Le Drian est payé pour un travail qu’il n’effectue pas

le drian

08/10/2015 – 07H00 Rennes (Breizh-info.com) – François Hollande, une fois élu président de la République, s’empresse de nommer son copain Jean-Yves Le Drian ministre de la Défense. Ce dernier respecte alors la règle de non-cumul et démissionne du conseil régional de Bretagne. Et son fidèle lieutenant, Pierrick Massiot (PS), premier vice-président, prend la direction de l’assemblée bretonne (mardi 10 juillet 2012).

Le Drian ne cache pas alors vouloir confier à son successeur un simple intérim pour revenir à la présidence au terme de ses fonctions ministérielles. Il doit donc conduire la liste PS aux prochaines élections régionales (Libération, 11/07/2012).

Deux mois plus tard, il persiste et signe : « Je suis en congé de la présidence de la Région, mais je ne suis pas en congé de la Bretagne » (Ouest-France, 08-09/10/2012).

Le souci de précision oblige à indiquer que si Le Drian a donné sa démission de la fonction de président du conseil régional, il a bel et bien conservé son mandat de conseiller régional. Lorsqu’on prend connaissance de la pré-liste Morbihan, établie par le PS pour les élections régionales, on peut lire à la troisième place : « Jean-Yves Le Drian (Guidel), 67 ans, ministre de la Défense et conseiller régional sortant » (Ouest-France, Morbihan, 14/05/2015).

Evidemment, on se doute bien qu’un homme qui se coltine des dossiers aussi importants que le Rafale, les Mistral, Les frégates Fremm, sans oublier le Mali et le Centrafrique, n’a pas le temps de siéger à l’hôtel de Courcy (hémicycle du conseil régional de Bretagne à Rennes). Il a d’autres chats à fouetter. Son absence s’impose donc. Pourtant il touche une indemnité de 2 236 euros par mois en tant que conseiller régional de base qui vient s’ajouter à la rémunération brute d’un ministre qui s’élève à 9 940 euros (Le Nouvel Observateur, 20/12/2012). Cherchez l’erreur !

Bernard Morvan

PS – Marylise Lebranchu, ministre et conseillère régionale de Bretagne, se trouve dans la même situation.

Photo : Pymouss/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

  • @luimayme La Honte on touche et après on vient faire la leçon aux bretons qui crévent Le Branchu de même

  • Pingback: Régionales : opération Bretagne pour Le Drian - Mes Actus()

  • Ar Vran

    ben v’la aut chose…

    Maintenant son altesse Le Drian, n’arrivant pas à choisir entre sa candidature pour la région Bretagne et son ministre, serait poussé à faire les 2…
    Être à la fois Ministre de la Défense et président de la région Bretagne, voilà une bonne initiative. C’est comme avoir le beurre et l’argent du beurre.
    Je ne pense pas que les bretons doivent en être satisfaits.
    Evidemment loin de moi, tout rapport avec une quelconque extension de la mission du responsable de la défense qui serait de dire qu’après la chasse aux terroristes en Afrique ou en Syrie, il ferait la chasse aux régionalistes bretons, dès fois où ces derniers ne se comporteraient pas en bons petits républicains…

  • Marie Martin

    Et après vous avez tous ces imbéciles d’électeurs qui pleurnichent car ils ont du mal à vivre.
    C’est un Breton Jean-Yves, il est sympa le gars, on va voter pour lui.
    Les français n’ont que les élus qu’ils méritent.

    • An

      Connaissez-vous Etienne Chouard ? Avez-vous lu « Contre les élections » de David Van Reybrouk ? En gros, le tirage au sort des dirigeants (modulo tout de même une place aux élections, nous ne sommes plus en Athènes antique). On pourrait aussi parler de la démocratie directe (dont le régionalisme est une tendance, raison pour laquelle que, dans le jeu proposé, Troadec reste un bulletin un peu plus intéressant que les autres).
      Parce qu’élections, pièges à cons, la majorité des gens sont d’accord.
      Et après ?
      Mais comme l’UE qui n’est pas l’Europe, les élections ne sont pas la démocratie, à rester toujours dans la critique sans proposer d’alternatives, on se soumet à la réaction. Or, la dictature, on a déjà essayé et ça se passe rarement bien. A l’époque actuelle, l’idée de tomber sur un despote éclairé est plus utopique que jamais. Surtout que nous ne sommes pas des Asiatiques qui, eux, arrivent à faire des dictatures efficaces se souciant encore (la mondialisation ne les épargne pas) de la cohérence communautaire. La démocratie est une expression du génie européen. Le jour où elle sera complètement dévalorisée dans la tête des gens, ça sera la fin de l’Europe.
      Et ne pas oublier que la réaction totalitaire et dictatoriale à un terreau très, très, très fertile: l’islam.
      Certes, ça ne se fera pas du jour au lendemain, piquer des postes aux élus, eux, ils ne voteront pas pour ça. A moins que la dictature soit vraiment aux portes (encore que, beaucoup d’entre eux franchiront le seuil avec plaisir). Sans parler des journaleux, breizh-info inclut, qui ne pourront plus autant compter sur le feuilleton à audience.
      Diagnostiquer le mal est une chose indispensable. Proposer un remède est tout au moins aussi important. Il y a celui à l’ancienne, qui pourrait marcher mais aussi s’avérer catastrophique comme le passé l’a démontré. Et un nouveau (peut-être d’autres d’ailleurs). Le nouveau a au moins l’avantage d’espérer et d’être optimiste. En attendant l’anarchie (la vraie, qui n’a rien à voir avec le chaos mais au contraire, une discipline personnelle énorme, d’où son côté utopique). Parce que la déprime ça rend mou. Et la colère, con. Passages obligés, certainement, mais ça fait 40 ans que ça dure, basta.

  • vince44

    ce sont des abus inadmissibles et dignes des jacobins.

    Ce Mr Le Drian n’a plus rien de breton. Il est français et jacobin … au pire sens du terme.

    Si ces faits sont avérés, … si ça n’est pas de l’abus de biens sociaux/publics et ou du détournement de fonds ou quid d’une autre infraction pénale, de quoi s’agit-il alors ????

  • An

    Pour manifester contre la mosquée, c’est ça ? Plus d’islam en Bretagne, c’est ça ? Et après ? Quoi contre l’ultralibéralisme ? Se battre contre la peste en laissant le choléra ? Ca rigole à la pref. Parce que c’est calculé tout ça. Ce n’est pas le complot, le système. C’est de la putain politique depuis Sun Zu et Machiavel. Diviser pour mieux régner.
    L’islam n’est pas, encore, le problème principal de la Bretagne. Il est manipulé pour l’être (islamophobie extérieure et islamophilie intérieure comme dirait Onfray). Et ça marche. Mais l’islam est une religion d’un milliard. Adsav aura moins de chances de le le mettre au pas que faire tomber Paris (Adsav tout seul, bien sûr que non, il faut l’union des Provinces de France, mais encore faut-il désigner l’objectif clairement, en choisissant celui de l’islam, on reste dans l’illusion d’un retour à la vieille France qui est morte). Et parce qu’il est fort « ne pas oublier que la réaction totalitaire et dictatoriale à un terreau très, très, très fertile: l’islam. » L’ultralibéralisme mondialisé aura maille à partir contre lui (il y travaille de toute façon, comme il le fait en détruisant les structures tradi chinoises). A ce petit jeu, il n’est pas dit que sa marionnette ne lui échappe pas. Difficile d’en vouloir à ceux qui sont moins choqués par un voile et l’interdiction d’écouter de la musique quand en face, on propose télé-réalités et pop débilitantes comme alternatives. Les traditions européennes de common decency entre temps ? Balayées.
    Faire de l’islam une passion, c’est déjà s’y soumettre.
    Le vrai défi, c’est réveiller les consciences contre nos défauts inhérents de décadents. En France, en Bretagne, ça passe par Paris (puis Bruxelles, puis NY). L’islam remplit parfaitement son rôle de leurre. Cette religion attardée (comme les autres, juste un peu plus que les autres aujourd’hui) n’est pas si dynamique par elle-même (bien qu’une religion ne dure pas des siècles sans un minimum de bon sens) mais en réaction à notre médiocrité.
    Les autres peuvent être un problème. Mais le plus grand, c’est nous.
    Alors ça soulage de se défouler contre un abruti fini comme cet imam mais ça ne change rien à notre problème fondamental: nous sommes incapables de transcendance en dehors du Marché. Il faut proposer autre chose. Un paganisme scientifique, par exemple.Une dictature écologiste plutôt que communiste, fasciste, religieuse ou raciste, par exemple. Faire dans l’associatif communautaire, par exemple. Le localisme, par exemple. La démocratie liquide, par exemple. Enfin, des propositions qui valent ce qu’elles valent, personne ne sait ce que sera demain, mais qui ont l’avantage de ne jamais avoir été tentée auparavant parce qu’on sait au moins ce qu’était hier.
    Parce qu foutre sur les enculés d’en face, on sait ce que ça donne. Pendant ce temps-là, les enculés d’en haut continuent à nous la mettre.

    Il sera toujours temps de se liguer contre l’islam quand celui-ci aura pris l’ascendant. Ca peut arriver mais aujourd’hui, ce n’est pas encore le cas. Le croire est trop simple. En attendant, les convertis ne sont pas les plus brillants de la portée. C’est triste de s’en faire piquer mais ce ne sont pas vraiment de grosses pertes.