François Pinault : retour à la scierie ?

A LA UNE

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Bernard Rio (Un dieu sauvage) : « Le monde occidental est désenchanté et même déprimant si on ne prend pas un peu de recul...

Bernard Rio mène une double carrière d’écrivain et de journaliste. Il est l’auteur d’une soixantaine de livres, et a...

Immigration 2019. Seuls 15% des immigrés sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire (OQTF) sont expulsés

C'est un scandale important révélé par la Cour des Comptes dans son rapport intitulé L’entrée, le séjour et le...

Jacques Attali : « Il n y a pas de solution à la pandémie qui ne soit globale, de même qu’il n y a...

Jacques Attali s’est beaucoup exprimé, a beaucoup écrit, au sujet notamment de la pandémie de Covid-19 à travers le...

Il existe, parait-il, des romans prophétiques. C’est le cas de celui de Gérard Mordillat, La Brigade du Rire (Albin Michel, 520 pages). On y découvre une équipe de copains en rupture avec la société qui décide kidnapper un certain Pierre Ramut, journaliste à l’hebdomadaire « Valeurs françaises », qui signe chaque semaine des papiers anti-35 heures.

S’ils le kidnappe, ce n’est pas pour le tuer, mais pour le faire trimer dans les conditions mêmes qu’il prône : quarante-huit heures de boulot par semaine, payées à un tarif qui ferait même un travailleur chinois. Aussitôt dit, aussitôt fait : voici Ramut obligé, malgré ses protestations, de faire 600 trous à l’heure, à l’aide d’une perceuse à colonne, pour payer ses pauvres repas.

Pour Mordillat, le smic obligatoire pourrait être imposé, en France, à nombre de personnalités dont tous les biens seraient saisis et qui ne garderaient pour vivre que le produit de leur travail.

Quelques exemples : Emmanuel Macron (castreur de dondons dans un abattoir industriel), l’adjudant Valls (accordeur de castagnettes), Nicolas Sarkozy (dans les égouts), Christine Lagarde (caissière en « horaires flexibles » dans un supermarché ouvert tous les jours, même le dimanche)…Mais aussi MM. Bolloré et Pinault, sans oublier « tous ces tailleurs de bavettes médiatiques qui parlent et écrivent sans savoir ce que travailler veut dire et n’ont que mépris pour les salariés » (L’Obs, 03/09/2015).

Cela pourrait rajeunir François Pinault de se retrouver dans la scierie familiale à Trévérien, près de Dinan. Mais remettre les mains dans le cambouis ne l’intéresse certainement pas. Car on gagne d’avantage d’argent en faisant du « business » qu’en sciant du bois. C’est ce qu’il avait compris en se lançant dans l’importation de bois scandinave qu’il débarquait dans le port de Saint-Malo.

Au grand désespoir des grands forestiers bretons qui n’étaient pas compétitifs… Puis ce fut l’étape « Pinault bois » avec des établissements un peu partout en France. Ce n’était pas encore Conforama, Le Printemps, la FNAC, et encore moins Gucci ou Yves Saint-laurent…

B.M.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

 

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Nantes. La pandémie impacte le commerce du centre-ville

La fermeture de la maison de la presse Agora, place de l'Ecluse, mi-avril, rappelle s'il en était besoin qu'une...

Le président irlandais, M. Higgins, demande la fin de l’enseignement séparé en Irlande du Nord

Le président irlandais Michael D Higgins a déclaré que l'éducation séparée en Irlande du Nord ne peut plus être...