27/05/2017 – 07h30 Paris (Breizh-Info.com) – Un arrêt de la Cour de justice de l’Union Européenne du 7 novembre 2013 reconnaît l’homosexualité comme étant un motif valable pour obtenir le droit d’asile. Depuis, les demandes ont explosé et les clandestins semblent s’en servir comme prétexte.

Car l’homosexualité est une condition sine qua none qui a permis à plusieurs milliers d’étrangers d’entrer sur le territoire européen. L’Ofpra, l’office français de protection des réfugiés et apatrides a profité de la journée mondiale contre l’homophobie pour s’auto congratuler quant à son implication.

Et l’Ofpra a du boulot car depuis cet arrêt, les demandes de ce type se sont multipliées. 85 726 demandes d’asile ont été étudiées en 2016 pour des réfugiés venant de 133 pays. Et surprise… le motif de l’orientation sexuelle concerne un nombre élevé des demandes.

Pas étonnant lorsque l’on sait qu’aucune vérification n’est possible. En effet, le test de phallométrie, qui consiste à analyser les réactions physiques des candidats devant un film pornographique, et la preuve matérielle, vidéo ou photo, de leur activité sexuelle ont été interdits par la cour de justice de l’union européenne invoquant le respect de la dignité humaine et de la vie privée et familiale.

Ainsi, les agents de l’Ofpra ne peuvent se fier qu’à la bonne parole et l’honnêteté des candidats. Des petits malins semblent donc profiter de ce laxisme. Au fil des années, le nombre de demandes fondées sur une appartenance à la communauté LGBTI est en hausse, en particulier en Afrique Noir. Le Cameroun, le Sénégal, la Gambie, le Nigeria, l’Ouganda et la Tanzanie sont en pole position quant à ces demandes.

Mais afin de démasquer les candidats dont la sexualité est trompeuse, l’Ofpra a décidé d’agir. Ainsi, une section spéciale – le groupe « orientation sexuelle et identité du genre – a vu le jour. Elle sera composée d’une vingtaine de membres, épaulée par l’Ardhis, l’association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et transsexuelles à l’immigration et au séjour.

Avec un tel intitulé, pas de doute, ils sauront être objectif et contenir les migrations injustifiées…

Crédit photo :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

7 Commentaires

  1. C’est pas nouveau, les premiers cas ont commencé il y a 20 ans, quand cette immigration hors-contrôle en était à ses débuts. Il y avait aussi, mais je pense que ça existe toujours, des faux réfugiés qui se mettaient à critiquer violemment leurs gouvernants sur internet, jusqu’à ce que ceux ci les déclarent persona non grata. Ce qui leur permettait d’obtenir l’asile politique, sans parler des repris de justice, déserteurs et autres terroristes dans leur pays. Il faut encore ajouter qu’à la fin de la guerre des Balkans, certains Etats ouvraient les portes des prisons et laissaient filer de dangereux criminels, en général direction la Suisse et sa tradition humanitaire :) Ca avait fait le buzz à l’époque, je m’en rappelle :)

  2. Maintenant c est sa , ils vont nous prendre la tête combien de temps sur n importe quelle prétexte qu il retourne chez eux la poubelle (France) déborde

  3. des qu’ils auront le statut de réfugiés et la nationalité de leur pays d’accueil, ils feront venir leurs 4 femmes et 26 enfants du bled!

Comments are closed.