Carquefou. 300 logements passifs « Passiv’Haus » vont être livrés en 2016

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

01/09/2015 – 07H00 Carquefou (Breizh-info.com) – Le pari est osé et le projet, d’envergure. En créant 300 logements passifs, dans le quartier de la Fleuriaye, à Carquefou (44), l’aménageur Loire-Atlantique développement-SELA met en œuvre la première opération immobilière nationale certifiée Passiv’Haus* de cette importance, à l’échelle d’un quartier. Les premiers bâtiments seront livrés dès l’été 2016.

Genèse d’un projet exemplaire

Poser les jalons de la ville de demain, c’est l’objectif ambitieux et affirmé de l’extension ouest du quartier de la Fleuriaye, niché entre le centre-ville de Carquefou (44) et le site préservé de l’Erdre. Cette aventure urbaine démarre en 2011. La Ville de Carquefou et Nantes Métropole confient alors à Loire-Atlantique développement-SELA, la conception de l’extension à l’ouest, d’un quartier qui réunirait qualité de vie, bassin d’emploi et mixité sociale dans un environnement végétal préservé. Avec ce projet, les différents acteurs, qui ont toujours travaillé en bonne intelligence et au-delà des clivages politiques, veulent aller encore plus loin que la première tranche conçue à la fin des années 90 : inventer un quartier durable et exemplaire à impact neutre pour l’environnement.

Un quartier conçu pour un impact neutre sur l’environnement

Le projet pose les termes d’une nouvelle équation : bâtiments passifs, production d’énergie photovoltaïque et respect de la biodiversité pour concevoir un quartier à impact neutre sur l’environnement.

  • 300 logements passifs. Avec plus de 300 logements en location ou accession, aidée ou libre, il s’agit de la plus importante opération en France de logements collectifs certifiés Passiv’Haus*. Cette certification garantit une bonne qualité de l’air dans les logements, assure un confort thermique en toute saison et permet une diminution importante des factures de chauffage. De plus, les futurs logements seront équipés, en primeur, d’une nouvelle génération de compteurs électriques permettant à chaque habitant de suivre et gérer ses consommations énergétiques. Enfin, les matériaux utilisés pour la construction sont évalués afin de garantir une ambiance saine à l’intérieur des appartements.

  • 6 000 m2 de panneaux photovoltaïques. Une production solaire généralisée à l’ensemble des bâtiments permettra de couvrir plus de 80% des besoins en énergie du quartier.

  • La préservation de la biodiversité sur un site d’exception. L’une des composantes essentielles de ce projet était la valorisation de la biodiversité locale et une gestion maîtrisée des eaux pluviales. « L’extension ouest adopte une forme de naturalité : flore spontanée, lisières en bordure de haies, préservation de couloirs de migration faune et flore. Avec un passage très innovant à ciel ouvert sur lequel rouleront les véhicules », explique Claude FIGUREAU, expert en biodiversité urbaine. L’un des enjeux majeurs était de limiter l’impact de l’automobile dans ce quartier en privilégiant les circulations douces et également les parkings souterrains ou très végétalisés.

Un bassin de vie entre le centre-ville et l’Erdre

La qualité de vie des habitants est au cœur du projet. Une large place est attribuée aux loisirs et à la vie sociale. Au centre de l’extension, rattaché à la Fleuriaye, le site des Renaudières, un manoir réhabilité du XVIIIe siècle, se pose comme un élément clé autour duquel la vie d’un quartier tout entier s’articule. Il abrite un centre d’exposition d’arts plastiques, l’école municipale de musique et le musée de l’Erdre. L’extension accueille également un centre équestre depuis novembre 2013. Enfin, un espace culturel et sa salle de 800 places, le FRAC, le château de la Fleuriaye dédié aux associations et 25 hectares de parcs et promenades viennent compléter l’offre culturelle et de loisirs du site. À terme, le quartier de la Fleuriaye sera un véritable bassin de vie accueillant entre le centre-ville de Carquefou et l’Erdre.

*Le label Passiv’Haus est un label allemand de performance énergétique des bâtiments, accordé aux logements neufs à très faible consommation d’énergie.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Loire-Atlantique : Wiker, la plateforme collaborative qui monte

Collaborative et participative, la plateforme Wiker, se fait le relais de l’actualité des communes rurales. Un retour à la proximité et une volonté de...

Saint-Nazaire : le Rassemblement National présente ses candidats pour le 1er canton

Après le 2nd canton, où Gauthier Bouchet et Nicole Pétrel sont candidats pour le Rassemblement National (RN) dans le canton de Philippe Grosvalet, président...

Nantes. Création du collectif pour l’enseignement en breton dans les écoles publiques de Loire-Atlantique (Cebep 44)

Le mardi 23 février a été officiellement lancé le collectif pour l’enseignement en breton dans les écoles publiques de Loire-Atlantique (Cebep 44). Evoquant la «...

ZAD ar C’harned war-nes bezañ skarzhet

Dec'h, d'an 10 a viz c'hwevrer o doa bet tud o vevañ e Zad ar C'harned un diferad skarzhañ digant un urcher justis. Hag...