François Pinault : retour à la scierie ?

A LA UNE

Laurent Ryder : « La France compte plus de dix millions de joueurs et joueuses qui s’adonnent aux jeux vidéo »

E-sport, deviens le maître du jeu. Tel est le titre du livre de Laurent Ryder, aux éditions Dragon D'oc,...

Thierry Lentz : « Nous faisons tous du Napoléon sans le savoir » [Interview]

Thierry Lentz est le directeur de la Fondation Napoléon et enseignant à l’Institut catholique de Vendée. Il s'agit d'un...

Jean-Paul Gourévitch : « L’avenir de l’Union européenne ne se fera pas sans les Africains ni contre eux » [Interview]

La présence française en Afrique fait partie des tabous de l’Histoire. Depuis les indépendances, aucun pays d’Afrique francophone subsaharienne...

Julien Rochedy : « Lire Nietzsche est très intéressant au moment où l’Europe est en danger de mort » [Interview]

Julien Rochedy se présente comme « un retraité de la politique, jeune essayiste, combattant pour le futur et l’identité...

Anarchisme. En un an, la Bretagne est devenue un bastion de l’Union communiste libertaire

Un peu plus d’un an après son congrès fondateur du 10 juin 2019, l’Union communiste libertaire dresse un bilan...

Il existe, parait-il, des romans prophétiques. C’est le cas de celui de Gérard Mordillat, La Brigade du Rire (Albin Michel, 520 pages). On y découvre une équipe de copains en rupture avec la société qui décide kidnapper un certain Pierre Ramut, journaliste à l’hebdomadaire « Valeurs françaises », qui signe chaque semaine des papiers anti-35 heures.

S’ils le kidnappe, ce n’est pas pour le tuer, mais pour le faire trimer dans les conditions mêmes qu’il prône : quarante-huit heures de boulot par semaine, payées à un tarif qui ferait même un travailleur chinois. Aussitôt dit, aussitôt fait : voici Ramut obligé, malgré ses protestations, de faire 600 trous à l’heure, à l’aide d’une perceuse à colonne, pour payer ses pauvres repas.

Pour Mordillat, le smic obligatoire pourrait être imposé, en France, à nombre de personnalités dont tous les biens seraient saisis et qui ne garderaient pour vivre que le produit de leur travail.

Quelques exemples : Emmanuel Macron (castreur de dondons dans un abattoir industriel), l’adjudant Valls (accordeur de castagnettes), Nicolas Sarkozy (dans les égouts), Christine Lagarde (caissière en « horaires flexibles » dans un supermarché ouvert tous les jours, même le dimanche)…Mais aussi MM. Bolloré et Pinault, sans oublier « tous ces tailleurs de bavettes médiatiques qui parlent et écrivent sans savoir ce que travailler veut dire et n’ont que mépris pour les salariés » (L’Obs, 03/09/2015).

Cela pourrait rajeunir François Pinault de se retrouver dans la scierie familiale à Trévérien, près de Dinan. Mais remettre les mains dans le cambouis ne l’intéresse certainement pas. Car on gagne d’avantage d’argent en faisant du « business » qu’en sciant du bois. C’est ce qu’il avait compris en se lançant dans l’importation de bois scandinave qu’il débarquait dans le port de Saint-Malo.

Au grand désespoir des grands forestiers bretons qui n’étaient pas compétitifs… Puis ce fut l’étape « Pinault bois » avec des établissements un peu partout en France. Ce n’était pas encore Conforama, Le Printemps, la FNAC, et encore moins Gucci ou Yves Saint-laurent…

B.M.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

 

Les derniers articles

Une patiente du Dr. Raoult témoigne : « La prise en charge de l’IHU Méditerranée est exceptionnelle »

Une patiente du Dr. Raoult témoigne : « La prise en charge de l'IHU Méditerranée est exceptionnelle » Crédit photo...

Le CHU de Rennes veut un hélicoptère toute l’année

Les CHU de Rennes et Caen sont les seuls en France à ne pas avoir d'hélicoptère toute l'année. Un...

Délit d’opinion. Le dissident politique Hervé Ryssen incarcéré à Fleury-Merogis

La répression politique en France vis à vis des dissidents devient féroce. Pendant que la presse mainstream s'occupe de ce qu'il se passe en Biélorussie,...

« L’apothéose de la danse » à propos de Beethoven…

C’est ainsi que la nommait Wagner, un artiste qui ne se recommandait pas de la Révolution. « L’apothéose de la danse », c’était la...

Le grand naufrage des médias mainstream occidentaux

Le 18 juin 2020, le « Reuters Institute Digital News » a publié son rapport annuel. En janvier et février 2020, avant la pandémie,...

Concertos de Brahms pour piano : l’interprétation magistrale du pianiste Philippe Bianconi

Les deux Concertos de Brahms pour le piano sont à la fois les plus redoutables et les plus originaux du répertoire. Né à Hambourg,...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -