Bretagne. L’augmentation démographique due (en partie) à l’immigration

Immigration

L’INSEE a publié le 22 juin dernier ses prévisions en termes de démographie pour la région administrative de Bretagne, excluant donc malheureusement la Loire-Atlantique. Des prévisions qui s’étendent jusque l’horizon 2050, mettant en valeur plusieurs données.

Un million d’habitants en plus

La population ne va cesser d’augmenter si l’on en croît l’institut de statistiques. La Bretagne administrative devrait ainsi compter aux alentours de 4,2 millions d’habitants en 2050, soit une hausse d’un million par rapport à l’heure actuelle.

En ce qui concerne le département de la Loire-Atlantique, les prévisions de l’INSEE anticipent également une forte augmentation de la population. Le Pays nantais comptait en 2013 quelques 1 329 000 habitants. Ils seront 1 774 000 en 2050, soit un accroissement de 445 000 habitants. La Bretagne historique serait donc peuplée de presque 6 millions d’individus en cette moitié de 21ème siècle.

Une croissance forte et inégale

Le solde migratoire breton sera caractérisé par une augmentation supérieure à de nombreuses régions administratives françaises. Effectivement, c’est à une hausse annuelle de 0,49% sur la période comprise entre 2013 et 2050 que s’attend l’INSEE.

Mais cette hausse ne se fera pas de façon uniforme sur le territoire breton, bien au contraire. La Bretagne occidentale va connaître une croissance relativement faible puisque les Côtes d’Armor et le Finistère ne vont voir leur démographie augmenter « que » de 0,26% d’ici 2050. Le Morbihan aura une situation intermédiaire avec une hausse prévue de 0,51% et une situation très contrastée au sein même du département entre l’Ouest et l’Est. En revanche, la Bretagne orientale va subir une réelle augmentation de son nombre d’habitants.

L’Ille-et-Vilaine, sous l’influence du bassin rennais et de l’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse depuis Paris verra sa démographie gagner chaque année 0,78% entre 2013 et 2050. Ce qui fera du département le 4ème de France métropolitaine en termes d’accroissement de population. Quant à la Loire-Atlantique, Nantes et ses environs vont connaître une hausse symétrique aux voisins rennais puisque l’augmentation démographique annuelle est également annoncée à 0,78% sur la même période.

Immigration

L’immigration à l’origine de la hausse

Intéressons-nous à présent aux origines de cet accroissement de population en Bretagne. Il peut sembler contradictoire dans un premier temps étant donné la faiblesse annoncée du solde naturel. Ce dernier présagerait même d’un nombre de décès annuels supérieur de 6 000 au nombre de naissances en 2050.

C’est donc le solde migratoire qui va être à l’origine de cette augmentation de population. Ce solde sera particulièrement excédentaire selon les prévisions et contribuera à hauteur de +0,50% en moyenne sur la période comprise entre 2013 et 2050. L’attractivité de la Bretagne, terre si longtemps décriée, va ainsi se confirmer.

Mais qu’implique donc concrètement ce solde migratoire positif ? Qui seront les nouveaux venus en Bretagne ? Jeunes actifs en quête d’un emploi ? Qualifiés ou non ? Retraités bretons de retour au pays ou fuyant simplement le vacarme et l’insécurité des métropoles françaises ? Ces nouvelles arrivées auront des conséquences sur plusieurs plans, notamment l’immobilier, comme nous l’avons précédemment évoqué ICI. Une chose est sûre, la prédominance des flux entre les villes bretonnes et Paris n’est plus à démontrer, comme le prouve le graphique ci-dessous, omettant toutefois les données concernant Nantes. Rennes voit par exemple presque 30% de ses migrations résidentielles se réaliser avec Paris.

Immigration
Source : INSEE/Octant Analyse numéro 62

Par ailleurs, des mouvements de populations entre les quartiers dits « sensibles » d’Île-de-France et les grandes villes bretonnes telles Nantes, Rennes ou Brest ont déjà eu lieu par le passé, la faute à des logements sociaux saturés en région parisienne tandis que la Bretagne disposait de places vacantes. Un système de vases communicants qui risque de se poursuivre à l’avenir, avec des conséquences en Bretagne, à l’instar du quartier de Kercado à Vannes.

VL

Crédit photo : DR/insee.fr
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Augmentation due à l’immigration.
    C’est plus qu’évident..

    Mais si on on pense en premier lieu à immigration non européenne, il n’y a que peu de doute sur le fait que la principale immigration est française.

    Je suis impressionné par le nombre de personnes d’origine française que je rencontre… il conviendrait d’avoir une étude sérieuse sur ce sujet.

    Les Français quittent massivement leur pays pour venir s’installer en Bretagne.

    A cela, il me semble y avoir plusieurs raisons :
    1) Déjà le romantisme lié à la Bretagne (souvent lié aux paysages plus qu’aux Bretons eux-même même si l’inverse existe également mais souvent dans une vision carte postale et bucolique de ce dernier…).
    2) Le fait que l’économie bretonne dispose de secteurs dynamiques surtout dans les hautes technologies, or un ingénieur breton est pratiquement programmé dès sa naissance pour quitter la Bretagne et aller chercher du travail en France (état d’esprit similaire avec l’Africain, les 2 étant colonisés dans leur tête) et ce vide est comblé par les Français qui s’installent en Bretagne.
    3) Et surtout, nombre de Français quittent leurs villes et leurs régions d’origine car étant sinistrées par un fort taux d’immigration non européenne… (c’est une raison peu avouable, mais que j’ai entendu de manière récurrente… « En Bretagne on se sent encore en Europe…! »)

    Le problème, c’est que ces arrivages massifs de migrants français sont favorables à une Bretagne française (afin de garder le lien avec leur pays d’origine) et peu favorable à une Bretagne Bretonne…

    Si cela continue, c’est la minorité française qui fera la balance des décisions dans une Bretagne souhaitant s’émanciper…

    Ce « Grand Remplacement » (pour reprendre un mot à la mode) est très certainement la première menace sur la Bretagne bien avant celui d’une émigration extra-européenne.

      1. Encore un français inculte..

        Bécassine est française, elle a été créée sous les traits d’une Bretonne pour démonter comment ces dernières étaient stupides face à l’intelligence (française, bien sûr..)… on se réconforte comme on peut…

        Garder votre oeuvre d’art… elle est à vous.

        Mais ce qui est intéressant, c’est que les « ploucs » ou du moins leur pays devient intéressant maintenant que vous avez détruit le votre…. comme quoi la perception de l’intelligence est une chose relative…

    1. Exactement les colons Franco-latins sont beaucoup plus nombreux que les colons Franco-africains en Bretagne. C’est une réalité indéniable .

  2. la Bretagne socialiste sera envahie par l’immigration. Les bretons vont y perdre leur identité, tout comme la Normandie, proche de Paris et de la région Ile de France.

    1. Socialiste, LR ou autre cela ne change rien. L’Alsace n’a jamais voté à gauche et sa situation n’est pas meilleure . Il faut se libérer de la France pour avoir une chance de décider pour nous mêmes.

  3. Et avec Rennes à une heure de Paris les français vont arriver encore plus nombreux. Compte-tenu de notre sujétion politique et de notre francisation linguistique la masse des arrivées françaises est particulièrement destructrice pour le peuple breton.

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS