Journaux : la grande peur des bien-pensants

A LA UNE

11/02/2017 – 08H00 Nantes (Breizh-info.com) – Le 8 février le forum de « questions publiques » ( Nantes Métropole en partenariat avec la revue Place publique) organisait au Centre de communication de l’ouest  une conférence sur la profession de journaliste avec comme  invité Eric Chol, directeur de la rédaction de Courrier international. Celui-ci devait répondre à une triple interrogation : « indépendance ou conformisme ? Liberté ou suivisme ? Où en sont les journalistes ? ». Le profil d Eric Chol – qui intervient régulièrement sur BFM TV et France Culture et  préside  Reporters sans frontières -répondait déjà partiellement à la question.

Intervenant  devant une salle assez dégarnie, Eric Chol a commenté en premier lieu le classement établi par Reporters sans frontières sur la liberté de la presse dans le monde. La France y est au 49ème rang sur 180. Pour lui, cela tient avant tout au « rétrécissement du pluralisme » qui serait dû à «l’évolution capitalistique»  du monde des médias. Le conférencier cite  en exemple  le groupe LVMH propriétaire des Échos , ou celui de Patrick Drahi qui possède entre autres L’Express et Libération. Mais le fait que Courrier international appartienne au même groupe que Le Monde  avec L’Obs, Télérama, La Vie … contrôlé par le trio de milliardaires Bergé, Pigasse et Niel  ne semble pas l’inquiéter outre mesure, ce qui n’est pas le cas de Vincent Bolloré qui, selon Chol,  multiplierait les pressions sur les rédactions des médias qu’il détient.

La chute des ventes  de la presse papier est due, selon Eric Chol, à « la révolution numérique qui impacte tout », à l’écroulement des recettes publicitaires (15 à 20 % par an) qui amène l’augmentation du prix de vente des journaux et enfin à la disparition des kiosques. Ce sont  les news magazines qui souffrent le plus.  On préfère désormais s’informer gratuitement sur internet et il y a  un fossé générationnel : les 18/35 ans s’informent sur internet par Facebook et Google – « ils n’achètent plus le journal et ne regardent plus la télé ».

Eric Chol est bien conscient que les journalistes doivent « s’adapter en permanence  au nouvel environnement technologique », ajoutant «on n’a pas le choix». Il est conscient également que les lecteurs français  n’ont plus confiance dans les journalistes – selon lui à hauteur de 63 %.  Ce qui lui fait lâcher cette réflexion : « on mérite mieux ». Pour autant il ne remet pas en cause le contenu des messages diffusés par les journaux et il déplore que « les réseaux sociaux viennent contrôler ce qu’on raconte ». Il en arrive presque à faire le procès de l’opinion publique trop sensible au « medias bashing », au complotisme et « au grand n’importe quoi répandu par Google ».

Que faire ?

Pour Chol, il faut « des marques d’info », et surtout « faire comprendre aux lecteurs ce qu’est l’info » pour retrouver des liens de confiance avec eux. Il ajoute : « tout le monde ne peut pas être journaliste ( … ) et être objectif, cela ne veut rien dire. Il faut donner des critères de lecture en permanence à nos lecteurs »(sic). Sinon qu’arrive-t-il selon lui : Trump «celui  qui nous amène dans Orwell avec son équipe de communiquants ».

Regrettant qu’en France on mélange infos et commentaires – comme dans l’affaire Fillon – le patron de Reporters sans frontières donne un conseil : « restons dans nos métiers ». Il cite en exemple le journal Le Monde avec ses « 300 à 400 travailleurs de fond ».  Il s’interroge aussi : « comment relever la tête ? », en visant avant tout « la jeune génération  trop encline à tout gober sans regard critique » comme les rumeurs sur Macron. Le remède : « faire de la pédagogie, multiplier les interventions auprès du public scolaire » précisant : « c’est à nous de dire aux jeunes ce qu’est l’info ». 15 jours avant, à Nantes, le patron de SOS racisme Dominique Sopo, tenait exactement les mêmes propos.

Eric Chol est bien conscient que « si on ne s’adapte pas, on va crever ». Pour lui,  le sujet de fond c’est « la fabrique de la désinformation qui brouille tout sur les réseaux sociaux ».  Il cite en contre exemple le succès de son journal Courrier international  qui « vend désormais plus que  L’Express » et compte  20 000 abonnés à son édition numérique ainsi que  la crédibilité retrouvée de Reporters sans frontières depuis le départ de Robert Ménard, «ce personnage qui a dérivé dans un sens qui ne fait pas honneur à ce qui a été RSF ».

Le débat avec la salle a permis à Eric Chol de préciser sa pensée. Il a un « grand modèle » : le New York Times. Interrogé sur les subventions gouvernementales  à la presse, il aura une réponse lapidaire « joker ! » avant de se reprendre : « Euh, je pense qu’on en profite ». Et d’ajouter : « si on coupe tout, c’est la vérité des ventes, c’est un ballon d’oxygène qui permet  à des canards boiteux de se maintenir ».

Dans 1984 Georges Orwell écrivait : «Il y avait la vérité, il y avait le mensonge, et si l’on s’accrochait à la vérité contre le monde entier, on n’était pas fou ». C’est précisément ce que démontrent tous les jours les médias alternatifs.

François Cravic

 Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Enfants handicapés. Après la polémique sur les propositions d’Éric Zemmour, Reconquête 44 réagit

Élu de Saint-Herblain, dans l’agglomération de Nantes, Matthieu Annereau (En marche) avait réagi très violemment aux propositions d’Éric Zemmour...

Non à la ragougnasse…

Nous vivons des temps affreux. Chaque samedi soir, lorsque j’attends le feuilleton de « Meurtres à Trifoullis », je...

Articles liés