03/10/2016 – 06H00 Saint-Nazaire (Breizh-info.com) –  Depuis 5 ans le Front national n’a cessé de renforcer son implantation dans l’agglomération de Saint-Nazaire. Animé par Jean-Claude Blanchard, militant très actif dans la région, le FN nazairien s’est imposé comme une force politique incontournable dans les communes de l’estuaire de la Loire. Les résultats électoraux du mouvement national en témoignent. 16 % aux Européennes de 2014, et 3 élus municipaux la même année. En 2015  Jean-Claude Blanchard mettait en ballotage le président PS du conseil général avec 32% des suffrages sur l’ensemble du canton au second tour.

Il faut dire que pas une semaine ne passe sans que  les militants frontistes ne soient présents sur les marchés et même à la porte des chantiers navals. Le FN prend position sur tous les problèmes impactant la vie de la cité nazairienne  et les milieux populaires lui prêtent une oreille de plus en plus attentive. A moins d’un an des élections présidentielles et législatives, cette situation est devenue insupportable pour l’oligarchie socialiste qui règne sans partage sur la ville depuis près d’un siècle.

Ainsi le maire de la ville, David Samzun, avait annoncé que le prochain conseil municipal nazairien serait pour la première fois totalement enregistré et disponible sur le site de la ville. Il comptait ainsi redorer son blason en  faisant  le procès public du FN nazairien et de ses « idées d’exclusion » après l’affaire du gymnase prêté par la municipalité à la communauté musulmane pour la fête rituelle de l’Aïd.

Las, c’était sans compter sans les employés municipaux nazairiens en conflit  depuis plus d’un an avec le maire David Samzun  et  son adjointe Lydie Mahé en charge…« du dialogue social … et de la lutte contre les discriminations ». Le personnel municipal de l’intersyndicale CGT-FO et UNSA  se plaint en effet d’un « climat détestable, de conditions de travail dégradées, de l’absence de tout dialogue avec la mairie, …d’avancements opaques et injustes, de suppression des avantages acquis et de pseudos augmentations ».

Le vendredi 23 septembre, il s’est donc invité dans la salle du conseil municipal dès l’ouverture de la séance. Huées, brouhaha, suspensions de séance et modifications d’ordre du jour décidées par le maire ont beaucoup retardé les débats. Et ce ne sont pas les propos lénifiants de Lydie Mahé sur « la méthodologie participative » qui allaient calmer les agents municipaux : la pauvre fut  copieusement sifflée…

conseil-st-naz

Pire : ceux-ci applaudirent même l’intervention de Jean-Claude Blanchard, ce qui provoqua la remarque furibonde du maire : « nous voyons au grand jour les masques qui tombent ».

Rouge de colère, Alain Manara, conseiller municipal communiste – un ancien métallurgiste CGT – quitta même son siège pour apostropher les syndicalistes en les traitant de « minables » (!) ce qui lui vaudra cette réponse : « Tu n’avais qu’à nous défendre toi ! ». Une telle attitude ne va sans doute pas améliorer la popularité des communistes nazairiens. David Samzun leur avait pourtant octroyé un poste d’adjoint et quatre de conseillers sur sa liste en 2014.

Ce qui est sûr est que la polémique n’est pas prête de s’éteindre. Lors d’une réunion, mercredi 28 septembre, le directeur des services de la Ville aurait en effet accusé les manifestants d’être pilotés par un parti politique – entendez le FN – ce qui a provoqué la colère des syndicalistes. L’intéressé a démenti, affirmant que ses propos avaient été mal compris. La Ville a défendu son directeur, rappelant quand même que celui-ci est tenu à une « obligation de réserve ». A bon entendeur…

Photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

 

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.