Le marquis de Pontcallec, par Raoul de Navery

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

Les éditions Yoran Embanner rééditent un roman qui avait disparu depuis longtemps : le marquis de Pontcallec, de Raoul de Navery. En réalité Eugénie Caroline Suffray, né en 1829 à Ploërmeln qui écrivit de nombreux ouvrages dont Patira et Jean Canada.

Le Marquis de Pontcallec est un roman historique qui est paru pour la 1ère fois en 1878. Il ne s’agit pas de la vie du marquis breton puisque le roman débute par la conspiration.

Raoul de Navery prend certaines libertés avec l’Histoire. Son héros est jeune, beau et courageux. D’ailleurs deux femmes sont amoureuses de lui ! En réalité, il n’a pas 22 ans mais 38!  La période de la Régence de Philippe d’Orléans est catastrophique pour la Bretagne. Il impose de nouvelles taxes à la Bretagne déjà exsangue et ce, malgré le refus légal du Parlement et des Etats de Bretagne. Même si les nobles ne paient pas l’impôt, ils n’en défendent pas moins leur peuple.

A l’appel de Pontcallec, seuls 16 gentilhommes le suivent dans son projet d’insurrection. L’Espagne, sollicitée pour soutenir les rebelles, fait défection. Avant même un début de lutte armée, les conjurés sont arrêtés, traduits en justice à Nantes. Quatre d’entre eux seront exécutés promptement place du Bouffay.

Cette exécution scandalise les Bretons et le « jeune » marquis entre dans la légende comme un des héros nationaux d’une Bretagne rebelle qui rêve de retrouver son indépendance.

Postface de Jean-André Le Gall (CRBC de Brest)

En annexes, entre autres :

-Le procès verbal du jugement de Pontcallec et de ses compagnons
-La gwerz marv Pontkalleg (Traduction en français et partition)

Le dessin de couverture , superbe, est une nouvelle fois réalisé par le talentueux Marc Mosnier, dans la plus pure tradition des Seiz Breur. Le livre se lit très bien, et nous fait replonger dans un épisode majeur de l’histoire de la Bretagne. Il se complètera parfaitement avec le film « que la fête commence » de Bertrand Tavernier.

le-marquis-de-pontcallec

Le marquis de Pontcallec – Raoul de Navery – 15 € – Yoran Embanner

Pour le commander, c’est ici

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

2 Commentaires

  1. Je reste toujours très étonné que l’histoire tumultueuse du Marquisat de Pontcallec ne soit pas si aboutie qu’elle mérite de l’être. Certes, on connaît la fin tragique de Clément Chrisogon de Guer, décapité sur la place du Bouffay à Nantes, certains n’ont que peu de connaissances sur les déboires financiers d’Alain de Guer, premier Marquis de Pontcallec, et de sa descendance. Déboires qui nécessitèrent près d’un siècle de procédures judiciaires au tribunal de Nantes. Mais ce que la plupart des bretons ignorent, c’est la disparition des deux derniers descendants du Marquis de Guer (déchu alors du fief de Pontcallec). Julien et René de Guer abandonnèrent leur château de Coetbo en 1792, suite au refus d’allégeance à la Révolution, et embarquèrent sur la Dieudonne à Saint Malo pour l’Espagne où ils n’accostèrent jamais…
    Je garde ma petite idée sur la suite. ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

François Boulo : « Il y aura une révolution en France ! »

François Boulo : « Il y aura une révolution en France ! ». François Boulo, né en 1986, est un avocat français considéré comme...

Julius Evola : « Ce qu’il faut favoriser, c’est plutôt une révolution silencieuse »

Paru initialement en 1950, puis, avec quelques variantes, en 1971, Orientations contient en germe une grande partie de l'oeuvre de Julius Evola postérieure à la...

Emile Granville : « J’ai écrit ce livre dans l’espoir d’avoir à terme une refondation du mouvement breton » [Interview]

Quelles valeurs pour « faire société » en Bretagne ? C'est la question que se pose Emile Granville dans un livre intitulé « les défis...

Les éditions Yoran Embanner. Notre sélection de 5 livres à offrir pour Noël

Nous débutons en cette fin novembre un tour d'horizon des éditeurs, des librairies, des initiatives qui méritent d'être soutenues financièrement alors que la tyrannie...