Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Pourquoi les Européens trouvent-ils que l’UE n’est pas démocratique ?

À six mois des prochaines élections européennes, les eurocrates devraient s’intéresser de près à ce que ressentent les citoyens européens lorsqu’ils pensent à Bruxelles.

Un nouveau sondage Ipsos, réalisé dans cinq États membres de l’UE, révèle que les Européens sont largement insatisfaits de l’état de la démocratie à Bruxelles et estiment qu’il existe un fossé croissant entre les institutions européennes et les citoyens qu’elles sont censées représenter. Le manque de confiance dans les institutions européennes pourrait se traduire par un faible taux de participation aux élections de 2024, ce qui augmenterait encore le niveau de méfiance à l’égard de l’Union européenne.

L’enquête de septembre a été menée en France, en Italie, en Pologne, en Suède et en Croatie, ainsi que dans deux pays non membres de l’UE, les États-Unis et le Royaume-Uni, qui organiseront également des élections générales en novembre et janvier 2025, respectivement. L’enquête probabiliste en ligne a été réalisée auprès de personnes âgées de 16 ans et plus dans les pays européens, et de 18 ans et plus aux États-Unis.

Méfiance à l’égard de Bruxelles

Si les Européens interrogés sont généralement favorables à l’UE en tant que concept, ils sont beaucoup plus mécontents de l’état de la démocratie dans l’Union qu’au niveau national.

La majorité des personnes interrogées dans tous les pays de l’UE se disent “insatisfaites de l’état de la démocratie au niveau de l’UE, seule une infime minorité d’entre elles estimant avoir son mot à dire sur la manière dont les décisions sont prises”. C’est en Pologne que la proportion de personnes estimant avoir au moins une certaine influence sur les questions européennes est la plus élevée, mais même dans ce pays, elle plafonne à 20 %.

“Ces résultats suggèrent que l’un des principaux défis pour l’UE avant les élections du Parlement européen de 2024 sera de tirer parti du soutien continu au projet de l’UE pour aider à restaurer des perceptions positives des institutions, agences et organes de l’UE “, a déclaré Christine Tresignie, directrice générale des affaires publiques européennes d’Ipsos, dans un communiqué.

Qu’est-ce qui n’a pas marché ? Il n’est pas surprenant que seuls les partis qui souhaitent restaurer le contrôle démocratique sur l’UE et accroître la souveraineté nationale soient en tête des sondages, tandis que tous ceux qui profitent du statu quo actuel stagnent ou perdent des dizaines de sièges. Mais pourquoi l’UE semble-t-elle de plus en plus antidémocratique ?

Le manque de transparence et les soupçons de corruption généralisée au sein des institutions européennes (pensez au Qatargate ou au Pfizergate) pourraient jouer un rôle majeur dans la méfiance croissante des Européens à l’égard de Bruxelles. Même le Médiateur européen, dont le bureau a été créé pour obliger les institutions européennes à respecter des normes minimales de transparence, a récemment dû demander aux médias d’agir contre la Commission, qui ignore totalement ses constatations de “mauvaise administration” et ses demandes de publication de documents potentiellement incriminants.

“La nature et l’ampleur de la mauvaise administration que j’ai constatée nécessitent un débat public plus large et un contrôle parlementaire étroit, car les échanges et le dialogue institutionnels normaux n’ont pas permis de résoudre le problème”, a déclaré la médiatrice de l’UE, Emily O’Reilly, à Bruxelles la semaine dernière.

Un autre facteur pourrait être la complexité du processus décisionnel de l’UE, le sentiment de contrôle démocratique se perdant facilement dans le gigantesque labyrinthe bureaucratique de Bruxelles.

S’il est vrai que les membres du Parlement européen sont directement élus, la composition de la chambre nécessite souvent de larges coalitions entre les groupes de partis pour faire avancer les choses. Par exemple, le PPE, théoriquement de centre-droit, a voté avec les socialistes (S&D), les libéraux (Renew) et les Verts dans près de 9 cas sur 10 au cours des cinq dernières années, ce qui n’est pas forcément facile à digérer pour ses électeurs, par ailleurs conservateurs.

Les deux autres institutions peuvent être encore plus problématiques. Les commissaires et les postes sont choisis par tous les Etats membres, mais les négociations sont surtout le fait des plus grands qui font pression sur les autres, jusqu’à ce que nous soyons coincés avec des personnes comme von der Leyen. En théorie, le système Spitzencandidat pourrait rendre le processus plus direct, mais il ne profiterait guère qu’au PPE, qui détient déjà la plupart des postes à responsabilité.

Le Conseil, quant à lui, est le dernier véritable bastion de la démocratie en Europe, la plupart des décisions importantes devant être approuvées à l’unanimité par tous les États membres. Toutefois, ce principe est lui aussi constamment remis en question, car plusieurs initiatives ont été lancées pour supprimer l’unanimité (et donc les droits de veto), privant ainsi les électeurs nationaux de leurs droits.

La méfiance à l’intérieur du pays

Selon l’enquête, les personnes interrogées n’ont pas non plus une grande confiance dans les institutions démocratiques de leur pays. La quasi-totalité des sept pays couverts par l’enquête ont fait état d’un taux de satisfaction de 50 % ou moins à l’égard de la démocratie, seuls les Suédois étant plus ou moins satisfaits du fonctionnement de leur gouvernement (58 %).

En outre, l’opinion la plus répandue dans tous les pays étudiés est que l’état de la démocratie s’est dégradé au cours des dernières années. Cette opinion est partagée par plus de 6 Britanniques sur 10 et près de 7 Américains sur 10, le chiffre le plus élevé étant enregistré en France, où 73 % des personnes interrogées déclarent que la démocratie ne fonctionne plus aussi bien aujourd’hui qu’il y a 5 ans.

Dans tous les pays, la majorité des personnes interrogées s’accordent à dire que la démocratie est “truquée” en faveur des riches et des puissants et qu’un “changement radical” est nécessaire pour y remédier.

Source : The European Conservative (traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

11 réponses à “Pourquoi les Européens trouvent-ils que l’UE n’est pas démocratique ?”

  1. JCML dit :

    Supprimer la commission qui prend des accords sans consensus et sans rien demander à personne, surtout pas aux citoyens, le parlement européen qui vote n’importe qu’elle idiotie (la place est bonne) et enfin sortir de cette organisation qui n’est que le paillasson des USA, qui eux ne reconnaissent même pas le “responsable des affaires étrangères de l’UE” bref un diplomate que personne ne connaît.

  2. Bran Ruz dit :

    La commission européenne ne représente qu’elle même , elle a le pouvoir que les gouvernements européens acceptent de lui conférer , et si il y en a bien un qui est dans la soumission à cette commission c’est notre foutriquet de l’elysee , europeiste convaincu il préfère soumettre son peuple aux diktats de ces destructeurs de notre identité . La girouette qu’est le sieur Macron n’a que mépris pour notre demande de retour à une souveraineté national sur des sujets vitaux comme celui de l’immigration par exemple. Degageons les et vite !!

    • Héclagou dit :

      En fait, je pense, en y réfléchissant que nos “young leaders” ne sont pas soumis au dictat dit ‘européen’. Il le fabriquent / ayant été gracieusement formés aux USA/ ou au N O M (Nouvel Ordre Mondial).
      Merci à tonton Giscard d’avoir préparé sa suite en envoyant “nos meilleurs” se former là-bas… Tous nos jeunes leaders européens … et plus Le Fils de P. E. T. [Pierre Eliot Trudo] est un modèle achevé parmi les premiers de classes qui ne cessent d’être félicité par Claude SCHWAB… Belle famille, n’est-ce pas, avec liens de consanguinité économique. “Vous serez pauvres, mais vous serez heureux” disent-ils, à la suite du Grand-Maître.
      TRADUCTION / Vous serez pauvres, on vous aura tout piqué; et Nous serons heureux …
      Autre slogan : Nous sommes en guerre … / (bon il n’a pas tout dit) Nous sommes en guerre contre vous… reste à définir ce NOUS. Ne serait-ce pas les “4 M” : “Minuscule Minorité des Multi-Milliardaires Misanthropes ?

  3. lg dit :

    Les élections européennes, jusqu’à présent, ont peu intéressé les peuples, d’où une faible participation.
    Je pense que cette fois les choses seront un peu différentes. La meilleure participation viendra des électeurs de droite, dure ou pas, et “d’extrême droite”, comme ils disent ; mais prenons leur amertume comme un compliment !
    Les abstentionnistes, si décriés mais si enviés, ne sont ni de gauche, ni “en même temps”. Leur cœur n’est pas éloigné de l’extrême droite et le résultat des élections sera avant tout un message adressé à la nation.

    • Bran Ruz dit :

      Pour La france islamo gaucho tout ce qui est à droite de leur idéologie gauchiasse est d’extrême drooiitte!! Votons et sanctionnons tous ces immagrationnistes compulsifs.

  4. Henri dit :

    En 2005, le peuple français a dit non au traité européen. En 2007, au prix de savantes contorsions, le Conseil constitutionnel et le Parlement ont dit oui, ce qui reste anticonstitutionnel : car seul le peuple peut défaire ce qu’il a décidé. Pour ma part, je méprise cette Union européenne, toute inféodée aux intérêts américains (ainsi que l’a toujours voulu la fripouille Monnet), et j’applaudis à chaque coup de pied au c… qu’assène la Russie à cette UE de pacotille.

  5. Brun dit :

    L’Europe, et la France macroniste en particulier se permettent de faire la leçon au reste du monde sur le respect des “valeurs” démocratiques, sur lesquelles elles sont les premières à s’aseoir régulièrement. Et ce n’est hélas pas fini, avec le projet d’extension des pouvoirs de Bruxelles qui fait l’objet en ce moment d’une proposition plus qu’inquiétante. Les citoyens des différents pays de l’UE ne seront bien évidemment pas écoutés sur ce projet.

  6. zozo83 dit :

    Attendez, nous allons passer à 36 ou 37; déjà que c’est le bordel, alors là, je ne vous dis pas…

  7. patphil dit :

    frexit urgent

  8. Daniel GASZCZYNSKI dit :

    Ces sont les scleuhs représentés par madame la hyène qui dirigent l’Europe.
    Virons ce parasite qui n’a aucune légitimité.
    Et pas un technocrate français pour le faire.
    Les anglais avaient Monsieur FARAGE.
    La France est complètement déclassée.

  9. Le Celte dit :

    Par ce que les choses le plus importantes ne sont pas décidées par des personnes élues mais placées par les chefs d’états. Qui profite le plus de L’UE les multinationales, ils donnent clé en main des directives à faire appliquer ils font ce qu’ils veulent. Il n’y a pas plus corrompu.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, International

Démocratie directe en Suisse : l’UDC veut limiter l’immigration et la population à 10 millions via un référendum

Découvrir l'article

International, Sociétal

Contenus en Ligne et influenceurs. La présidence belge de l’UE ne fait pas confiance aux Européens pour juger par eux mêmes

Découvrir l'article

International

Chypre. Quand l’immigration massive entraîne un remplacement démographique

Découvrir l'article

International

L’UE approuve le pacte sur les migrations ; les pays d’Europe centrale dénoncent une “grave violation de la souveraineté”.

Découvrir l'article

Histoire, International

Elections Européennes. Une brève histoire du Luxembourg

Découvrir l'article

A La Une, International

Les élections en Europe en 2024 : une bataille entre plusieurs « tribus »

Découvrir l'article

Ensauvagement, Immigration, International, Sociétal

Immigration vers l’UE. Des clandestins toujours plus nombreux en 2023, dont 47 % d’Africains

Découvrir l'article

International

La présidence belge de l’UE coûtera plus de 50 millions d’euros

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration. À Chypre, plus d’expulsions que d’arrivées de clandestins en 2023

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Accord européen sur la répartition des migrants : un chantage financier à l’accueil des clandestins [Vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky