L’islam est devenu un sujet majeur de préoccupation pour nos compatriotes. Les attentats qui se succèdent, revendiqués par l’Etat islamique, alimentent cette préoccupation. D’autres en revanche font de la surenchère dans la tolérance, injectant du padamalgam trois fois par jours pour être bien sûrs qu’il ne viendrait pas à l’idée des Français de s’offusquer contre la présence musulmane sur notre sol.

D’autres encore demeurent persuadés que le système nous pousse à la guerre contre l’islam alors que les faits qui s’accumulent invalident jour après jour ce type de théories. Du côté de l’Etat, on se préoccupe de la « montée du populisme » et on réaffirme depuis un peu plus de 10 ans la laïcité à l’école ou dans les lieux publics, garante du « vivre-ensemble ». Si bien que la laïcité, qui était un principe républicain assez mineur, en devient peu à peu une valeur majeure, à l’instar des autres valeurs inscrites dans la devise républicaine : liberté, égalité, fraternité.

Pourtant la laïcité est une spécificité hexagonale qui n’existe pas en tant que telle en Europe. La plupart des pays européens disposent de religions d’Etat, souvent le catholicisme, parfois le protestantisme. Le paradoxe actuel étant que la laïcité est contraire à tout ce qu’ont entrepris depuis 40 ans les pouvoirs publics et les milieux associatifs, souvent de gauche, au nom du « droit à la différence » et de la lutte contre les discriminations.

La loi Pleven de 1972 est en réalité contraire aux fondamentaux de la IIIème République en matière de laïcité et de liberté de la presse (loi de 1881) comme le démontre d’ailleurs avec talent la jeune doctorante de Sciences Po Anastasia Colosimo dans Les bûchers de la liberté. Cette loi serait même contraire à la Constitution de la Vème République qui ne reconnaît aucune communauté en dehors de la nation. C’est ce qui a conduit à refuser la reconnaissance du « peuple corse » par exemple. Par ailleurs, il n’y a, à l’origine, dans le droit français que des individus et non des communautés. Or la loi de 1972 de Pleven (qui fut aussi dans les années 1950 un acteur de la tentative d’instauration de la Communauté Européenne de Défense à laquelle s’opposa le Général de Gaulle) reconnaît le fait communautaire puisque des communautés peuvent être « victimes ». Lorsqu’un juif, un musulman ou même un catholique sont victimes d’une agression, une certaine lecture de la loi peut permettre de reconnaître que c’est l’ensemble de leur communauté qui est concernée. Cette loi a donc ouvert la boîte de Pandore du communautarisme, ce qui n’a rien d’étonnant pour des européistes favorables à la reconnaissance des « minorités ».

La fracturation de la nation française a donc été aussi impulsée, de l’intérieur, par la démocratie-chrétienne. Cela a un effet sur la presse puisqu’elle conduit à un retour du blasphème qui est absent du droit français. D’une certaine façon en condamnant l’islamophobie en justice, on reconnaît implicitement le blasphème. Et on entretient une compétition victimaire, de surcroît. Ainsi Valls a adressé son soutien à la « communauté des catholiques » après l’assassinat du père Hamel, plutôt qu’aux Français de confession catholique, comme cela serait plus juste. Ce phénomène se retrouve partout, on adresse ses condoléances à la « communauté juive » ou à la « communauté musulmane » sans distinction de nationalité. La confession prend donc le pas sur la nationalité, à rebours de ce qu’avait impulsé la Révolution française et qu’a analysé René Rémond dans son ouvrage Religion et Société en Europe.

Il n’y a plus des « juifs Français » mais des « Juifs de France », incluant donc à égalité les ressortissants français et étrangers au nom d’une religion commune. Dans un monde globalisé, les solidarités nationales se disloquent au profit de solidarités religieuses, claniques ou tribales. Maintenir la concorde nationale relève donc du tour de force, surtout si l’on refuse de sacrifier le mythe multiracial et multiculturel. Ainsi on s’interroge souvent sur la compatibilité entre l’islam et la démocratie, on parle d’un islam de France ou d’un islam républicain.

Cette préoccupation n’est autre que celle des Frères musulmans qui ont, en Europe, comme les catholiques du XIXème siècle, parfaitement adopté les « codes » de la démocratie que les salafistes n’adoptent pas : présentation à des élections, manifestations, pétitions, débats… Ceci est important car à l’instar des catholiques qui combattaient la Révolution d’un côté avec la contre-révolution et de l’autre en usant des armes de la démocratie via ce qui deviendra la démocratie-chrétienne, les musulmans font exactement la même chose. D’un côté ceux qui, intransigeants, réclament l’instauration du Califat comme d’autres ne juraient que par la monarchie de droit divin; de l’autre les Frères musulmans qui manœuvrent en utilisant des méthodes de l’Etat de droit.

«Les Frères musulmans ont parfaitement su mouler leurs discours sur celui des élites occidentales hostiles au nationalisme »

L’objectif de ceux-ci étant certes d’étendre la charia mais aussi de lutter contre un double héritage occidental, en réalité français, dans le monde arabo-musulman : le nationalisme et l’autoritarisme. Ce sont en effet certains arabes formés dans les universités françaises qui ont structurés le nationalisme arabe comme c’est le cas en Syrie. On comprend pourquoi la France est une cible prioritaire, elle est à l’origine du pêché originel.

Les Frères musulmans ont parfaitement su mouler leurs discours sur celui des élites occidentales hostiles au nationalisme : les nationalistes arabes sont des dictateurs, l’islamophobie est une forme de racisme et lutter contre la nudité des femmes dans l’espace public est une forme de féminisme comme d’ailleurs le maire de Londres vient de nous montrer un brillant exemple. Marwan Muhammad, directeur exécutif du Collectif contre l’islamophobie en France, lié aux Frères musulmans, a par exemple publié un rapport sur les discriminations pour le Réseau européen contre le racisme (en anglais l’acronyme est ENAR). Un réseau qui a récemment publié un rapport sur « la contribution positive des migrants et des minorités ethniques ».

L’Open Society Institute du milliardaire pro-démocrate Georges Soros, dont on connaît les positions favorables à l’immigration, a financé des campagnes d’affichage du CCIF de Marwan Muhammad. Comment ne pas aussi se questionner sur l’opération de communication menée au sujet des musulmans (dont beaucoup de femmes voilées) se rendant à la messe après l’assassinat du Père Hamel ? Peut-on y voir une nouvelle offensive des Frères musulmans à l’endroit de l’opinion publique ? C’est en tout cas sans surprise qu’au journal de 20h, après un reportage lénifiant nous vantant ce grand moment œcuménique, la chaîne publique d’information proposait une interview de l’imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, dont on connaît la promiscuité avec les Frères Musulmans puisqu’il est membre de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France). On connaît la proximité de ce dernier avec le maire de Bordeaux, Alain Juppé, que certains annoncent vainqueur aux élections présidentielle de 2017.

Quant à Georges Soros, il est aussi un des argentiers d’Hillary Clinton dont on se questionne sur les liens avec les Frères musulmans. Voila un début de réponse. A l’échelle internationale, il y a en effet une organisation qui a tout intérêt à la fin du nationalisme arabe et à une ré-islamisation des masses musulmanes : les Frères musulmans. C’est sans surprise qu’ils ont pris pied à l’issu du printemps arabe en Tunisie via Ennahdha et en Egypte où, sans le coup d’Etat militaire, ils seraient encore au pouvoir. Les seuls garants de la laïcité dans cette région du monde sont les états nationalistes, autoritaires et militaires, d’inspiration bonapartiste que combat autant le libéralisme protestant anglo-saxon, que la démocratie-chrétienne d’ascendance catholique ou le sunnisme intégriste des Frères musulmans.

Revenons à notre hexagone. Une conclusion semble d’ors et déjà s’imposer. Les trois grandes religions sont solidaires pour faire sauter la laïcité et pour communautariser la France et faire reculer le fait national. Cela doit apparaître comme une évidence à tous les observateurs. Ainsi le discours ambiant ne parle plus que de fraternité « entre les religions », de «coexistence », d’œcuménisme, de fraternité entre croyants. Et les non-croyants ? Ceux que le fait religieux irrite ? A la trappe. Il est étonnant de voir avec quelle délectation les médias nous montrent les poignées de mains entre prélats catholiques et musulmans. Comme si le débat public se plaçait sur une relation entre catholiques et musulmans dans une société sécularisée, plutôt déchristianisée, et dans une République officiellement laïque qui ne reconnaît pas le catholicisme comme religion officielle !

C’est là encore un magnifique succès des Eglises qui parviennent à s’imposer dans le débat public alors que le sujet n’est absolument pas « interconfessionnel » mais ethnique : les islamistes, dans le sillage des mouvements de décolonisation veulent attaquer le monde blanc. Les islamistes sont donc gagnant sur les deux tableaux : d’un côté ils parviennent à recruter par la violence via l’EI, de l’autre ils agissent pour détruire la nation une et indivisible en renforçant le communautarisme religieux au nom de la lutte contre les discriminations et pour le droit à la différence, par l’intermédiaire de structures plus policées et visant les milieux diplômés comme c’est le cas des Frères musulmans.

Du côté catholique, l’islam peut apparaître comme un bélier enfonçant l’édifice de la laïcité et comme un moyen de se placer dans une relation d’amitié/rivalité avec cette autre grande religion. La démocrate-chrétienne Merkel, qui fait venir moult migrants, incite par exemple les Européens à redevenir chrétiens, prétextant que c’est un bon moyen de mieux comprendre l’islam :

« Nous devons avoir le courage d’être chrétiens, de susciter le dialogue [avec les musulmans], d’aller à la messe ou au culte, de nous replonger dans la Bible » et « Pouvoir expliquer la signification d’un tableau accroché dans une église n’est pas une tare. Si vous demandez à des écoliers ce qu’est la Pentecôte, les réponses seront sûrement très décevantes. Je ne comprends pas vraiment pourquoi on se plaint du fait que les musulmans connaissent bien le Coran. »

L’œcuménisme n’est donc aucunement un acte de faiblesse ou un refus de voir la réalité, il est mûrement réfléchi. Les autorités religieuses veulent progressivement se substituer à l’Etat pour garantir la paix et la sécurité et les Frères musulmans souhaitent apparaître comme l’unique recours face à la violence djihadiste vis à vis d’un État incapable d’endiguer les actes de terrorisme. On pourrait même envisager que l’EI soit un leurre médiatique destiné à détourner les regards de l’opinion publique d’une islamisation sournoise se faisant silencieusement, pacifiquement, avec l’assentiment des politiques, des associatifs et des Églises. Certains comprendront sûrement un peu mieux les réticences de l’aile nationale-républicaine du FN à copiner avec les autorités catholiques. Ce serait recourir à l’Église là où il faut réaffirmer la puissance de l’Etat et la souveraineté de la nation comme corps politique et communauté de destin.

L’œcuménisme est donc une vaste arnaque menée par les Églises pour attaquer le fait national, se constituer en corps intermédiaire et pour détourner les populations de l’offensive conduite contre le monde blanc, car depuis la décolonisation, c’est bien de cela dont-il s’agit, non pas d’une guerre de religion mais d’un conflit opposant les anciens peuples opprimés du tiers-monde à leurs anciens colons européens.

Jean/C.N.C (Cercle Non Conforme)

3 Commentaires

  1. D’accord.

    C’est un article qui part sur une réflexion intéressante, mais il est vrai qu’il tourne rapidement à la promotion de cette nation artificielle dont les Bretons n’ont jamais voulu et surtout pas au prix de la négation de leur propre nation!

    Tel quel, ce texte n’a pas grand chose à faire sur Breizh Info, sauf à le présenter comme un point de vu Républicain Français (car l’auteur est visiblement acquis au concept de nation artificielle qui rappelons le est également la négation de la nation historique) qui peu avoir son intérêt à condition d’avoir le point de vu Breton en parallèle… ce qui manque à l’évidence!

    Oui, le Républicanisme a la Française est très probablement une forme de religion moderne, d’autant plus intégriste qu’elle possède une dimension politico-sociale expansionniste tout comme cette autre religion à laquelle elle se retrouve aujourd’hui en conflit, d’où certainement cette hystérie constatée…!

    Cet aspect religieux risque de poser un problème, sachant que l’un des protagoniste est bien plus ancien donc plus construit dans sa détermination et que l’autre plus jeune a probablement fait un péché d’orgueil en faisant massivement entrer le cheval de Troie dans ses lignes persuadé de la force de conversion de son idéologie..!

    La réponse ne proviendra très certainement pas de cet affrontement, mais d’un retour à l’affirmation des nations réelles issues des populations : nations réelles qui créées par un processus culturel long sont naturellement plus tolérantes et moins tentées par l’expansionnisme, l’idéologie étant remplacé comme ciment constructeur par la culture or une culture n’existe que si d’autres cultures existent également…!

  2. On oubliera surtout de mentionner que les chrétiens sont les premières victimes, et de loin, des intérêts prétendument divergents des religieux et des républicains.
    On oubliera aussi de rappeler que l’effigie de marianne est directement reprise sur celle de Marie mère du Christ, et qu’il existe le baptème et l’enterrement républicains.
    La révolution française (celle qui a inventé les camps de concentration et les premiers essais de passage au gaz des dissidents) a aussi mis en place les processions à marianne, qui donc est une divinité, au sens strict du terme. Les prêtres étaient priés de se soumettre à cette nouvelle religion, ou de mourir dans leur église, naboléon s’est contenté de mettre en place le concordat pour donner le change, les laicards ont fait le reste. Et oui, rien ne change vraiment.

    De ce point de vue, cet article n’a plus grand sens, alors qu’il rappelle un certains nombre de faits.

    La situation est infiniment plus complexe que çà et dépasse les acteurs des manipulations dont nous voyons seulement les effets.

    C’est l’incompétence, l’arrogance de se croire fort lorsqu’on fonctionne en loge, la crétinerie absolue et le manque de courage qui sont les causes de ce chaos toujours plus important.

    Le politique ment parce que le peuple est sourd à la vérité. Le peuple est sourd à la vérité car le sacrifice de soi est contraire à la consommation de soi.

Comments are closed.