Bretagne. 6% des naissances en 2015 fruits de deux parents étrangers (42% en Seine St-Denis)

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

04/10/2016 – 07H00 France (Breizh-info.com) –  L’Insee vient de publier les statistiques des naissances pour la France en 2015. Elles permettent d’avoir un aperçu à la marge des conséquences démographiques de l’immigration et du progressif changement de population qui s’opère en France, mais aussi de façon moins prononcée en Bretagne ; à la marge car aujourd’hui, bon nombre d’immigrés présents en France possèdent la carte d »identité française, impossible donc d’y voir là des statistiques ethniques.

D’autant plus que l’Insee ne fait pas de différence entre nationalités de l’Union Européenne et extra européennes. Un Suèdois, un Grec, un Rwandais ou un Chinois sont ainsi classés dans la classe « étrangers » alors même que les deux premiers sont des citoyens Européens.

D’un point de vue global, « depuis 2011, les naissances d’enfants issus de deux parents nés en France diminuent (de 580 756 à 535 302 en 2015, soit une baisse de 7,8%), celles d’enfants dont l’un ou les deux parents sont nés à l’étranger sont en hausse de 6,07%. »

En 2015, 799 000 bébés sont nés en France. C’est 20 000 naissances en moins par rapport à 2014, soit une baisse de 2,4 %. Le nombre de naissances retrouve ainsi son niveau de 2002 ou 2003 et son niveau moyen des dernières décennies. Parmi les nouveau-nés de 2015, 5 % ont une mère de 40 ans ou plus. Mais être mère à ces âges n’est pas nouveau : déjà, en 1948, 5 % des nouveau-nés avaient une mère de 40 ans ou plus. La part de ces maternités tardives avait par la suite diminué, pour augmenter régulièrement depuis le début des années 1980. Depuis cette période, les naissances tardives sont de plus en plus souvent des premières naissances. En 2015, 17 % des nouveau-nés ont un père de 40 ans ou plus.

Pour la Bretagne, voici les chiffres :

33 522 naissances en Bretagne administrative en 2015, auxquelles il faut rajouter 16 352 naissance en Loire-Atlantique, soit 50 054 naissances en Bretagne (43 818 en 2014). L’Ille et Vilaine compte 12 018 naissances, le Finistère 8 790, contre 7108 pour le Morbihan et 5606 pour les Côtes d’Armor.

Parmi ces 50 054 naissances, 3873 des nouveaux nés ont un père étranger, soit 7,7% des naissances en Bretagne (B5) pour 2015 (3844 enfants avaient une mère étrangère). Les nationalités paternelles comme maternelles sont majoritairement – parmi ces naissances, algériennes, marocaines, tunisiennes et turques, ainsi que congolaises. Toutefois, ces chiffres prennent également en compte des nationalités de pays membres de l’Union Européenne.

Toujours parmi ces naissances, 5613 pères (donc plus de 10% des naissances) sont nés à l’étranger (5304 mères), toujours principalement dans les pays cités plus haut. Au total, 3087 enfants en Bretagne historique sont nés à la fois d’un père et d’une mère nés à l’étranger, soit 6,16% des naissances (contre 2965 et 6,7% des naissances en 2014). Ce chiffre passe à 42% pour la Seine St-Denis, en région parisienne.

On notera également qu’entre 2013 et 2015, entre 62,1% (Loire-Atlantique) et 69,3% (Côtes d’Armor) des naissances l’ont été hors mariage. Entre 86% (Loire-Atlantique) et 92,4% (Finistère) des naissances sont le fruit d’une union entre deux parents français (on peut les comparer au 43,7% de la Seine St Denis, record de France, et 23,8% à Mayotte). Pour un enfant né de deux parents nés en France, le pourcentage varie de 81,8% en Loire Atlantique à 88,9% en Côtes d’Armor. (32,9% en Seine Saint-Denis, 20,2% à Mayotte).

Pour Laurent Chalart, géographe, qui commente ces chiffres pour Atlantico, la France se transforme : « qu’on s’en réjouisse ou non, la France des années 2030 sera une France à la population bigarrée, ressemblant de plus en plus aux Etats-Unis, à la différence que les principales communautés ethniques ne seront pas tout à fait les mêmes. ».

A noter également pour l’anecdote, qu’on dénombre pour l’année 2015, 4600 accouchements à domicile.

Photos : wikimedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Bretagne. Littoral à la rencontre de pêcheurs des îles

Littoral propose une émission entièrement consacré aux pêcheurs. François Spinec sur l'ile de Sein dans le Finistère va bientôt...

Euro 2016 : un supporter, jugé pour violences, rentre en Russie et dénonce une justice politique

Mikhaïl Ivkine, l’un des deux supporters russes condamné pour «violences ayant entraîné une infirmité» à l’encontre d’un fan de...

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.