En Marche! : La pizzeria de Morgan Simon vaut bien La Rotonde

A LA UNE

Immigration clandestine : les voyants sont au rouge

La Police aux frontières a récemment communiqué au Figaro le nombre d’arrestations et de refoulements d’étrangers en situation irrégulière...

Éric Roussel : « François Mitterrand n’a jamais renié ses engagements passés » [Interview]

« François Mitterrand, de l'intime au politique » sortira en version poche, dans la collection Tempus (Perrin) ce 22...

Christine Le Bozec a écrit Religion et Révolution par « refus de l’amalgame entre antireligion et anticléricalisme » [Interview]

Christine Le Bozec a longuement enseigné à l’université de Rouen où elle fût un temps doyen de la faculté...

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

30/04/2017 – 14H00 Nantes (Breizh-info.com) – Pour le géographe Christophe Guilluy, avec Emmanuel Macron, « La France d’en haut, celle de la mondialisation heureuse, a trouvé son candidat » (Le Monde, 27/04/2017). On doit reconnaître que le candidat des banques, des multinationales et du Grand Capital n’est pas un cachottier. Il a abattu ses cartes sans tarder. Dimanche soir 23 avril, tout content de son bon résultat obtenu au premier tour de la présidentielle, il alla « célébrer l’affaire à La Rotonde, fiesta qui rappela aux esprits taquins la soirée du Fouquet’s de Sarkozy en 207. Macron s’est agacé, assurant avoir invité ses secrétaires et officiers de sécurité : « C’était mon plaisir ce soir », « Je n’ai pas de leçon à recevoir du petit milieu parisien », « Vous n’avez rien compris à la vie » (Le Monde, 27/04/2017).

A La Rotonde, brasserie parisienne de Montparnasse, parmi les deux cents invités, on trouvait donc les « secrétaires » et les « officiers de sécurité ».  Mais le «plaisir» de Macron s’étendait à d’autres catégories n’appartenant pas à la France d’en bas : «Les politiques, les écrivains, les femmes et les hommes qui modestement depuis le début l’accompagnent» (Le Figaro, mardi 25 avril 2017).

« A l’intérieur, les visages connus sont vites repérés. Les acteurs Pierre Arditi et François Berléand, la chanteuse Line Renaud – « notre porte-bonheur » selon Macron -, l’auteur Philippe Besson qui écrit en coulisse le livre de la campagne, l’académicien Erik Orsena, l’essayiste Jacques Attali, celui-là même qui fut le premier à prédire un destin présidentiel au héros du jour, l’urbaniste Roland Castro, le journaliste Stéphane Bern… La soirée prend vite des allures de fête people » (Le Figaro, 25/04/2017). Les journalistes de VSD (27/04/2017) ont également vu Daniel Cohn-Bendit (« mon petit Emmanuel ») et le réalisateur Romain Goupil. On reste en famille !

Avant le casse-croûte de La Rotonde, deux associés gérants de la banque d’affaire Rothschild, avec lesquels Emmanuel Macron a travaillé durant près de quatre ans (de septembre 2008 à mai 2012), se pressaient au premier rang du QG du Parc des expositions, porte de Versailles, afin de filmer avec leurs téléphones portables l’arrivée du vainqueur du premier tour. « Accompagné de Laurent Baril, star des fusions acquisitions de la banque d’affaires, Olivier Pécoux, coprésident du comité exécutif du groupe Rothschild &Co, est un brin gêné d’être repéré par une journaliste du Canard » (Le Canard enchaîné, 26/04/2017).

On est bien loin des petites mains qui rament sur le terrain pour amener le banquier à l’Élysée. Il parait qu’il y aurait 6000 adhérents en Loire-Atlantique, répartis en trente comités locaux. L’équipe de campagne, c’est-à-dire les vrais militants, sont une vingtaine. Eux, évidemment, n’auront pas droit à une invitation à La Rotonde, ni aujourd’hui ni demain. A défaut de cette brasserie prestigieuse, Macron pourrait inviter ces braves chez Morgan Simon, 31 ans, qui « gère une pizzeria en franchise à Nantes. En rentrant du boulot, il va parfois coller des affiches, « seul dans la nuit », quand il ne participe pas aux multiples réunions d’En Marche ! 44, aux tractages, au porte-à-porte. Morgan est un militant de la première heure, dès le discours initiateur de Macron, en avril 2016 » (Ouest-France, 25/04/2017).

Valérie Oppelt de Kerever, référente d’En Marche ! en Loire-Atlantique, pourrait transmettre cette idée au patron Macron : déjeuner chez Morgan Simon, ça le changerait de la Rotonde où il a ses habitudes depuis dix ans ; ce serait aussi l’occasion pour lui de découvrir la base militante. Mme Oppelt  – créatrice d’entreprise dans l’éclairage d’intérieur – n’a peut-être pas perdu son temps avec Macron puisqu’elle a été intronisée candidate d’En Marche ! dans la circonscription de Nantes – centre : celle tenue actuellement par Marie-Françoise Clergeau (PS).  Grâce à la déglingue du PS, elle pourrait entrer au Palais-Bourbon.

Bernard Morvan

Photo : Sunlight Stringer/Flikr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Règlements de comptes à Nantes : un jeune homme tabassé et une chambre d’hôtel saccagée

La délinquance liée aux trafics de drogue continue à faire parler d'elle à Nantes, avec deux affaires en apparence...

départementales. L’Avenir français présente des candidats en Loire-Atlantique

L'Avenir Français, un mouvement composé de cadres de Debout la France qui ont quitté le parti de Nicolas Dupont-Aignan...