Africain poignardé à Brest. L’accusé en état de légitime défense ?

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

24/07/2015 – 07h30 Brest (Breizh-info.com) – Nous avions relaté un affrontement entre bandes, le mardi 14 juillet au matin, à Brest, qui avait débouché sur la mort d’un homme d’origine sénégalaise de 40 ans.  Un jeune homme de 19 ans avait été interpellé et placé en détention provisoire.

Il s’avère que l’affaire – qui avait suscité un grand émoi sur les réseaux sociaux – pourrait connaitre quelques rebondissements. De nouveaux témoignages sont venus en effet quelque peu modifier la première version des faits.

L’enquête a démontré en effet que la victime, un Sénégalais de 40 ans, était interdit de séjour à Brest depuis 2014. L’homme avait été déjà condamné au moins 4 fois pour des affaires  de drogue.

D’autre part, l’auteur présumé des coups de couteaux, un jeune homme de 19 ans, n’aurait pas été à l’origine de la rixe : alors qu’il avait emmené son amie au feu d’artifice donné le 13 juillet au soir, le couple, qui avait consommé beaucoup d’alcool, remontait la rue Jean Jaurès à la recherche d’un bar ouvert. Après avoir insisté pour rentrer dans un établissement, un dernier verre leur aurait été servi.

A la sortie de l’établissement, la jeune femme se dispute avec une autre personne qui s’avère être une amie de la victime. Intervention du jeune homme de 19 ans, puis de la victime, qui aurait voulu directement agresser le couple, muni d’un tesson de bouteille avant de s’effondrer, après avoir reçu un ou plusieurs coups de couteau.

Le jeune couple serait ensuite parti – alors qu’au même moment, une bande qui avait déjà, dans la soirée, eu affaire à la victime, était également sur les lieux. Impossible de savoir ensuite ce qu’il s’est passé, des témoins ayant fait état d’un homme (la victime ?) roué de coups par un groupe d’individus.

En garde à vue, l’auteur présumé du ou des coups de couteau  – l’arme n’a jusqu’à présent pas été retrouvée – n’aurait pas nié avoir donné les coups mortels mais n’aurait pas avoué non plus, son état d’alcoolémie ne lui laissant que peu de souvenirs de la scène. Il a par ailleurs affirmé n’avoir eu aucune conscience d’avoir tué un homme lorsqu’il a quitté les lieux.

Plusieurs questions se posent dès lors : le jeune homme de 19 ans est-il réellement l’auteur des coups mortels ? A-t-il agi en état de légitime défense pour protéger sa compagne menacée ? Quel rôle a joué la bande qui avait eu maille à partir avec la victime dans la soirée ?

Une de nos sources nous a confié également (information à vérifier) qu’une des anciennes compagnes de la victime aurait rapidement mis, sur sa page facebook, que le jeune de 19 ans n’était pas l’auteur des coups mortels, avant de supprimer toute trace de sa publication et de bloquer l’accès à son compte.

En détention provisoire à Brest, l’auteur présumé des faits – qui venait d’obtenir son CAP de cuisinier et qui avait déjà écopé par le passé de TIG à la suite d’une bagarre – a été mis en examen pour meurtre et modification de scène de crime ou suppression d’objet. Il encourt jusqu’à 30 années de prison. Mais l’enquête n’en est pas à son terme et il n’est pas impossible que l’avocat de l’accusé invoque la légitime défense.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Un député européen polonais : « La suprématie du droit de l’UE n’est pas inscrite dans le traité de l’UE »

Pologne (Via Visegrád  Post) – Dans un entretien accordé à l’agence de presse PAP et cité ce 30 juillet...

Conduire à l’étranger. Quelles suites en cas d’infraction routière ?

Si certains conducteurs français peuvent avoir tendance à se croire tout permis lorsqu'ils circulent sur les routes d'un pays...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Un dimanche ordinaire à Nantes : trois rixes, un règlement de comptes, des coups de feu…

Le soir du dimanche 25 juillet, une sorte de folie semblait s'être emparée de Nantes, entre un règlements de comptes entre bandes de quartiers...

Attaque au couteau quartier Bouffay à Nantes : l’auteur s’est suicidé en prison

On ne saura jamais pourquoi cet algérien en situation irrégulière de 27 ans a attaqué des passants, armé d’un tournevis, quartier Bouffay le vendredi...

Tribunal de Brest. Quand des racailles de banlieue parisienne importaient de la drogue en Bretagne

Le procès qui se tient actuellement au tribunal de Brest en dit long sur les maux que certains ont laissé, et laissent encore, importer...

Dans les prisons bretonnes : feu de matelas, séquestration, tentative d’évasion…

Il n'y a pas que les tournevis et les couteaux qui se radicalisent et qui s'en prennent aux civils ou aux policiers municipaux, généralement...