08/09/2016 – 07h00 La Baule Breizh-info.com) – Lors de l’université d’été du parti Les Républicains les 3 et 4 septembre derniers à La Baule, l’ensemble des ténors locaux de la famille LR étaient présents pour accueillir les différents candidats à la primaire . Mais aussi veiller au mieux à l’unité fragile évoquée dans notre compte-rendu de ces deux journées.
Parmi les personnalités majeures qui occupent le devant de la scène en Bretagne historique et plus largement dans l’ouest français, la figure de Bruno Retailleau s’est vraiment révélée au grand public il y a un an lors des élections régionales.

Un homme politique d’expérience

Longtemps proche de Philippe de Villiers, il fera notamment partie de l’aventure du Puy du Fou en ayant en charge la mise en scène de la « Cinéscénie » puis rejoindra le Mouvement Pour la France (MPF) – le parti de l’ancien président du Conseil général de Vendée.

En termes de mandats, Bruno Retailleau n’est pas seulement le nouveau président de la région administrative des Pays de la Loire depuis décembre 2015, il est également sénateur de la Vendée depuis 12 ans et président du groupe Les Républicains au Sénat.

Durant l’après-midi de samedi, nous nous sommes entretenus quelques minutes avec lui sur le déroulement de cette rentrée politique et sur les risques de divergences liées à la course à la primaire.

Un entretien complet

Ce fidèle de François Fillon, qui ne fait pas mystère de ses convictions, nous livre dans l’interview ci-dessous sa vision des thèmes principaux de la campagne présidentielle : l’économie et l’identité. Fustigeant les esprits consacrant tout l’un ou tout l’autre, Bruno Retailleau évoque par la suite sans détour son attachement à ses racines vendéennes et dit concevoir ainsi parfaitement le lien charnel entre la Loire-Atlantique et le reste de la Bretagne.

Par ailleurs,  nous avons également eu l’occasion d’interroger le nouveau patron du conseil régional sur certaines dérives, parfois jugés sectaires et sur des excès en tout genre, notamment en ce qui concerne le budget communication des « PDL », les Pays de la Loire,  à l’époque de son prédécesseur Jacques Auxiette. Ce dernier avait quant à lui succédé à un certain… François Fillon. Qui semblait moins ouvert au dialogue sur la question bretonne que Bruno Retailleau, à écouter dans l’entrevue ci-dessous :

Vincent L

Photos : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. La réponse est simple : En langue bretonne un groupe de personnes est un ensemble d’individus, un concept qui n’existe pas dans la langue française. Par contre, en venant à la Baule, de quelle peuple parle t-il? Du peuple breton ce qui serait logique ou du peuple français ce qui est le mauvais endroit pour en parler!

    Donc réponse : Les Bretons sont un ensemble d’individus formant un peuple et même une nation car comptant parmi les plus anciennes d’Europe!

    Mais pourquoi, ce Monsieur se pose t-il ce genre de questions élémentaires?

Comments are closed.