Délinquance en Bretagne. Retour sur un mois de décembre agité

A LA UNE

08/01/2016 – 06h10 Rennes (Breizh-info.com) – Avant l’épilogue de la Saint‑Sylvestre, heureusement moins violent que prévu, le mois de décembre 2015 a été parsemé de nombreuses affaires criminelles, comme le rapporte ici notre partenaire, le bloc‑notes Délinquance en Bretagne. Revue non‑exhaustive par département, à compléter avec nos rubriques Orange mécanique et Société.

CÔTES-D’ARMOR

Le 10 décembre, 18 personnes sont condamnées pour le délit d’aide au séjour irrégulier en bande organisée. Ils ont organisé, ou participé, au convoyage illégal d’au moins 127 Albanais vers l’Angleterre, en 16 traversées en mer entre 2012 et 2013. Ce depuis des ports bretons ou normands. Parmi les coupables, quatre mafieux albanais et kosovar, qui utilisaient des navigateurs locaux en guise de petites mains.

On retrouve un réseau d’Europe de l’Est à Penvénan, dans le nord du Trégor, lors d’un vol de moteurs de bateaux. Dans la nuit du 20 au 21, trois Lituaniens sont pris en flagrant délit. L’un d’entre eux a déjà été condamné dans plusieurs pays : Allemagne, Pologne, Danemark, Norvège ou Finlande.

Avec environ quatre faits par jour en 2015, les cambriolages sont une préoccupation majeure dans le département. Faute de résultats, un changement de stratégie judiciaire, visant les receleurs, conduit le 15 décembre chez les gens du voyage, à Saint-Brieuc et Pordic. Deux personnes sont écrouées et onze autres convoquées au tribunal.

Dans la nuit du 21 au 22 enfin, la salle omnisports de Langueux, à l’est de Saint‑Brieuc, est détruite par un incendie a priori criminel. En bordure a eu lieu, la veille, un match de football contre Ploufragan, qui rendait hommage à Mourad Mouas, un joueur décédé accidentellement en juillet, après son transfert de Ploufragan vers Langueux, et une altercation mystérieuse. Le derby était surveillé par la police.

FINISTÈRE

Une enquête sur un trafic de drogues conduit à l’arrestation de quatorze hommes et femmes, le 3 décembre, à Douarnenez, Pont‑l’Abbé, Plomodiern, Plogastel‑Saint‑Germain, Quimper et dans l’Eure en Normandie. Une importante quantité d’héroïne est concernée.

Le 10 à Brest, une étudiante surprend un clandestin dormant dans son propre lit. L’homme avait cambriolé l’appartement quelques temps plus tôt, en laissant son numéro de téléphone avec une déclaration d’amour. Il est ainsi interpellé et sera jugé en juin 2016.

Le 14, après une arrestation dans le quartier brestois de Lambézellec, deux garçons de 18 et 20 ans reconnaissent avoir écoulé 40 kilos de cannabis depuis janvier 2014. Très connus de la justice, ils vendaient aux abords des collèges et lycées. Ils comparaîtront également en juin.

Un homme de 46 ans, déjà condamné une vingtaine de fois, est enfin mis en examen pour le meurtre d’une amie par strangulation, à Pont‑l’Abbé au sud de Quimper, le 15 décembre. Il aurait tenté de camoufler son acte en mettant le feu au logement.

ILLE-ET-VILAINE

À Rennes, le quartier nord‑est Maurepas fait toujours parler de lui. D’abord avec un Sénégalais tué par des policiers le 3 décembre, alors qu’il les menace avec un couteau. Le 15 ensuite avec une opération de police anti‑drogue, qui se solde par la saisie d’armes à feu et de 7 kilos de cannabis. L’annonce, par le tribunal, de la détention provisoire de cinq suspects, provoque un mouvement de foule d’une trentaine de proches vers le box des accusés.

Un coup de filet similaire se produit le 18 à Saint‑Malo, dans le « Quartier prioritaire » de La Découverte, à l’occasion de deux perquisitions administratives liées à l’état d’urgence. Le trafic interrompu porte sur 20 à 25 kilos de cannabis.

La drogue suscite par ailleurs deux violentes agressions à Rennes. Dans la nuit du 20 au 21, à travers la fenêtre d’un appartement, deux adolescentes sont blessées par erreur avec des tirs de plombs, alors que la personne visée pour une dette est absente. Et le 27, un toxicomane menace au couteau deux automobilistes et en blesse un troisième, dans le quartier Villejean. Il était venu acheter sa dose.

Une autre attaque au poignard, le 18 et sans motif apparent, fait une victime dans le quartier Bréquigny : cinq coups sont portés. Signalons enfin le troisième cambriolage de la société caritative Saint‑Vincent‑de‑Paul, dans le centre‑ville rennais (300 kilos d’aliments volés), et la virée de deux jeunes vandales à La Richardais, au sud de Dinard, qui touche 17 personnes via, principalement, la dégradation de voitures et de boîtes aux lettres.

MORBIHAN

Dans la nuit du 3 au 4 décembre, les secours sont appelés pour une bagarre entre un père et son fils à leur domicile, dans le quartier lorientais de Kervénanec. Après avoir été blessé par son enfant et séparé de lui, le père frappe l’un des pompiers présents, qui est envoyé aux urgences.

Toujours à Lorient, le 9, le sous‑préfet met en demeure les gens du voyage de quitter l’esplanade de la Cité de la voile, qu’ils ont vandalisée et qu’ils occupaient déjà illégalement quelques semaines plus tôt. Une cinquantaine de caravanes y sont alors stationnées depuis trois jours, après le forçage d’un site industriel à Brandérion.

Non loin de là à Riantec, un homme est enlevé chez lui, le 21, par un individu le menaçant d’un couteau. En vue de réclamer une dette de stupéfiants, il est enfermé dans un fourgon et tabassé à coups de poing et de matraque, avec l’aide d’un complice. Les deux malfaiteurs arrêtés sont issus de Lanester, dont le centre‑ville est classé Quartier prioritaire.

Enfin à Séné dans l’agglomération vannetaise, un quinquagénaire tente d’en tuer un autre à la machette, sur la très fréquentée route de Nantes, vers 19h le 14 décembre. Des automobilistes, dont un formé aux sports de combat, parviennent à maîtriser l’agresseur.

LOIRE-ATLANTIQUE

En 2011, les élus écologistes de Saint‑Herblain écrivaient, sur leur site internet, que « la culture et le mode relationnel des Roms peuvent parfois dérouter. »

Confirmation le 14 décembre, avec une vingtaine de cambriolages élucidés par une descente dans un campement herblinois. En novembre, certains de ses membres avaient reçu notification d’une obligation de quitter la France, après quatre vols chez un torréfacteur et une douzaine commis ailleurs.

Le 4 à Nantes, un coup de feu d’intimidation est tiré pendant une rencontre entre bandes rivales aux Dervallières. Le lendemain dans le même quartier, un repas finit avec un coup de couteau dans le cou d’un convive, miraculeusement indemne.

Cap au nord de la ville, au Chêne des Anglais, avec le caillassage de la BAC par plusieurs jeunes, le 26, alors que les fonctionnaires veulent arrêter un individu agressif.

De nouvelles violences sont par ailleurs faites sur le réseau des transports en commun nantais, les 8, 16 et 26 décembre.

Pour conclure le palmarès du 44, et celui de toute la Bretagne, la palme revient à la torture qui coûte la vie à un quadragénaire, le 21 à Nantes : il est forcé d’avaler du liquide vaisselle et de la litière pour chat, brûlé à l’aérosol enflammé et sodomisé avec un manche à balai. Un homme de 33 ans et deux mineurs sont mis en examen le 2 janvier 2016.

Délinquance en Bretagne pour Breizh-Info.

Photo : breizh-info.com
Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tests de dépistage du Covid-19 : ils ne vont être payants que pour les non vaccinés

À partir du 15 octobre prochain, les tests de dépistage du Covid-19 vont devenir payants en France, mais uniquement...

Présidentielle 2022. Eric Zemmour au coude à coude avec Marine Le Pen et Xavier Bertrand ?

L'animateur de CNews Pascal Praud, ami d'Eric Zemmour, a indiqué mardi 28 septembre 2021, dans son émission L'heure des Pros,...

4 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés