critique) ». « indigné » est à prendre au sens d’indigné par l’assassinat
    quotidien du breton et du gallo et de notre culture; « critique » est à
    prendre dans le sens de volonté de réforme de l’islam qui, à partir
    d’une éthique humaniste (saviez-vous que dans le Coran, on présente la
    diversité linguistique comme une richesse créée pour enrichir les
    peuples par leurs contacts ?) s’est fourvoyé depuis des siècles dans un
    cul-de-sac juridico-rituel réactionnaire. Je suis militant breton depuis
    50 ans sur le gallo et le breton. Je suis aussi musulman depuis une
    trentaine d’années. Mon souci de réforme de l’islam est loin d’être
    isolé. Depuis plus d’un siècle, des réformateurs ont enclenché cette
    réforme avec des retombées humanistes très fortes comme dans leurs
    luttes contre l’apartheid en Afrique du Sud, dans les luttes féministes
    dans les pays musulmans et ailleurs, dans la lutte contre l’homophobie
    et même dans les luttes contre l’exclusion des langues minoritaires
    (alors pourquoi pas le breton et le gallo?). Tout ceci est occulté
    finalement par tout le monde (islamophobes, islamistes, musulmans
    traditionnels) mais est, je pense, bien décrit dans mon livre (allez
    voir vers le sommaire).
    Un lien sur un débat autour du livre (Agence Bretagne Presse) :
    http://www.agencebretagnepresse.com/id=36877
    Un lien vers un article (Mediapart) sur le livre :
    http://blogs.mediapart.fr/blog/thierry-magot/250315/langues-minoritaires-et-reconstruction-de-la-pensee-en-islam-comment-peut-etre-breton-et-musulman

    Bonne journée (un peu spéciale) à tous et merci à Breizhinfo pour la pub sur mon bouquin.

  3. Très rigolo ce poisson d’avril. Ceci dit, si l’adhésion de la Mosquée à
    la Charte en est bien un, la parution du livre « Comment peut-on être
    breton et musulman » est bien vraie et j’en suis l’auteur. Dans le
    message de Breizhinfo il y a le lien pour se rendre sur le site de
    l’éditeur où on peut trouver des infos sur le bouquin, des extraits
    gratuits, le sommaire…. N’hésitez pas à y aller. Le titre complet
    serait plutôt « Comment peut-on être breton (indigné) et musulman
    (critique) ». « indigné » est à prendre au sens d’indigné par l’assassinat
    quotidien du breton et du gallo et de notre culture; « critique » est à
    prendre dans le sens de volonté de réforme de l’islam qui, à partir
    d’une éthique humaniste (saviez-vous que dans le Coran, on présente la
    diversité linguistique comme une richesse créée pour enrichir les
    peuples par leurs contacts ?) s’est fourvoyé depuis des siècles dans un
    cul-de-sac juridico-rituel réactionnaire. Je suis militant breton depuis
    50 ans sur le gallo et le breton. Je suis aussi musulman depuis une
    trentaine d’années. Mon souci de réforme de l’islam est loin d’être
    isolé. Depuis plus d’un siècle, des réformateurs ont enclenché cette
    réforme avec des retombées humanistes très fortes comme dans leurs
    luttes contre l’apartheid en Afrique du Sud, dans les luttes féministes
    dans les pays musulmans et ailleurs, dans la lutte contre l’homophobie
    et même dans les luttes contre l’exclusion des langues minoritaires
    (alors pourquoi pas le breton et le gallo?). Tout ceci est occulté
    finalement par tout le monde (islamophobes, islamistes, musulmans
    traditionnels) mais est, je pense, bien décrit dans mon livre (allez
    voir vers le sommaire).
    Un lien sur un débat autour du livre (Agence Bretagne Presse) :
    http://www.agencebretagnepresse.com/id=36877
    Un lien vers un article (Mediapart) sur le livre :
    http://blogs.mediapart.fr/blog/thierry-magot/250315/langues-minoritaires-et-reconstruction-de-la-pensee-en-islam-comment-peut-etre-breton-et-musulman

    Bonne journée (un peu spéciale) à tous et merci à Breizhinfo pour la pub sur mon bouquin.

  4. C’est ultra ultra tendu cette histoire. Jusqu’à où va allé cette mascarade de l’Islam. La Bretagne est terre du Christ point barre! Mahomet tueur, voleur, violeur, une des ses femmes avait 9 ans c’est un pédophile (18 ans selon les chiites mais là on a affaire à un sunnite) le verset 50 de la sourate 33 authorise ce sois disant prophète a avoir des rapports avec toutes les femmes y compris ses cousines du premier degré!! Allo on va où là?? Ce personnage a tué la Révélation et incite en permanence à la guerre. Et ce n’est pas avec les moeurs que ce message a provoqué et qui donne des hommes qui ne font que chanter pour Allah et s’empifrer de loukoums qu’on aurait eu de si belle Eglise en pierre de taille a travers le pays. Ils n’ont jamais taillé un seul cailloux chez eux et osent se dire héritiers d’une « civilisation ». C’est criminel d’accompagner ce salafiste dans son délire, cet iman est juste un fou. Il faut le dégager ou le convertir, et endiguer l’immigration chez nous tant que ça va encore à peu près.

    • La Bretagne est tout sauf la terre du christ. Le christianisme à surtout soumis les bretons. Il a détruit en grande partie les traditions bretonne. Sachez que l’on retrouve des parties plus que misogyne dans la bible aussi. Pareil pour le meurtre.
      Après chacun est libre de croire ou non une religion.
      Maintenant si des lieux de cultes souhaitent apporter leur contribution au sauvetage du breton, je dis tant mieux.
      Le celte est polythéistes. Le breton est il celte?

  5. POISSON D’AVRIL / PESKIG EBREL.

    Les musulmans se foutent complètement du breton. Pour eux, la seule langue valable, c’est l’arable, la langue du Coran, la seule langue parlée par Allah.
    En tout ça, si c’était vrai, je pourrais peut-être les aider : « Frappez vos femmes dans les endroits cachés » (Sourates 4 versé 34) pourrait se dire : « Skoit ouzh ho kwragez el lerc’hioù kuzh ».

  6. A M. Jean-Marie Seiget.
    Effectivement, j’ai pu voir votre livre. C’est d’une banalité bien plate. Je connais tous les pseudo arguments des exégètes musulmans pour nous faire croire que l’Islam est la meilleure religion, la plus parfaite, la plus accomplie… Le coup des pseudo miracles du Coran, des empruntes digitales, de la division de la lune, etc. Tout cela est nul et grotesque. L’Islam n’est rien de plus qu’un avatar du judaïsme pharisaïque (soumission aveugle et scrupuleuse à un ensemble de règles) et de l’hérésie chrétienne nestorienne (rejet du Dogme de la Sainte Trinité), deux doctrines religieuses sectaires mal assimilées par un cancre (Mahomet). Le Coran n’est rien de plus qu’un code juridique grossier, et certainement pas la parole divine.

    Si vous êtres breton, vous avez une religion : la religion catholique qui vous permet d’approcher d’un Dieu tellement amoureux des hommes qu’il est allé jusqu’à s’incarner et offrir sa vie en sacrifice pour le rédemption. Vous feriez mieux d’y retourner au lieu de perdre votre temps avec cette Soumission à un Dieu impersonnel, froid, distant et violant.

    Kenavo.

  7. Bonjour « Breizh da viken »,
    Vous êtes allé « voir mon livre », en réalité voir des extraits (la préface et le sommaire essentiellement). C’est bien. Par contre, je remarque en vous une perspicacité (ou une imagination?) redoutable. Je vous félicite d’avoir réussi à trouver dans ces quelques extraits tous ces détails (pseudo miracles du Coran, empreintes digitales, division de la lune….) qui ne s’y trouvent pas et que personnellement je conteste fortement (vous savez dans la réforme moderniste de l’islam à laquelle je m’associe avec passion, et qui est un des sujets du livre, on ne s’oriente pas vers ces sottises et ma qualité d’ancien prof de la faculté des sciences de Nantes, ne m’y pousse guère !).
    J’ai plutôt l’impression à vous lire que le mot « islam » déclenche de façon irrépressible dans votre esprit toute une cascade de pensées et de souvenirs fielleux complètement figés, plus mus par la haine que par une quelconque réflexion. Mais dites-vous que ce malheureux réflexe est très classique, ne vous affolez pas pour ça. C’est même en plein développement. Dans la France entière d’ailleurs, ce n’est donc pas une spécificité bretonne (poussée par sa foi catholique).
    Que les autres acteurs de ce forum ne se découragent pas d’aller voir (ou plutôt lire ! seulement « voir » n’a pas été profitable à « Breizh da viken ») les extraits, le résumé et le sommaire sur le site de l’éditeur http://coetquenblog.canalblog.com/archives/2015/03/24/31767464.html
    pour apprécier ma double démarche : à la fois de breton indigné (par le massacre de nos langues, breton et gallo) et de musulman critique impliqué dans la réforme progressiste de l’islam (cf mon message d’hier).
    Vous, « Breizh da viken », évitez d’y retourner, vous vous feriez du mal pour rien ! Ah si, dernière chose. Dans votre précédent message vous faites une faute de breton : il ne faut pas écrire « lec’h » pour « lieu » avec un « r » comme vous le faites (« lerc’h »), ça change complètement le sens (suite, trace). Si je vous dis ça, c’est parce que vous nous dites que « les musulmans se foutent complètement du breton ». Moi, musulman dont la langue de prière est justement le breton, votre faute me gêne. Ce n’est pas grave, vous pouvez encore progresser en breton, en travaillant. Je vous conseille l’excellent dictionnaire de Martial Ménard.

  8. Aotrou Seiget,

    N’hoc’h aotrouniezh ebet evit bezañ kannad kefridiel an islam. Ar gredenn-se n’he deus na glouer, na eskop, na pab. Den ebet war an douar n’e c’hell komz ez-ofisiel en anv an islam er c’hontrol d’ar gatoliked o deus ur pab hag eskibien da skouer. N’eus nemet ho « profed » Mahomet, hag a zo un den marv bremañ, ha ne c’heller na cheñv, na gemm, na divizout zoken war e gelennadurezh rak difennet groñs eo er C’horan. Evit ar vuslimed ez eo ar C’horan komz « engrouet » Allah. N’eus na douetañs, na divizh da gaout e-keñver a levr-se. Setu. Evit ar vuslimed, pep-tra a zo e barzh ar C’horan a zo komz ha youl Doue, zoken teurel mein ouzh ar vaouezed, gwaskañ ar yuzhevien hag an azeulerien an Drinded Santel.

    Iskiz eo ho choaz ‘velkent ! Tra me’z eus bep bloaz kantandoù ha miliadoù a dud o kuitaat falskredenn an islam evit dont da vezañ kristen (Joseph Fadelle, Le Prix à payer, da skouer), n’hoc’h ket niverus o kuitaat ar sevenadur kornokaat evit dont da vout muslim ha klask reneveziñ an Islam eus an diabarzh ! Amzer ha poan kollet en-araok eo ! Biken ne c’helloc’h cheñv pe didrenkañ ar C’horan. Difennet eo gant an islam. N’ouzon ket penaos e rafec’h. E-barzh ar C’horan e vez anv e pep pajenn eus « Kounar Doue », « an Ifern », « ar C’hastiz », hag all.

    A galon ganeoc’h.

  9. Une petite réponse rapide car j’ai un boulot fou (si je ne veux pas me faire lyncher par mon éditeur !)

    A Breizh da viken
    Merci pour la réponse en breton. Je ne me posais pas en « juge ès brezhoneg » dans mon dernier message, mais c’est surtout que la faute de breton que je soulignais était associée à une supercherie sur le texte du Coran (invention pure et simple de vos « lieux cachés » (« lec’hioù kuzh ») qui, même s’ils peuvent faire fantasmer, n’existent pas purement et simplement dans le Coran (sourate 4 verset 34). A ce rythme là, on peut dire n’importe quoi sur n’importe quel sujet. ça casse complètement l’intérêt des discussions. Autre supercherie (ça c’est dans le message en breton) : la lapidation des femmes (« teurel mein ouzh ar vaouezed »; pour ma part j’écrirais plutôt « ar maouezed » mais ce n’est pas grave) : rien dans le Coran en réalité ! Lisez-le avant de reprendre les lieux communs mensongers sur ce texte. Mais ce que je vous reproche surtout c’est de ne parler dans vos messages que de l’islam, l’islam, l’islam… comme s’il n’y avait qu’une forme de l’islam ! Car parallèlement (mais ça c’est dans le message en breton) vous argumentez sur le fait qu’il n’y a pas de clergé en islam (« Ar gredenn-se n’he deus na glouer, na eskop, na pab »). C’est tout à fait vrai, mais il y a chez vous une contradition majeure ! Effectivement dans le catholicisme, on ne peut envisager aucune évolution importante hors conclaves ou décisions habilitées par la hiérarchie. Mais dans l’islam, l’absence de hiérarchie légitimée permet l’évolution personnelle (même intime) pour tout croyant un tant soit peu conscient des réalités. C’est ce que je fais, en tant que breton indigné (par beaucoup de choses en ce monde, et en particulier par l’assassinat de la langue bretonne) et je ne suis pas seul dans cette affaire car, et c’est en grande partie le sujet de ce livre, il existe en ce moment une grande effervescence sur la réforme humaniste de l’islam (malheureusement complètement occultée).

