Saint-Nazaire : à nouveau condamné par le tribunal, un détenu tente de s’évader

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

26/01/2017 – 11H00 Saint-Nazaire (Breizh-info.com) –  Un détenu, qui s’était fait maintenir en détention pour vols par le juge des libertés à Saint-Nazaire, a tenté de mettre les bouts après l’audience, vers 15h15 le 24 janvier dernier.

D.G s’est débarrassé de sa chaîne de conduite et a tenté de fausser compagnie aux trois agents de la pénitentiaire qui l’accompagnaient. Après être sorti du parking du tribunal, il a été poursuivi dans les rues alentour par les agents de la pénitentiaire et une patrouille cycliste de deux policiers municipaux. Les poursuivants ont réussi à lui remettre la main dessus, rue d’Ypres. Il a blessé un des policiers municipaux en se débattant. Au retour vers la maison d’arrêt de Nantes où il est déjà détenu pour d’autres forfaits, celui-ci s’est rebellé mais a été promptement calmé par les agents de la pénitentiaire. Le prévenu âgé de 19 ans devrait être jugé en plus pour évasion.

Bien que l’évasion ait été empêchée, elle témoigne de l’inadaptation du dispositif nouveau qui confie aux agents de la pénitentiaire l’escorte des détenus, sans qu’ils n’aient d’équipements adaptés pour cela. « Pendant qu’ils poursuivaient le détenu, les agents ont perdu successivement leur bâton télescopique de défense, leur Motorola, leurs talkies etc. C’est le fait de tenues achetées au rabais par l’administration, et qui sont tout à fait inadaptées pour courir avec », constate William Cozic, délégué FO-Pénitentiaire pour Nantes et la Loire-Atlantique. « A-t-on vu des policiers perdre leur équipement pendant qu’ils courent après les délinquants ? ».

Surtout, les agents ne sont pas en nombre suffisant. Il y a 3 PREJ (pôles régionaux d’extractions judiciaires) qui couvrent la Bretagne, à Nantes (une vingtaine d’agents), Rennes (une douzaine) et Lorient (une dizaine). Non seulement les agents passent beaucoup de temps en déplacement pour des audiences assez courtes – surtout ceux du pôle de Lorient qui couvre une grande partie de la Basse-Bretagne, mais ils ne seront bientôt que deux pour accompagner les détenus jugés peu suspects de s’évader ou peu dangereux, au lieu de trois actuellement. Or le détenu, qui a tenté de s’évader à Saint-Nazaire le 24 janvier, était justement jugé peu dangereux – ce qu’on appelle dans le jargon une « escorte 1 ». Ces problèmes d’effectif et de sécurisation ne sont pas limités à la Bretagne mais se retrouvent au contraire sur l’ensemble du territoire national, notamment dans l’Oise.

En mai dernier déjà FO-Pénitentiaire tirait la sonnette d’alarme : « Les agents [affectés aux extractions judiciaires, NDLA] arrivent à faire des journées de plus de 15h, les heures de repos entre la fin de service et la prise de service suivante ne sont pas respectées et en moyenne en 3 semaines les agents comptent 50h supplémentaires ». A l’époque, 400 réquisitions de détenus n’étaient pas satisfaites et étaient en attente, selon le syndicat, ce qui avait déjà provoqué divers « bugs » dans le système. Ainsi, à Quimper un prévenu a été libéré faute de moyens humains pour l’extraire de sa prison et le présenter devant un juge, tandis qu’à Poitiers le tribunal a attendu en vain un détenu qui devait être jugé, faute encore d’agents en nombre suffisant pour l’amener de la prison au tribunal, et le ramener ensuite.

Outre la dotation de tenues appropriées, l’union interrégionale FO-Pénitentiaire pour la DI de Rennes (Bretagne, Maine, Vendée, Normandie) exige dans un communiqué « le maintien des 3 agents pour réaliser les extractions des détenus placés en escorte 1 car il faut toujours anticiper et envisager l’imprévisible ». Le syndicat prévient : « les agents déjà usés par des rythmes de travail effarants et une considération inversement proportionnelle (charte des temps, équipements, absence de prime de découchage comme cela se fait pour d’autres fonctionnaires…..) ne pourront pas toujours faire des miracles ». Devra-t-on attendre qu’un détenu s’évade et commette immédiatement de nouveaux délits pour que les moyens nécessaires soient alloués ?

Louis-Benoît Greffe

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Un migrant délinquant souhaite « rentrer en Algérie » : le tribunal refuse d’accéder à sa requête…

Pour une fois qu'un migrant souhaite rentrer chez lui ! Ce 25 juillet, un Algérien qui se dit âgé...

Aéroport de Rennes ou de Nantes : lequel choisir ?

Vous êtes en Bretagne et vous projetez un voyage prochainement ? Si vous ne souhaitez pas monter à Paris, deux...

Articles liés

Saint-Nazaire 2 : Rescapé du premier tour, le seul binôme RN de Loire-Atlantique en lice au second tour

Rescapé du formidable fiasco du premier tour des départementales – plus de sept électeurs de Loire-Atlantique sur 10 ne sont pas allés voter, alors...

Deux binômes du Rassemblement National pour l’estuaire, Saint-Nazaire et la Brière

Les 20 et 27 juin, les électeurs de Loire-Atlantique sont appelés aux urnes pour élire le nouveau Conseil départemental. Il y a 31 cantons...

Saint-Nazaire : trois agressions d’agents de l’office HLM en dix jours

Les agressions continuent à se multiplier contre les agents de l'office HLM de Saint-Nazaire (Silène), par ailleurs confronté à une très forte demande, de...

Et si vous deveniez assesseur dans un tribunal pour enfants ?

Pour épauler les juges des enfants dans leurs missions auprès des mineurs confrontés à la justice, le ministère de la justice recrute des assesseurs en...