07/03/2016 – 08h30 Bretagne (Breizh-info.com) – La loi de transition énergétique, publiée le 18 août 2015, prévoit l’installation de 35 millions de compteurs électriques Linky dits « intelligents », d’ici à 2021. Deux millions d’entre eux sont destinés à la Bretagne où l’opération sera achevée dès 2020. Cette année, 2.000 compteurs seront posés chaque jour dans la région.
Les installations ont commencé, et suscitent déjà des oppositions (en France, les opposants sont estimés à 2% des usagers). Des collectifs sont montés afin de refuser, collectivement ou individuellement, la pose de ces compteurs.

Région « la plus écolo » de France, une partie des Bretons se sont traditionnellement engagés dans des bras de fer avec la France, sur des questions aussi diverses que la centrale de Plogoff ou encore, actuellement, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou autre centrale à gaz de Landivisiau.
D’où vient la méfiance vis à vis des compteurs Linky qui sont déjà posés, actuellement, par ERDF ? Le compteur est accusé par les opposants d’émettre des ondes éléctromagnétiques dangereuses, cancérigènes, au moment où le boîtier envoie des informations quotidiennes à ERDF. En effet, une des nouveautés de ce compteur est de donner des indications en temps réel sur la consommation des ménages. Pour ERDF, c’est une grande amélioration permettant de contrôler sa consommation énergétique ; mais elle suscite énormément de craintes, cet appareil introduisant un nouvel outil de contrôle et de flicage possible de la population directement dans les maisons. ERDF assure utiliser un système de cryptage permettant la sécurisation des données. Difficile à croire cependant.

Pour ERDF , le compteur Linky n’émet pas des ondes électromagnétiques mais simplement électriques (pendant une minute la nuit) , plus faibles que celles de la plupart des appareils électriques du foyer. Il serait donc, selon la société, bien moins nocif que les ondes émanant des téléphones portables ou même du Wifi. La société concède toutefois que le coût de l’installation sera répercuté sur le montant global des dépenses annuelles de l’entreprise, ce qui annonce une repercussion sur les factures.

Ces arguments ne satisfont pas les opposants, qui ont monté plusieurs collectifs, dans le Finistère , mais aussi dans les Côtes d’Armor, en Morbihan et en Loire-Atlantique comme cette carte le montre. Des communes, comme Crozon ou Lanvéoc, comptent des opposants parmi les élus municipaux.  En effet, les compteurs actuellement installés appartiennent aux collectivités locales qui les concèdent à ERDF (le distributeur). D’ailleurs ces collectivités sont regroupées en fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) et elles tiennent à conserver leur droit de propriété sur lesdits compteurs. ERDF en est seulement le concessionnaire et le gestionnaire dont les missions sont définies à l’article L322-8 du code de l’énergie

Ainsi donc le remplacement des compteurs chez les habitants par un Linky doit avoir l’autorisation de la commune ou de l’intercommunalité. Mais les particuliers ont également leur mot à dire :

Indépendamment des délibérations des conseils municipaux s’opposant  aux Linky, les usagers ont la possibilité de demander à leur maire de refuser l’installation d’un Linky comme d’un Gazpar ou son retrait si celui-ci a été installé selon les explication et la lettre type (à envoyer au maire) à télécharger ici . ERDF doit obligatoirement envoyer un courrier aux abonnés concernés 45 jours avant la date du rendez-vous pour procéder au changement de compteur.

Le journal L’humanité approfondit la question : « Par ailleurs, la loi de transition énergétique ne sanctionne pas le refus individuel de changer son compteur existant contre un Linky. Il faut le savoir même si ERDF prévoit de la contourner. La CRE (commission de régulation de l’énergie) menacerait de taxer 19 euros HT par mois le relevé manuel des compteurs à tous ceux qui refusent Linky (dont le relevé se fait à distance). Ce qui serait illégal ! » . Quant à l’Europe, elle a bon dos puisqu’elle n’oblige pas les Etats membres à imposer le changement des compteurs pour un Linky. C’est à l’appréciation de chaque Etat. Il s’agit de la directive 2009/73/CE modifiée par la directive 2012/27/CE .»

Si ERDF assure pour le moment faire simplement de la communication et tenter de convaincre sans répression les récalcitrants, pas sûr que cette situation dure si l’opposition se fait croissante…

Pour découvrir quand Linky sera installé dans votre commune, c’est ici.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

2 Commentaires

Comments are closed.