Alain de Peretti : « Personne n’ose aborder le problème du halal de façon frontale »

Halal Alain de Peretti

26/03/2017 – 08h00 Rennes (Breizh-Info.com) – Alain de Peretti, vétérinaire et président de l’association Vigilance Halal, était à Rennes le mercredi 22 mars 2017. Il donnait une conférence sur l’abattage rituel musulman et la notion de viande halal à l’invitation de l’association Kiosque citoyen.
Entre 40 et 50 personnes étaient réunies à l’Institut de Gestion de Rennes 1. Des habitués des conférences de l’association mais aussi des étudiants et même plusieurs vétérinaires de la région.

Après cette conférence, il a répondu à deux de nos questions. Premièrement sur la manière dont le Sri Lanka avait banni l’étiquetage « Halal » dans les rayons du pays puis, ensuite, sur l’existence d’un label français permettant d’éviter de consommer un produit halal.

La critique du halal, un interdit ?

« Personne n’ose aborder le problème du halal de façon frontale » nous a déclaré Alain de Peretti quelques minutes après sa conférence. Durant la séance de questions/réponses avec le public, une vétérinaire n’a pas hésité à présenter sa propre expérience quant au tabou entourant tout questionnement sur le halal dans sa vie professionnelle. Un autre vétérinaire présent a reconnu la qualité des travaux d’Alain de Peretti et a fait part de son étonnement sur le manque de transparence de l’état sur un tel sujet de santé publique.
Pour Alain de Peretti, ce tabou n’existe que parce qu’il est considéré comme islamophobe et raciste d’étudier les problèmes sanitaires posés par les abattages rituels. C’est d’ailleurs pour éviter les procès en islamophobie qu’il a joint à sa longue présentation une étude réalisée par Sami Aldeeb, universitaire suisse, démontrant que l’obligation de l’abattage rituel ne se trouvait pas dans le coran.

L’abattage halal, source de problèmes sanitaires

Devant son auditoire attentif, Alain de Peretti a donc déroulé une présentation maitrisée et percutante sur les dangers sanitaires propres à l’abattage rituel islamique, très différent de l’abattage européen. Des différences entre les deux méthodes qui se retrouvent dans l’augmentation dramatique des risques sanitaires pour les consommateurs de viande halal.

A l’aide de photographies – parfois très dures – prises dans des abattoirs halal, Alain de Peretti a pu démontrer qu’il existait un réel problème de santé dans l’abattage rituel.
Outre les problèmes de santé, Alain de Peretti a longuement évoqué les problématiques politiques (financement de groupes terroristes par exemple) ou idéologiques (ré-enracinement identitaire des populations immigrées par exemple).
Pour permettre aux Français de trouver une boucherie exempte de toute viande issue d’un abattage rituel islamique, Alain de Peretti a conseillé à plusieurs personnes le site Suivez le coq.

Alain de Perreti est coutumier de ce genre de conférences puisqu’il se déplace dans toute la France, là où on l’invite.

Crédit Photo : Breizh-Info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • cookie

    Et la monstruosité de l’acte envers les animaux , tout le monde s’en fiche ?
    Des étres vivants égorgés à vif , envahis de terreur , ça ne gêne personne ?
    Quelqu’un a t’il dejà regardé leurs yeux lors de ces joyeux massacres ?!
    Lorsqu’un humain subit le même sort , ça fait la une des media pendant des jours .
    Et tout cela parce que les bipèdes sont les plus forts .
    Honte à eux !
    Quel profond dégoût j’ai à leur encontre !
    Et si , Marine Le Pen est la seule à avoir dénoncé cette ignominie .

  • PL44

    Il y a effectivement 70% de bouddhistes (cinghalais) au Sri Lanka mais les musulmans, descendant en partie de marchands arabes, ne sont que 8%. Il y a en outre 12% de d’hindous (tamouls).

  • Jean-Paul Costantini

    Je trouve impressionnant que cette religion pourrie se mêle de tout et veuille imposer son inculture à toute la population. Les imams et les cerveaux (?) obtus font tout pour imposer des thèmes qui n’ont rien à voir avec le Coran: l’emballage systématique des femmes, les interdictions cumulées à leur égard, l’abattage halal barbare et qui devrait être interdit dans tous les pays occidentaux par respect des animaux et aussi par fierté de faire partie des mécréants, des infidèles que nous sommes et qui devraient commencer à appliquer des mesures de rétorsion contre tous imbéciles rongés par l’islam.

  • Jean-Paul Costantini

    On a peur officiellement de l’islamophobie, mais on ne réagit pas lorsque des musulmans applaudissent les attentats terroristes, on accepte les boucheries halal et on propose même de la viande abattue de cette manière barbare dans les cantines scolaires où l’on ne sert plus de porc, pour se confirmer aux exigences de ces tarés, on accepte qu’ils prient dans les rues et emmerdent tout le monde. Quand donc leur montrerons-nous que, dans nos pays, ce ne sont pas eux qui commandent, mais nous ? Nous ne sommes pas assez « purs » pour nous rendre en Arabie saoudite en tant que touristes (rassurez-vous, je n’en ai aucune envie !!). On devrait agir de la même manière à leur égard, mais évidemment, ils ont du fric…Il faut se rendre à l’évidence : nous sommes en guerre…