Jacques Myard (LR) sur la Syrie : « les Etats-Unis se considèrent toujours comme le shérif international.»

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

08/04/2017 – 05H45 Maison-Laffite (Breizh-info.com) –  Ne cherchez pas une réaction d’un député de la droite et du centre en Bretagne sur les frappes américaines en Syrie, vous n’en trouverez pas !

Pour François Fillon, candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle, « cette riposte américaine, que l’on peut comprendre au vu de l’horreur des attaques chimiques, ne doit pas conduire à une confrontation directe des forces occidentales avec celles de la Russie et de l’Iran. Ce serait un terrible danger pour la paix ». Ce dernier dit « comprendre » la « riposte américaine » – une riposte étant, dans le dictionnaire, une réponse à une agression dont n’ont pourtant pas été victimes les Etats-Unis.

Par ailleurs, l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy – qui réclame à juste titre la présomption d’innocence concernant les affaires judiciaires qui le concernent – a déclaré jeudi 6 avril souhaiter que le Conseil de Sécurité de l’Onu « sanctionne » Bachar Al-Assad, et a réaffirmé son souhait de « parler avec les Russes, les Iraniens et les Turcs » pour « essayer d’éliminer » le président syrien et « organiser la transition« .

Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux de Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, expliquant « Bachar el Assad ne mériterait pas d’être sur cette terre ».

Marine Le Pen a appelé à la prudence et à fait part de son étonnement – alors que Donald Trump se présentait comme le candidat de l’isolationnisme et du non interventionnisme. Alors qu’Emmanuel Macron, et le Parti socialiste ne condamnent pas les frappes et mettent , pour Benoît Hamon, les islamistes de l’État Islamique et Bachar el Assad dans le même panier, chez certains communistes et à l’extrême gauche, les condamnations des frappes – notamment chez Jean-Luc Mélenchon – se multiplient.

Parmi le flot des réactions – émanant de personnalités ou d’experts parfois auto-proclamés qui ne peuvent pas être au courant de ce qu’il s’est réellement passé concernant les armes chimiques – puisqu’il n’y a eu aucune enquête internationale pour le moment – certains chez Les Républicains, comme Jacques Myard, député-maire de Maison-Laffite, ont toutefois décidé de ne pas se joindre au choeur de ceux qui critiquaient Donald Trump depuis le début de son mandat.

Dans un communiqué, Jacques Myard se demande si Donald Trump ne serait pas un « Bush III ».

« Personne ne peut admettre l’’utilisation d’’armes chimiques dans des conflits, et on peut parfaitement comprendre la vive émotion provoquée par l’’utilisation de gaz sarin à Khan-Cheikhoun, en Syrie. Il est possible que le gouvernement américain ait la certitude que cette attaque au gaz sarin ait été effectuée par le gouvernement de Damas.» explique tout d’abord le député avant de nuancer – un mot qui semble avoir disparu du vocabulaire des éditorialistes, et des dirigeants français.

« Néanmoins, l’’expérience  que nous avons du conflit en Syrie et en Irak nous a largement démontré qu’’il y a malheureusement de très nombreuses manipulations et actes de désinformation de la part de tous les belligérants. Nous avons tous en mémoire le discours prononcé par le secrétaire d’’État américain, Colin Powell, au Conseil de sécurité des Nations unies, le 5 février 2003 et les preuves falsifiées qu’’il produisit sur ordre pour justifier l’’intervention en Irak.»

Et Jacques Myard de poursuivre : « On ne peut non plus oublier la bavure de l’’aviation américaine qui a bombardé le 17 septembre 2016  par une « erreur » programmée une unité de l’’armée syrienne à Al-Tharda, près de Deir Ez-Zor. Le Pentagone a délibérément agi pour saborder la politique de John Kerry, secrétaire d’’État d’’Obama. Il faut donc être conscient que le Pentagone poursuit ses propres objectifs de politique étrangère.»

