09/12/2015 – 09H00 Paris (Breizh-info.com) – Les éditions Synthèse nationale viennent de publier un livre témoignage passionnant intitulé Beyrouth 1976 – des Français aux cotés des Phalangistes.

Emmanuel Albach est le président de l’Amicale des Anciens Volontaires Français du Liban. Il a combattu au Liban de janvier à juillet 1976 et a fait ensuite une carrière de journaliste. C’est à son retour de Beyrouth, il y a quarante ans, qu’il a rédigé ce livre. Alors que les chrétiens d’Orient sont victimes d’une nouvelle tentative d’élimination, il lui semble temps de le publier.

Ce livre est la mémoire de cette poignée de jeunes Français partis au secours des chrétiens du Liban, aux pires heures de la menace, au risque de leur propre existence. Ni mercenaires ni soldats d’une armée régulière, ces volontaires français, essentiellement des étudiants, ont rejoint les Phalanges chrétiennes du Liban, alors dirigées par Béchir Gemayel, pour d’éprouvants combats de rue d’une guerre de positions à Beyrouth contre les diverses milices musulmanes.

L’auteur, que nous avons interrogé ci-dessous, est aujourd’hui journaliste et consultant pour différentes entreprises et, à ce titre, se déplace régulièrement dans le monde arabe et en Extrême Orient.

liban couv

Breizh-info.com : Qu’est ce qui pousse un jeune français à partir se battre dans les années 70 aux côtés des phalanges chrétiennes contre les milices islamistes ?

Emmanuel Albach : La révolte et la honte. La révolte de voir  la France abandonner soudain à son sort la communauté chréteinne du Liban que, depuis des siècles, la Nation avait pris sous sa protection, sans discontinuité. Le refus de vivre dans la honte de cette complicité de non-assistance à ami en danger. La conviction que l’Histoire est dans les mains de chacun. Il ne faut pas attendre toujours que l’Etat agisse. Parfois, souvent dans les dernières décennies, il a été lâche et parjure. Nous ne voulions simplement pas que les historiens puissent écrire un jour qu’aucun Français n’était venu combattre aux côtés des phalangistes. Même si nous ne devions être que deux…

Breizh-info.com : Si vous deviez, en quelques lignes, raconter votre expérience, vos sentiments sur cette époque, quels seraient-t-ils ?

Emmanuel Albach :  J’avais très peur car j’avais le vif sentiment (voir ci-dessous) de ne pas savoir bien faire ce que j’avais à faire, en partie parce que je ne connaissais pas les lieux qui devenaient du coup effrayants dans l’obscurité (nous combattions surtout de nuit). Même si je me retrouvais soudain incroyablement  calme au moment où cela commençait à chauffer. En fait, le tumulte de la bataille, le fracas des explosions, les balles que je tirais, tout cela me convenait fort bien. Et puis, très vite, je n’ai plus eu peur de mourir. Ma vie valait-elle plus que celle de mes camarades libanais déjà morts au combat ? Je me suis en quelque sorte, remis entre les mains de Dieu. Je suis venu au Liban sans motivation religieuse, mais l’exemple de la foi de mes camarades libanais m’a subjugué. Etre chrétien comme eux, oui cela me plaisait. Je me suis trouvé une âme de croisé.

Un grand regret quand même : ne pas avoir eu d’expérience militaire (la formation de nos régiments d’élite est excellente) avant mon départ pour le Liban, afin d’apporter aux phalangistes une aide plus utile. Je n’avais pas appris les bons réflexes, je n’étais pas formé pour l’offensive. Les autres, en face, étaient très nombreux, mais très mauvais. Avec un peu plus de métier, on aurait pu les éclater !

Breizh-info.com : Aujourd’hui, quelle est la situation au Liban ? Avez-vous combattu « pour rien » au regard de la progression islamiste sur tout ce territoire .

Emmanuel Albach :  Nous n’avons pas combattu pour rien. Les chrétiens du Liban ont gagné. Ils n’ont pas été chassés, or tel était le dessein de leur ennemi. J’ai par ailleurs compris récemment que nous avions été très utiles. En 1976, comme le monde entier laissait tomber les chrétiens du Liban, les phalangistes et les autres (ne pas oublier le Parti National Libéral ;  les gardiens du Cèdre – qui se proclamaient non pas Arabes mais Phéniciens – ; le Tanzim – qui a fourni bien des cadres aux milices chrétiennes et étaient généralement des gens d’un très bon niveau), le recrutement auprès des jeunes chrétiens était difficile, tant le sentiment d’abandon et le découragement étaient général. Notre présence permettait à Bachir Gemayel de dire à tous : « Regardez ! Des jeunes Français sont là pour se battre, pour défendre vos quartiers, vos familles, et vous hésitez à prendre les armes ? »

Quant à la situation actuelle elle est simple : les chrétiens du Liban sentent monter la menace. Réussiront-ils à éviter au Liban ce qui est arrivé à la Syrie ? Peut-être… Mais ils sont, comme ils l’ont toujours été, prêts à se battre et bien armés, en tout cas, individuellement. Et il se trouve encore des gars de grande valeur pour emmener au combat leurs contemporains. Le réservoir en volontaires cette fois, est considérable. des millions de chrétiens libanais vivent à l’étranger. Et des dizaines de milliers sont prêts à se battre. Les Chrétiens du Liban ne sont pas des Syriens ou des Egyptiens. Ils n’ont pas des âmes de dimmi. Ils ont l’habitude de se battre, ils le font bien et leurs adversaires ont toutes les raisons de les craindre, ils ne font pas plus de quartier qu’eux-mêmes.

L’histoire de la cohabitation des chrétiens et des musulmans, au Liban, c’est mille ans de bataille pour la survie ! Il n’y a d’ailleurs pas d’exemple de cohabitation pacifique et libre entre les deux religions (sauf dans le pseudo « âge d’or » de l’Espagne mauresque, mais c’est une fiction historique, un roman écrit pour rendre service à qui l’on sait). Ceux qui proclament que la France, elle, va établir durablement, grâce à sa « laïcité », ce qui n’a jamais été réussi nulle part, sont des gens qui n’ont rien appris de l’histoire et mènent la France à la guerre intérieure. Très forts ! Ils auront recréé les guerres de religion en France et sont en train de faire renaître l’esprit de croisade. De la part de gens qui jurent en être les pires annemis, ce serait vraiement risible si tout cela n’était pas si grave. Ils sont si bêtes, que voulez-vous !

Breizh-info.com :  Comprenez vous ces « français » de papier ou convertis, qui partent rejoindre les colonnes infernales de l’Etat Islamique ? N’y a-t-il pas là un problème lié à un vide spirituel qui traverse la civilisation européenne ? Qu’avons nous aujourd’hui à proposer à notre jeunesse en terme d’aventures et de luttes ?

Emmanuel Albach :  Je comprends parfaitement leur démarche. Ceux qui les enseignent leur disent la vérité quant à leurs devoirs de… musulmans. C’est d’ailleurs du dernier ridicule de voir nos hommes politiques  proclamer que « l’islam, ce n’est pas çà ! »

De la part de gens qui n’ont jamais étudié le Coran, c’est du plus haut comique. On peut reprocher tout ce que l’on veut aux djihadistes, mais pas leur dire qu’ils ne connaissent pas le Coran. Ils le connaissent par coeur ! Ils ne connaissent même que cela ! François Hollande explique à Abou Bakr El Baghdadi  ce qu’il faut comprendre du Coran… Ils sont aussi prétentieux que bêtes, en fait.

Par ailleurs, le rattachement à un Etat-nation est un concept étranger à l’islam qui ne connaît que la Oumma, même si sont nés des administrations diverses des découpages territoriaux (en mettant à l’écart quelques Etats comme le Maroc) qui ont donné naissance aux Etats « modernes » dont les frontières se révèlent pour le moins indécises. Selon le Coran, le musulman peut vivre provisoirement sous la tutelle d’un pouvoir « impie » mais avec le devoir imprescriptible de se dresser contre lui aussitôt qu’il peut l’emporter et imposer sa foi, ou qu’il doit défendre ses frères dans l’islam (d’ici et d’ailleurs), et le frapper, – ce pouvoir auquel il taisait par nécessité sa détestation – sans état d’âme.

A notre jeunesse, si l’on rendait déjà l’histoire de leur nation et la fierté de leurs ancêtres – il faut sortir du complexe de 1940, la France a connu des moments durs, des invasions, c’est une parmi bien d’autres – on ferait beaucoup pour donner un sens à leur vie. Ils sont les maillons d’une superbe chaîne où sans cesse les héros donnent la main aux bâtisseurs. Il faut les donner en exemple, les remonter sur leur pièdestal et remettre à leur place – ce qui ne veut pas dire qu’il faut en nier le rôle – tous les petits des business divers, ou du show-business. Que les jeunes s’inspirent de vrais maîtres ! Et la foi, elle est inscrite dans notre histoire aussi. L’Europe est chrétienne. 95% des inventions qui font aujourd’hui la civilisation moderne en sont issues. Sa foi a été son ciment, sa force. Quand elle la renie, elle programme son autodestruction. On peut dire cela, en reconnaître l’évidente vérité, sans être pour autant un bigot. Cela s’appelle le génie du christianisme. C’est une réalité historique indiscutable.

L’Europe a pour fonction de rayonner. C’est bête à dire, mais nous avons toujours une mission civilisatrice. Elle est dans nos gènes et le monde en a besoin. Ce sont autant de luttes qui nous attendent. Mais pas pour servir des despotes irresponsables. Pour leur imposer le respect de leurs propres peuples.

Breizh-info.com : Comment voyez-vous l’avenir du monde arabe ? Et celui de l’Europe?

Emmanuel Albach :  Plus l’Islam inspire le Moyen-Orient, plus vite celui-ci va au chaos et plus il produit d’émigration. Le problème de fond, je dirais de base, est que l’Islam génère immanquablemnt l’échec économique. Certes, les Iraniens ayant gardé certaines vertus des Perses sont capables de vrais succès, même s’ils en ont aussi les défauts (voir Hérodote). Et pourtant les Arabes n’ont pas que des défauts – même les gens du Golfe seraient attachants s’ils ne nous méprisaient pas autant.

Le Coran est le vademecum d’une association de pillards dont le dieu proclame que tous les biens du monde leur appartiennent, même s’ils n’en ont pas encore la jouissance car d’autres (chrétiens, etc…) les contrôlent encore « momentannément ». Pourquoi travailler quand on est potentiellement si riches ? Pourquoi se gêner pour réclamer puisqu’on ne demande en fait que la restitution de son bien ? Pourquoi plaindre les Européens victimes du terrorisme puisque ces obscènes accapareurs ne font que recevoir la punition qu’ils méritent ? En outre, le Coran contient toutes les verités universelles, passées, présentes et à venir. Si l’on est pieux, pourquoi étudier autre chose ? Comment ne pas rejeter par principe l’étude des autres cultures, civilisations, religions ? La prétention, la conviction d’avoir raison de manière indiscutable – au sens propre du terme – habite les plupart des musulmans. Ils nous disent « eslem ! » Convertis-toi ! Car cela leur semble un évidence. Nous sommes pour eux des retardataires qui n’ont rien compris. Moins ils ont de connaissances, plus ils sont sûrs de tout savoir.

Le repliement sur soi, dont on accuse les Européens qui veulent se défendre, n’est pas leur fait ! Il est chez leurs adversaires musulmans qui ne veulent rien connaître, ni entendre ! Rajouter là-dessus le « cadeau du ciel » que constitue le pétrole et qui leur donne les moyens d’une guerre contre nous qu’ils ont l’impression de gagner en mitraillant des gens au Bataclan. Depuis les défaites de l’Empire ottoman, ce sont leurs premières victoires ! Ils y prennent goût.

Beyrouth 1976 Des Français aux côtés des Phalangistes, publié par Les Bouquins de Synthèse nationale, 250 pages, un cahier photos, 22 € (+ 3€ de port).
En vente à : Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris (correspondance uniquement) ou sur le site www.synthese-editions.com

3 Commentaires

  1. Cet auteur dis n’importe quoi en parlant d’Europe il ne sait même pas que l’Andalousie a permis son rayonnement des années après. Niveau bas. En plus a se que je vois cette personne à une vision partielle et partiale du Coran, dommage (pour lui).

  2. lol jai bien ris
    oui les dijahdiste ne comprennent rien au Coran et oui le liban peut vivre en bonne cohabitation c; est quand meme le cas depuis 1990…..

Comments are closed.