Sos Racisme ne fait pas recette à Nantes

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

28/01/2017 – 05H45 Nantes (Breizh-info.com) – Dominique Sopo président national de SOS Racisme était à Nantes le 25 janvier pour relancer son association après 10 ans d’absence et animer une conférence sur le thème « vivre ensemble, un idéal à réinventer ».

Fort peu de Nantais étaient  venus l’écouter ; une quinzaine, dont un seul représentant des « minorités visibles ».

Les représentants de 2 associations nantaises partenaires de SOS Racisme ouvrirent la soirée. Un responsable du Centre gay, lesbien, bi, trans de Nantes présenta son mouvement qui fédérerait 15 associations locales. Le CGLN emploie un salarié permanent et un « stagiaire de longue durée » intervenant en milieu scolaire sur «  l’identité de genre ».

Le Centre, qui organise un  accueil spécifique pour « les trans et les migrants », milite activement pour le droit d’asile selon son responsable qui tint à souligner « ses très forts liens avec la mairie de Nantes ». 

La second association liée à SOS Racisme  est « Oser le féminisme ». Elle se veut selon sa représentante « anti raciste, universaliste, laïque et apartisane ». Elle   lutte avant tout contre le la discrimination sexiste. De son intervention assez floue, on retiendra que « le burkini est un sujet très douloureux »,  elle ajoute : « j’avais envie d’y aller avec les seins à l’air » mais  « interdire ce vêtement c’est faire du communautarisme ».

Dominique Sopo président de SOS Racisme depuis 2003 avec une interruption entre 2012 et 2014  est un ancien apparatchik de l’UNEF et du PS.
De père togolais et de mère française, il se présente comme « d’origine africaine ».

Il devait développer longuement son thème : le vivre ensemble qui « est donc universaliste » et en lien avec le sexisme et l’homophobie. C’est « une condition d’épanouissement , sinon il n’y aurait que des communautés fermées et c’est mieux que la guerre civile ».
Il ne faut  pas selon lui « être prisonnier de sa communauté d’origine » – il n’aime donc pas l’expression de « communauté nationale » – et milite pour le droit des individus « à se projeter ailleurs de leur naissance » (sic).

Sopo a une bête noire : « le pseudo intellectuel Zemmour ». Il se félicite de lui avoir intenté plusieurs procès, et il en espère d’autres mais  précise toutefois : « c’est la République qui l’ a condamné ».

« Un noir c’est un mec qui danse avec des plumes dans le cul »

Pour Sopo il y a en France une forte offensive de la droite et de l’extrême droite en France : « Elles sont contre le droit à la différence, racontent n’importe quoi et ça marche ! ».

Dès qu’on touche au passé colonial de la France, cela provoque une levée de bouclier. On en est resté aux mentalités de  la IIIème République et des débuts de la colonisation « où un noir c’est un mec qui danse avec des plumes dans le cul ! ».
Sopo, pessimiste, reconnait : « On n’est jamais revenu sur ces préjugés, les mêmes selon les territoires et les milieux sociaux ».

Le grand obstacle au « vivre ensemble », c’est la peur des Arabes, et le terrorisme en est devenu le carburant. Le rapport à l’islam est désormais  conflictuel et « quand on dit musulman on pense arabe et pas à un mec de Dakar ».
Sopo ne cache pas son hostilité au salafisme et aux Frères musulmans « petits shérifs qui organisent la communautarisation dans les quartiers » avec la complicité de certains politiques de droite comme de gauche.
Il cite en exemple la ville de Nice. Estrosi  y dénonce les islamistes à la télévision, mais  dans les quartiers nord le pouvoir est laissé aux Frères musulmans avec qui il a passé des accords électoraux.

Les jeunes sont soumis à des demandes de repli identitaire, de fermeture qui sont les mêmes « qu’elles viennent de La Manif Pour Tous ou des salafistes ».

Le débat avec la salle mit en valeur les limites du ‘vivre ensemble’ . Une travailleuse sociale de Saint-Herblain expose que dans le quartier du Sillon de Bretagne on s’ignore d’un côté ou de l’autre de la rue.
Les collèges  Saint Dominique et Nelson  Mandela sont fréquentés par des populations distinctes. Il n’y a aucun mélange. L’intervenante fait remarquer qu’on devrait plutôt parler de « non vivre ensemble ».
« 
C’est vrai« , concède Sopo pour qui « les écoles doivent être des lieux de brassage », mais il remarque aussi qu’à Sarcelles  « Tous les juifs ont quitté l’école publique ».

Très peu d’adhérents

Le responsable de SOS Racisme ne semble pas au fait des chiffres de la démographie quand il déclare : « En France sur 67 millions d’habitants, il y a 3 ou 4 millions de musulmans et les noirs sont encore moins » et il n’hésite pas à se contredire quand il remarque : « Mon père quand il est arrivé à Valenciennes, la première chose qu’il a faite, c’est de chercher des Togolais ! ».

SOS Racisme a très peu d’adhérents et ne représente quasiment rien. Pourtant depuis sa création par le pouvoir socialiste en 1984 elle est gavée de millions d’euros de subventions de la part de l’État et des collectivités locales et régionales  qu’elles soient socialistes ou de droite.

Véritable ligue de vertu, elle incarne la bien-pensance de la gauche antiraciste et mondialiste. SOS Racisme mise tout sur l’éducation et ses interventions en milieu scolaire « pour amener la nouvelle génération en dynamique positive » selon le jargon de Dominique Sopo.

Le nouveau pouvoir issu des élections présidentielle saura-t-il rompre avec ce lobby , qui viole la neutralité de l’école ? La question est posée.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Un migrant délinquant souhaite « rentrer en Algérie » : le tribunal refuse d’accéder à sa requête…

Pour une fois qu'un migrant souhaite rentrer chez lui ! Ce 25 juillet, un Algérien qui se dit âgé...

Aéroport de Rennes ou de Nantes : lequel choisir ?

Vous êtes en Bretagne et vous projetez un voyage prochainement ? Si vous ne souhaitez pas monter à Paris, deux...

1 COMMENTAIRE

  1. j’espère que Marine lui coupera les subventions et qu’ il ira chercher un vrai travail !!! au lieu de rabaisser ou d’humilier nos enfants par sa propagande gauchiste mondialiste !! nous n’avons pas à subir ce genre d’individus dans notre nation !t

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Université de Nantes : une formation en archéologie contemporaine

Il y a 77 ans, les Alliés débarquaient en Normandie. De moins en moins d'anciens combattants sont là pour relater ce qu'ils ont vécu...

Entretien avec Marc Le Bourhis à propos de l’incendie de la cathédrale de Nantes

Le 18 juillet 2020, la cathédrale de Nantes était en proie à un incendie. Les flammes ont notamment détruit le grand orgue dont la...

FC Nantes – FC Lorient : le résumé de la rencontre (0-1)

Ce mercredi, le FC Nantes affrontait le FC Lorient, au Stade Moreau-Defarges de La Baule pour le cinquième match amical des hommes d'Antoine Kombouaré....

Nantes : affaire Steve Maia Caniço – mise en examen du commissaire Chassaing

Il aura fallut deux ans d'enquête pour aboutir à une première mise en examen pour homicide involontaire dans l'affaire du décès de Steve Maia...