Rennes. Des antifas agressent le responsable de l’UNI

A LA UNE

04/03/2016 – 08h15 Rennes (Breizh-info.com) – Ce jeudi 3 mars 2016 avaient lieu à Rennes les élections universitaires. Il s’agissait d’élire les responsables pour le renouvellement des membres du conseil d’administration et du conseil académique de l’université de Rennes 1. A cette occasion, Michel Nézard, président de l’UNI Bretagne (Union nationale inter-universitaire, droite) a été agressé par des militants antifascistes.

« J’étais sur un bureau de vote en train de discuter avec des membres de la présidence de l’université, quand un jeune homme d’environ 25-30 ans m’a interpellé » nous indique Michel Nézard. « Tu es président de l’UNI ? » a demandé le militant d’extrême-gauche. Alors que le président de l’UNI répondait par l’affirmative, ce dernier, aidé de complices arrivés par derrière, l’a violemment bousculé, contre le mur, avant de le menacer de le retrouver. Il aura fallu la venue d’un agent de sécurité pour permettre au responsable de l’UNI de s’esquiver, les antifas le menaçant jusqu’à l’extérieur de l’Université, sans provoquer de réaction officielle des responsables de l’Université de Rennes 1.

L’UNI, syndicat étudiant de droite, grand rival de l’UNEF (mouvement proche du Parti Socialiste) mais aussi de l’extrême-gauche à Rennes (surtout depuis qu’ils ont remporté un siège à l’université de Rennes 2, entrainant la déroute de SUD étudiant), est détesté par la petite fraction « antifasciste » rennaise, pour le simple fait d’appartenir à une droite décomplexée.

12717911_942819412470772_8935596244879441008_n 12801488_942819419137438_5690507361810685176_n

Depuis des années, à Rennes 2, bastion gauchiste par excellence, chaque tentative de tractage est ainsi systématiquement, et en toute impunité, attaquée, réprimée par quelques nervis antifascistes. Il en est de même désormais à Rennes 1, alors même que le syndicat UNI est pressenti pour arriver en tête aux élections étudiantes.

« Nous défendons l’excellence, le mérite, la gauche ne le supporte pas » nous confie Michel Nézard, qui affirme, loin d’être inquiet suite à cette agression : « il n’est pas encore né l’anarchiste qui me mettra à terre ».

Lors de campagnes universitaires, notamment suite aux blocages des facultés par une poignée d’étudiants d’extrême-gauche, certains militants de l’UNI prirent la parole dans les amphithéâtres, contre le blocage, sous les applaudissements des étudiants, et souvent avec la réprobation… de professeurs d’université. En 2006, certains étudiants décidèrent – face à l’inaction des pouvoirs publics et de l’autorité de la faculté – de débloquer par la force les campus, usant même de bombes lacrymogènes. Ils furent dénoncés et condamnés par les médias subventionnés ainsi que par une poignée d’étudiants.

L’UNI – qui fournit aux Républicains de nombreux jeunes cadres potentiels – est finalement très peu épaulée par les élus locaux, particulièrement en Bretagne. « La droite bretonne est très frileuse et a peur des jeunes de droite » murmurent certains sympathisants.

Pour la petite histoire, l’UNI est en passe de remporter les élections universitaires à Rennes 1. Ou quand la démocratie l’emporte sur les agissements d’une minorité d’extrême gauche agissant en toute impunité depuis de nombreuses années …

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

5 Commentaires

  1. bonjour. concernant les gauchistes étudiants ,vous devez être capable de ficher et d’identifier ces acteurs intolérants et diffusez leurs photos ,adresses etc…

  2. C’est bien leur manière d’utiliser la démocratie et de faire pression par l’intimidation. C’est la méthode communiste! Le pire est qu’ils sont protégés par les responsables d’université et la justice

  3. Ces milices gauchistes violentes devraient être dissoutes et leurs membres violents emprisonnés !! Ils nuisent aux soit disant valeurs démocratiques de la Hollandie !! Mais la Hollandie aime ça, elles les laissent nuire à ceux qui ne pensent pas comme la gauche ! ! C’est pourtant plus qu’idiot d’en venir à menacer physiquement et violemment pour des idées ! ! Mais c’est ça LA GAUCHE !!!

  4. Les vrais fascistes, ce sont les « antifas », qui ne supportent pas qu’on puisse seulement oser penser autrement qu’eux…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés