Le Planning Familial, du droit à l’avortement à l’engagement politique

subventions-planning-familial

30/12/2015 – 7 h 00 France (Breizh-info.com) – Marion Maréchal-Le Pen (FN) avait déclenché une hystérie médiatique et politique en annonçant vouloir supprimer – en cas de gain de la région PACA – les subventions accordées au planning familial. « Je considère qu’aujourd’hui, ce sont des associations politisées, on le sait bien, et elles véhiculent une banalisation de l’avortement. » avait déclaré alors une des personnalités politiques préférées des jeunes Français.

Le Planning familial a été fondé il y a 60 ans. « 60 ans d’engagement féministe pour les droits des femmes et l’égalité » indique le site Internet du mouvement. Créée en 1956 sous le nom de « La maternité heureuse », l’association réunissait à la base « des femmes et des hommes bien décidés à faire changer la loi de 1920 qui interdisait l’avortement, ainsi que l’utilisation et la diffusion de tout moyen contraceptif en France. »

Aujourd’hui, l’association a largement dépassé le stade de la lutte pour la légalisation de l’avortement : « Le Planning Familial est un mouvement militant qui prend en compte toutes les sexualités, défend le droit à la contraception, à l’avortement et à l’éducation à la sexualité. Il dénonce et combat toutes les formes de violences, lutte contre le SIDA et les IST, contre toutes les formes de discrimination et contre les inégalités sociales. » Indiquent ses responsables sur leur site Internet.

Un militantisme assumé noir sur blanc donc, qui va bien au-delà du droit des femmes, inscrit dans la loi française, à avorter. Rien d’étonnant dès lors, que l’association relaie sur son site un communiqué signé par de nombreuses associations de gauche, d’extrême gauche et autres ligues de vertu, réclamant « l’ouverture d’un débat sur l’immigration en France » et « l’accueil de tous les réfugiés dignement, en France ». Un autre communiqué annonce la tenue d’un colloque — co-organisé par l’association, avec notamment des ateliers thématiques comme « Genre et discriminations, l’égalité à défendre », « La laïcité à l’épreuve des amalgames » ou encore « Contre le racisme et l’antisémitisme ».
Son rapport d’activité 2014 montre même que l’association prend publiquement position pour la théorie du genre (« revendique une approche genrée de l’égalité des sexes »). Très éloigné donc, du débat sur l’avortement…

La coprésidente du Planning familial,  Karine Favier, se retrouve signataire, au nom du planning familial, d’une pétition contre la réforme des retraites, mais également d’un texte contre l’expulsion des immigrés clandestins. Avec sa collègue, Véronique Sehier, les deux femmes sont d’ailleurs toutes deux membres du très coûteux Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. Il s’agit, elle aussi, d’une militante de gauche convaincue.

Des aides financières en Bretagne

Certains s’indignent dès lors qu’avec un tel militantisme assumé, les collectivités élues démocratiquement décident de subventionner une association aussi orientée politiquement. D’autres y sont, au contraire, favorable. Le débat est ouvert …

En Bretagne plusieurs collectivités financent le Planning Familial quelles que soient les différentes couleurs politiques. En 2015, la ville de Brest lui a octroyé 5000 euros et renouvelle chaque année cette subvention, tandis que le montant attribué par la ville de Rennes était de 19 500 euros en 2014. Saint-Brieuc avait accordé 760 € en 2013, Nantes 3500 € en 2010. Plusieurs petites communes de Bretagne font également (comme Douarnenez) des dons symboliques à ce mouvement, mais difficile de toutes les identifier, certaines ne permettant pas encore un accès public via Internet à ces subventions aux associations.
Le Conseil régional des Pays de la Loire aurait lui versé environ 428 000 euros au mouvement durant son dernier mandat, tandis que la région Bretagne octroie environ 5000 € par an au MFPF.

Si pour des raisons économiques essentiellement, l’État ainsi que les collectivités ont tendance à revoir à la baisse l’attribution des subventions au Planning Familial, les militants et sympathisants de ce mouvement s’en émeuvent, estimant presque que cet argent public est lui aussi un droit.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

6 réponses

  1. Mais si une majorité de Bretons a voté pour la liste Le Driant aux régionales c’est qu’ils étaient d’accord pour que leur impôt serve à engraisser ces gens-là , non ?
    Aaah ! vous pensez qu’ils ne sont pas au courant de ce qu’on fait vraiment de leur argent ?
    Hum hum ….. j’avais pas pensé à cette possibilité ……..Ce sont des petits cachotiers ces socialiste , tout de même.

    1. Des bretons ont votés pour le driant , pas tous , il y a aussi ceux qui ont votés pennelle ,Le fur , et quel beau score en centre bretagne avec Troadec,et oui c’est ça la democratie,et si ma fille demain décide d’avorter avec toutes les precautions mises a sa disposition et les mises en attentions par ses parents….et bien se sera son choix…je ne pourrais jamais etre légitime de disposer d’un corps qui n’est pas le mien !!!!

  2. En Bretagne et en France plusieurs collectivités financent le Planning Familial quelles que soient les différentes couleurs politiques, quel avenir pour un pays qui fait participer ces citoyens à l’assassinat dans le sein de leurs mères des nouveaux venus ? Par contre un terroriste ne doit surtout pas être déchu de sa nationalité : « Nous ne céderons pas ! ». C’est avec ces mots que plus de 70
    organisations non gouvernementales, dont plusieurs syndicats, ont lancé
    une pétition mercredi contre le projet du gouvernement d’inscrire dans
    la Constitution française la déchéance de nationalité pour faits de
    terrorisme. »[…]

    1. « L’assassinat dans le sein de leur meres des nouveaux venus  » encore faut il selon beaucoup de circonstances qu’il soit désiré,viols et consorts,et quels rapports avec les terroristes déchu de leur nationnalité? ils n’en veulent pas et brulent leurs passeport,qu’ils crevent dans nos geoles plutot que de les renvoyés libres au bled !!!

  3. le planning (anti)familial est un des pires instruments de la destruction de notre région et de la France. Il a fait le vide. vide démographique. vide ethnique. vide moral. de plus en plus bas… Marion a raison mille fois. Le problème est l’ignorance des français sur ce sujet… merci de cet article (même si vous ne voyez que le côté politisé de cet organisme.)

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS