Rennes. Un toit c’est un droit investit illégalement un foyer et y reloge 60 clandestins

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

16/06/2016 – 06H15 Rennes (Breizh-info.com) –L’association Un Toit c’est un droit poursuit ses occupations illégales en toute impunité : à la Poterie, quartier de Rennes, elle a investi une ancienne maison de retraite inoccupée pour y loger de force 56 familles d’immigrés clandestins. Des familles en provenance de Mongolie, d’Albanie et d’Afrique, toutes déboutées du droit d’asile, c’est à dire qu’elles devraient être normalement reconduites à la frontière. Le logement est situé Square Ludovic Trarieux à Rennes et compte  28 studios et 12 chambres. Les familles sont séparées selon leurs nationalités, signe que le « vivre ensemble », ça n’est pas encore pour maintenant.

Rappelons que ni la Mongolie, ni l’Albanie, ni la plupart des pays d’Afrique qui envoient massivement leurs populations sur le territoire français ne sont concernés par un quelconque droit d’asile, leurs pays d’origine n’étant pas en guerre.

Un Toit c’est un droit fait partie d’un réseau qui contribue à l’immigration clandestine en Bretagne, aux côtés de RESF (Réseau Education Sans Frontières) . On y retrouve à sa tête des personnalités bien connues par la mouvance de gauche et d’extrême gauche rennaise, comme Armelle Bounya, institutrice à la retraite, ou encore Carole Bohanne, que nous avions évoquée dans nos colonnes. L’objectif de ses associations : obtenir le droit d’asile pour tous les immigrés, et permettre ensuite leur installation et leur régularisation sur le territoire français.

D’après Un Toit c’est un droit, la résidence était censée devenir un Cada (Centre d’accueil des demandeurs d’asile), qui hébergerait des immigrés en situation irrégulière, mais pas encore déboutés du droit d’asile. L’association prend donc l’initiative d’y placer des déboutés, qui n’ont plus aucune vocation légale à loger dans un Cada. L’opération est parfaitement rodée, et les services de la préfecture se mettent en quatre pour trouver des solutions. « Ça oblige la préfecture à reloger tout le monde, mais ça reste précaire » déclare une bénévole de l’association à un journaliste de la PQR subventionnée pour qui l’action de réquisition menée hier s’apparente à une action « à la hussarde ».

Dans un communiqué adressé mercredi à la presse, le Front national Bretagne réagit : « l’association prétend que les avantages obtenus par ces clandestins pendant l’étude de leur dossier (présence sur le territoire français, scolarisation des enfants, etc…) doivent servir de justification à leur régularisation. Ces faux demandeurs d’asile doivent être expulsés du territoire national où ils n’auraient jamais dû se trouver. Le Front National demande au Préfet d’intervenir immédiatement pour faire cesser cette occupation illégale de locaux et pour faire expulser dans les plus brefs délais ces clandestins qui se sont vus signifier une « Obligation de Quitter le Territoire Français ». 

Il nous a été impossible de joindre les services de la préfecture pour connaitre les suites données à cette nouvelle occupation illégale.

D’après un rapport de la Cour des Comptes sorti en 2015, « plus de 96 % des personnes déboutées resteraient en France, compte tenu, d’une part, du taux d’exécution très faible des OQTF (obligation de quitter le territoire français) et, d’autre part, des procédures et des recours engagés par les demandeurs d’asile ». Le coût de l’immigration illégale en France est chiffré par Contribuables Associés à plus d’un milliard d’euro chaque année en France.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. La préfecture, entre opposants au passe sanitaire et souvenir de Clemenceau

La préfecture de Nantes ressemble un peu aux deux faces de l'exercice du pouvoir, ou au dieu Janus. Face...

Résistance de la 25è heure : Quand Françoise Morvan fait des adeptes à LREM

Que cette guerre 39-45 est longue ! 76 ans après l'armistice et la capitulation de l'Allemagne nazie que personne ne...

2 Commentaires

  1. Il est vrai qu’il faut interdire le port ou la détention d’armes aux Français de souche , car ils pourraient résister à la marée de migrants illégaux qui déferlent sur la France ! De plus , il faut faire vite pour que les bons à rien qui nous gouvernent puissent être réélus grace à tous ces étrangers illégaux qui pourront très vite voter sans même savoir lire et écrire!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Le manoir de Kerazan, épine dans le pied de l’Académie française

Kerazan, en Loctudy, est l’un des héros malgré lui du rapport sévère que la Cour des comptes vient de consacrer à l’Académie française –...

Espagne. Les arrivées de migrants se poursuivent à Melilla, des policiers blessés par des clandestins [Vidéo]

Melilla, enclave espagnole située sur le continent africain, a connu un nouvel assaut de migrants à sa frontière. Plus de 100 clandestins sont parvenus...

Propagande. Comment éduquer les collégiens rennais à l’immigration ?

Que cela est joliment dit ! « Résidence d'artiste », « lettres à l'ailleurs », « travail scolaire », « raconter la distance et l'amour des siens », l'enfer progressiste est toujours pavé...

Immigration. Le Royaume-Uni va sanctionner les pays qui refusent de reprendre leurs migrants

Le Royaume-Uni va bloquer les visas des visiteurs provenant de pays dont le ministre de l'intérieur estime qu'ils refusent de coopérer pour reprendre les...