Brexit : le Parlement britannique devra se prononcer à son tour

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

24/01/2017 – 14H15 Londres (Breizh-info.com) – « Dans un jugement commun à sa majorité, la Cour Suprême estime qu’une loi du Parlement est requise pour autoriser les ministres à présenter la décision du Royaume-Uni de se retirer de l’Union européenne. »

Seul dans la presse française, Breizh Info (5/11/2016) avait anticipé cette décision : le référendum consultatif du 23 juin dernier ne suffit pas ; le Brexit ne peut se passer d’une loi votée par la Chambre des Communes. Pourquoi ? Parce que depuis Jacques II et le Bill of Rights approuvé par Guillaume d’Orange devenu William III (1689), la souveraineté britannique n’appartient pas aux peuples du Royaume-Uni mais aux Chambres. En vertu de ce principe général, les divers recours juridiques ayant suivi le référendum de juin ont donc abouti, après celle de la Haute-Cour en novembre dernier, à la décision citée des juges de la Cour Suprême, notifiée ce mardi 24 janvier à 9h30 GMT (10h30 françaises).

Par 9 voix contre 3, Theresa May, Premier ministre de Sa Majesté, se voit contrainte d’obtenir une délégation législative de la Chambre des Communes pour négocier l’application de l’article 50 du Traité communautaire, et fixer les clauses de son départ. Compte tenu des délais de convocation des élus, d’organisation des débats et de publication des résultats, la promesse de démarrer la procédure de départ avant la fin du mois de mars 2017 ne sera probablement pas tenue.

Les recours demandant les consultations des Assemblées irlandaise et écossaise n’ont pas été retenus par la Cour Suprême. Il est donc probable que les indépendantistes écossais (54 députés aux Communes) vont bientôt se faire entendre, eux qui souhaitent rester dans l’UE. Quant aux députés travaillistes qui, dans leur majorité, étaient contre une sécession, les commentateurs parlementaires londoniens estiment qu’ils vont, dans leur majorité, suivre Mme May et se plier aux votes de leurs circonscriptions respectives, puisque cela conditionne leurs réélections.

Dans tous les cas, Brexit ou non, force est de reconnaître qu’un nouveau concept juridique a été introduit dans le droit britannique, celui d’une souveraineté de facto du peuple, opposée à la souveraineté de jure des Chambres. Cette évolution est d’autant plus ambiguë que le ‘peuple britannique’ n’existe pas : le Royaume est une union institutionnelle de quatre peuples, l’anglais, l’écossais, le gallois et le nord-irlandais. Ce dernier, malgré les querelles religieuses, semble de plus en plus tenté de rejoindre la République d’Irlande, et le peuple écossais de faire sécession.

Le Royaume-Uni, habile jusqu’alors à pratiquer un pragmatisme de bon aloi dans les relations inter-communautaires, risque de traverser des période de turbulences internes majeures. Elles seront le prix à payer pour un demi-siècle de participations houleuses à la CEE (1973) puis à l’UE (1993). L’entrée, initiée en 1961, n’avait pu intervenir douze ans plus tard qu’après le départ du général De Gaulle, qui y était fortement opposé, et l’acceptation par Georges Pompidou. En interne, les conservateurs étaient majoritairement pour l’entrée en 1961, et les travaillistes s’abstenaient. Cinquante-cinq ans plus tard, les conservateurs ont fait approuver la sortie par référendum, et les travaillistes, qui étaient contre, se voient pratiquement obligés de la négocier, au risque de voir chanceler l’unité du Royaume. Vieille leçon politique : la versatilité des opinions n’est pas sans écueils.

J.F. Gautier

Crédit photo : Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Un migrant délinquant souhaite « rentrer en Algérie » : le tribunal refuse d’accéder à sa requête…

Pour une fois qu'un migrant souhaite rentrer chez lui ! Ce 25 juillet, un Algérien qui se dit âgé...

Aéroport de Rennes ou de Nantes : lequel choisir ?

Vous êtes en Bretagne et vous projetez un voyage prochainement ? Si vous ne souhaitez pas monter à Paris, deux...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Royaume-Uni. Les défenseurs de Stonehenge remportent une bataille judiciaire

Des militants ont remporté une bataille judiciaire pour empêcher la construction d'un tunnel routier près de Stonehenge, site emblématique du patrimoine celtique et mondial....

Immigration. Le Royaume-Uni va sanctionner les pays qui refusent de reprendre leurs migrants

Le Royaume-Uni va bloquer les visas des visiteurs provenant de pays dont le ministre de l'intérieur estime qu'ils refusent de coopérer pour reprendre les...

« White Privilege ». La commission de l’éducation du parlement britannique détruit l’idée d’un privilège blanc

Dans un nouveau rapport, traduit par Fdesouche, la commission de l’éducation du parlement britannique tire la sonnette d’alarme sur les résultats insuffisants des enfants...

Irlande, frontière du Brexit

Le Brexit entraînera-t-il le rétablissement d'une frontière entre l'Irlande du Nord anglaise et sa voisine du Sud ? Qui seront les gagnants et les perdants...