    A Loargann
    J’apprécie déjà le pseudo magnifique (« pleine lune, lune dans son éclat », qui m’évoque le moment dans l’ensemble des nuits obscures où on peut se permettre d’avoir une vision innovante et éclairante des choses). Ce surnom m’aurait plu, mais j’ai pris celui de mon arrière grand-père qui a eu un grand rôle dans la formation de mon identité bretonne (en l’occurence gallèse). Merci de rappeler ce superbe numéro spécial (en breton) de Bremañ (« maintenant » en breton) sur l’islam (« An islam, ahont hag amañ ») qu’on doit sûrement pouvoir se procurer encore (n°374 de décembre 2012) sur le site de « Skol an Emsav » qui publie la revue http://www.skolanemsav.com/.
    Par contre je ne connaissais pas Hocine Nedjar (vous auriez quelques infos sur lui ?). Vous dites qu’il a traduit des sourates en breton. Cela m’intéresse bigrement, car je fais la même chose de mon côté, en breton et avec mon esprit de breton indigné. Dans mon livre, j’en présente d’ailleurs une, la « Fatiha » (en breton « An digorenn »), celle qui démarre le Coran.

    Bon, j’arrête car il faut que je travaille pour finaliser l’aspect matériel de mon bouquin qui sort le 30 avril. D’ici là il est en pré-commande chez l’éditeur http://coetquenblog.canalblog.com/archives/2015/03/24/31767464.html au modeste (!) prix de 15 euros (port compris) jusqu’au 8 avril et 18 euros par la suite (après le 30 avril en numérique à 6.99 euros). Allez sur le site pour voir dans les extraits gratuits son esprit (« breton indigné et musulman critique »), qui se détache fortement de tous les aspects dogmatiques et sectaires qui fleurissent actuellement sur le sujet.

    E doare pe zoare, bec’h dezhi (approximativement en français : d’une façon ou d’une autre, il faut lutter)

    • Monsieur Seiget,

      Je suis Européen de souche (ayant un peu de sang breton irriguant mes veines, mon esprit et mon coeur), musulman pratiquant et de culture européenne (certainement pas arabe) et je pense avoir beaucoup de choses à échanger avec vous.

  10. Breizh Hallal, la soumission n’a plus de limite. Le Coran est une escroquerie, composée à 75 % d’écrits talmudiques, l’islam est une fausse religion destinée à combattre la seule vraie, la seule divine, celle du Verbe Incarné. Seule la bêtise donne l’idée de l’infini.

    • Civitas ne se traduit pas en breton.
      N’oubliez pas que c’est le christianisme qui a ravagé la quasi totalité des menhirs. Chacun a le droit de croire ou ne pas croire. Mais les celtes sont polythéistes pas monothéistes et encore moins des Êtres soumis comme au Verbe Incarné.

  11. Si cela pouvait faire prendre conscience aux Bretons/nes qu’il est nécessaire de connaître et maitrisé son identité (langues cultures Bretonnes Breton/gallo)..plutôt que de resté dans l’état d’aliénation provoqué par la france-parisienne…
    en haute bretagne (Nantes..Rennes..) on parlait du celtique Gaulois (proche du Breton), le gallo-roman s’étant dévelloppé dans le coin’ avec l’empire et l’occupation romaine !..on peut très bien imaginé retrouver ses racines , les outils sont là..écoles bilingues, asso, cours en tout domaine ! YA, betek an trec’h…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Une formation pour enseigner la langue bretonne aux adultes

En 2017, l'association Deskiñ d'an oadourien ("Apprendre aux adultes") se fixait comme objectif de former chaque année 5000 locuteurs de breton dans un délai...

Football. Ligue 1 : Nantes s’offre le derby à Brest, Victoire de Lorient, défaite de Rennes

A trois journées de la fin du championnat de Ligue 1, le suspense reste entier à tous les niveaux. Lors de la 35ème journée,...

Pro Sailing Tour. Premier round à Brest du 19 au 23 mai 2021

A partir du mois de mai 2021, se lance un événement inédit et original : la première saison du PRO SAILING TOUR, circuit de courses...

Mesures radiologiques : un hélicoptère Fennec de l’armée de l’Air et de l’Espace survolera Brest et l’Ile Longue à basse altitude

Du lundi 12 au mercredi 14 avril 2021, un hélicoptère de l’armée de l’Air et de l’Espace effectuera plusieurs survols à basse altitude entre...