16/11/2015 – 12H00 Paris (Breizh-info.com) – Aux dernières nouvelles, tous les terroristes identifiés sont issus de l’immigration. Deux au moins sont arrivés récemment en Europe, dont un qui a demandé asile en Grèce et en Serbie. Il est venu par la route des Balkans. Deux des assaillants du Bataclan identifiés par un rescapé étaient eux aussi maghrébins. Le véhicule d’une des équipes de tireurs a été retrouvé  à Montreuil, ce qui laisse penser qu’ils ont pu s’échapper.

Trois terroristes au moins ont été identifié, Omar Ismaïl Mostefaï, d’origine algérienne, petit délinquant de banlieue né en 1985 à Courcouronnes et qui a vécu à Chartres jusqu’il y a trois ou quatre ans. Radicalisé en 2010 et fiché comme tel par les services secrets, il est probablement parti en Syrie. Bilal Hadfi, 20 ans, s’est fait sauter  au Stade de France. Ibrahim Abdeslam, 29 ans, est celui qui s’est fait sauter au Comptoir Voltaire. Le frère du dernier kamikaze, Salah Abdeslam, est recherché  pour avoir été complice de l’attentat. Sept personnes – dont deux de nationalité française – ont aussi été arrêtées en Belgique dans la banlieue « sensible » de Molenbeek. Deux assaillants morts à Paris seraient eux aussi venus de Belgique. Au moins trois terroristes et plusieurs complices se sont évanouis dans la nature. Et deux des assaillants, identifiés  par les Grecs sont venus très récemment en Europe dans le flot des réfugiés – puisqu’ils sont arrivés sur l’île de Léros le 3 octobre. Un troisième est suspecté d’avoir fait pareil, mais il apparaît que le passeport syrien retrouvé près de son corps pourrait être un faux grossier.

La volonté de l’UE d’accueillir les migrants syriens (et autres) qui arrivent par flots, l’absence de frontière, le manque de coopération entre les divers services de renseignement – les terroristes de nationalité française arrêtés par les Belges étaient fichés à Bruxelles mais inconnus à Paris – alors que la menace est commune, l’échec complet de l’intégration des meurtriers, qui sont nés en France et en Belgique – pour ceux qui ont été identifiés – et la déconnexion des pouvoirs – politiques, moraux ou médiatiques – avec la réalité ne manquera pas d’interroger sur la responsabilité des dirigeants politiques de la France et de l’UE. « Leur pusillanimité et le soutien qu’ils ont apporté aux djihadistes, pardon, à « l’opposition démocratique » en Syrie et en Libye, ont préparé et aidé les attentats aussi sûrement que s’ils chargeaient les kalachnikovs et mettaient les clous dans les bombes artisanales », remarque un spécialiste du terrorisme.   Et de nouveaux attentats sont sans doute à prévoir, comme l’envisage  le juge Marc Trévidic.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.