Nantes. « Sale Blanc ». Une agression dans le tramway sur fond de racisme

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

15/01/2016 – 11H00 Nantes (Breizh-info.com) – Une agression sur fond de racisme anti-blanc a eu lieu à Nantes, mardi matin. Aux alentours de 7h un martiniquais d’une trentaine d’années monte dans le tramway au niveau de l’arrêt Coudray (C6). Pour un regard croisé, il s’en prend à un individu , le traite de « sale blanc » , puis le frappe violemment à la tempe gauche. L’agresseur sera arrêté dans la foulée place du Cirque, puis relâché .
Avec une ITT d’une journée, l’agresseur ne risquait au maximum que 750 euros d’amende. C’est d’ailleurs la seule chose qu’a retenu le procureur de la République, qui a mis en place une composition pénale, c’est à dire une alternative à un procès, pour l’individu.
Le procureur de la République de Nantes n’a donc pas retenu l’injure publique à caractère racial,  qui constitue un délit de presse d’après la loi, délit qui exclut toute possibilité de composition pénale . Un délit qui peut coûter 6 mois de prison ferme et jusqu’à 22500 € d’amende. Ni la presse régionale (hormis Presse Océan dans sa version papier) ni la presse nationale ne se sont fait écho de cette agression
En 2014, à Villefranche, un homme avait d’ailleurs été condamné pour cela . .

Il y a quelques années, Gérald Pichon, historien lyonnais, avait publié un livre intitulé « Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas » dans laquelle il revenait sur le phénomène du racisme anti-blanc que les autorités s’efforcent de minimiser alors qu’à l’image des actes anti-chrétiens, il explose en France.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2013, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

3 Commentaires

  1. Il parait que le racisme anti-blanc ne peut pas exister puisqu’en France, on ne discrimine pas les blancs en raison de leur couleur de peau : les blancs ont le pouvoir. En gros, le racisme anti-blanc ne créé pas d’inégalités, donc ce n’est pas du racisme. Foutaises !

  2. c’est vraiment débile comme article le racisme anti-blanc est inexistant par rapport au crimes raciales envers noirs,arabes,asiatiques
    arrêtez de crier au scandale lorsque qu’un blanc se fait agresser regardez plutôt le nombre de massacres de génocides envers les personnes d’une couleur différentes!

Comments are closed.