Avant de mettre en avant ce que peu rappellent : « On sait, en outre, que conformément aux conclusions des rapports d’enquête de l’’ONU, l’’utilisation de gaz est le fait du régime syrien comme des islamistes terroristes. ».

Et de mettre en garde : « La frappe de cette nuit par des missiles Tomahawk détruisant une  base de l’’armée de l’’aviation syrienne, unilatérale, est de nature à avoir des conséquences bien au-delà de la volonté de punir Bachar Al Assad. En effet :

–  Elle intervient en violation du droit international que la France défend de manière constante, seul le Conseil de Sécurité peut dans le cadre du chapitre VII de la Charte des Nations unies  la justifier.

– Qu’’on le veuille ou non, c’’est un retour aux actions unilatérales défendues par l’’administration BUSH II.»

Pour Jacques Myard, les conséquences sur le monde arabo-musulman vont être de nature à accroître les tensions au Proche et Moyen-Orient, à renforcer la volonté de certains États comme la Corée du Nord à se doter de moyens, y compris nucléaire pour résister à plus fort qu’eux dans une relation asymétrique.

Et de rappeler les déclarations de Pyongyang à Washington : «On veut la bombe car on ne veut pas que vous nous fassiez ce que vous avez fait à l’’Irak !», tout en alertant sur la menace de tensions dans le monde et en dénonçant  les États-Unis qui « se considèrent toujours comme le shérif international. Il est de l’’intérêt de la France, tout en condamnant l’’utilisation d’’armes chimiques, d’’ouvrir les yeux et de ne pas applaudir frénétiquement aux frappes américaines car le monde vient de franchir un seuil dangereux pour sa stabilité.»

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Bretagne. Littoral à la rencontre de pêcheurs des îles

Littoral propose une émission entièrement consacré aux pêcheurs. François Spinec sur l'ile de Sein dans le Finistère va bientôt...

Euro 2016 : un supporter, jugé pour violences, rentre en Russie et dénonce une justice politique

Mikhaïl Ivkine, l’un des deux supporters russes condamné pour «violences ayant entraîné une infirmité» à l’encontre d’un fan de...

4 Commentaires

  1. Depuis son origine le conflit syrien aurait fait près 500.000 morts. Pourquoi Bachar Al-Assad, alors qu’il est entrain de gagner la guerre grâce aux Russes, se risquerait-il à utiliser des armes chimiques pour tuer (seulement) 72 personnes ? Étonnant, non ?!

    • A enfin une personne avec un cerveau….!
      Ca devient rare de nos jours!

      Vous pouvez aussi poser la question :
      Pourquoi les Américains qui n’ont plus aucun poids diplomatique dans le conflit agissent de manière aussi rapide et brutale?

      Et question à Jacques Myard :
      « Elle intervient en violation du droit international que la France
      défend de manière constante, seul le Conseil de Sécurité peut dans le
      cadre du chapitre VII de la Charte des Nations unies la justifier ».

      Donc pour vous la France respectait ce principe lors des bombardements Français en Syrie, où plus proche nous lorsque la France refuse de reconnaître la nation bretonne et bloque la démocratie en Bretagne?
      (parce que cette fameuse Charte de l’ONU dont vous dites que la France la respecte à clairement son avis sur cette question qui semble quelque peu différent des actes de la France).

  2. Dommage que Trump n’ait pas attendu des preuves irréfutables ! Mais le seul désir de nos dirigeants UE ET US, c’est de dégager Bachar pour mettre un islamiste à sa place !!

  3. Les occidentaux, ricains en tête, veulent remplacer le président syrien élu par un islamiste ! C’ est eux qui ont désagréger cette partie du monde depuis le début des années 90 !! Ils devraient passer au TPI, mais c’ est vrai que le TPI ne juge que ceux qui ne marchent pas dans les combines des occidentaux mondialistes …….

Comments are closed.