France Inter : quand Hélène Jouan s’en prend à de Rugy

A LA UNE

En passe de quitter les micros, l’équipe actuelle de la matinale de France Inter semble s’en donner à cœur joie. Sur le plan du militantisme politique et idéologique. La revue de presse d’Hélène Jouan témoigne de cette ambiance délétère qui lasse nombre d’auditeurs. La revue du 28 juin 2017 apparaît exemplaire de ce qu’est devenu le « journalisme » de service public.

Où sont les femmes ?

7 heures 40, Hélène Jouan s’interroge : « Comment mieux accueillir les femmes dans l’espace public ? Des événements récents, notamment dans le quartier parisien de La Chapelle Pajol, ont remis en lumière la question de la place et de la sécurité des femmes dans les villes ». Jouan explique que depuis plusieurs années nombre de personnes « réfléchissent à la manière d’aménager l’espace pour que les femmes s’y sentent plus à l’aise, au-delà même de la seule question de la sécurité ». L’auditeur attentif aux événements survenus dans le quartier de La Chapelle Pajol tend l’oreille. Rappel : en mai 2017, des femmes du quartier ont initié une pétition pour dénoncer le harcèlement et même les agressions sexuelles récurrentes. Les témoignages sont nombreux, les actes délictueux quotidiens. En cause ? La forte présence de migrants dans le quartier. Ce sont ces derniers qui provoquent les femmes, les insultent, parfois les agressent. Pour Hélène Jouan ? La question est plutôt, par exemple, que « les skate parcs sont vécus comme réservés aux garçons. Alors, pour que les filles les investissent, eh bien, la commune de Malmöe, en Suède, a décidé de leur consacrer cet espace un jour par semaine ». Jouan ne précise pas si la journée non mixte est divisée en plusieurs créneaux. L’un, par exemple, réservé aux femmes musulmanes voilées.

Et les migrants ?

Et de se féliciter : « La question de l’aménagement des squares et des places publiques commence à être intégrée dans les plans de rénovation malgré quelques réticences de la part des élus quand il s’agit de poser les politiques publiques en termes de genres ». Après avoir omis d’indiquer que les événements de La Chapelle Pajol ne concernent pas seulement « la place des femmes dans l’espace public » mais bien des agressions perpétrées par des migrants considérant les femmes comme des « salopes », Hélène Jouan pose ses termes du débat : la question est celle du genre. Pas de fake news de sa part, un simple oubli : le mot « migrants », jamais prononcé. « Rien n’est simple, rien n’est binaire », conclut-elle cependant.

L’heure où Hélène Jouan « Rugy »

La question est celle du genre, c’est dit. Et pas seulement dans ce quartier. Pareil à l’Assemblée Nationale : « Là, pas besoin de designers pour reconfigurer le perchoir qui échoit de nouveau et comme d’habitude à un homme, vous, François de Rugy ». Car le président de l’Assemblée, récemment élu, est l’invité de France Inter. Interlude : Jouan évoque un tweet « amusant du Figaro, dont ce n’est pas l’habitude ». Intervention de Patrick Cohen : « Ah oui, quand c’est amusant c’est le Gorafi, quand c’est pas amusant c’est Le Figaro ». En instance de départ pour Europe 1, Cohen a depuis plusieurs jours du mal à se contenir. L’auditeur le sent au bord du dérapage. Hélène Jouan, reprise : « Je ne sais pas si vous avez eu le temps de lire la presse ce matin vous concernant François de Rugy, je vous cache pas qu’elle est assez sévère à votre endroit, voire carrément violente parfois ». La preuve : « Michel Soudais, sur le site de Politis titre Un parjure à la présidence de l’Assemblée ». François de Rugy comprend alors qu’il est tombé dans un traquenard et réagit : « La grande presse, ah oui ? Grand public ». Jouan insiste, « Un parjure, un parjure ». François de Rugy : « Non, écoutez, c’est une presse militante. Il faut le dire. D’extrême gauche ». Hélène Jouan, visiblement énervée d’être interrompue, insiste, citant toujours Politis et accentuant le mot « déloyal ». Appuyé sur d’autres Unes, le portrait est entièrement à charge, méprisant (« avec votre petit score aux primaires socialistes »). Très vite, l’auditeur comprend que François de Rugy a quitté le studio, préférant attendre dans un des couloirs de Radio France que la lionne de la revue de presse en ait terminé.

Un menu boboland à haute teneur en aigreur

Arrive la question de la Loi Travail et des ordonnances. Les journalistes de La Matinale de France Inter ont semble-t-il compris que leur soutien éhonté en faveur du candidat Macron n’est pas récompensé par les premières salves du président ou du gouvernement. Boboland ne reconnaît plus son soldat Macron. Hélène Jouan ne s’attarde pas, passant directement aux « révélations du Canard Enchaîné » au sujet des soupçons pesant sur le voyage d’Emmanuel Macron, alors ministre des Finances, à Las Vegas. Voyage qui fut organisé par l’actuelle ministre du Travail Muriel Pénicaud, semble-t-il au mépris des usages relatifs aux appels d’offres. Hélène Jouan : « Et au chapitre pas facile d’avoir eu une vie avant, Le Canard Enchaîné en remet une petite couche sur l’affaire Richard Ferrand ». Il s’agit de la jeune compagne du proche du président, embauchée comme directrice du personnel des Mutuelles de Bretagne alors qu’elle avait 25 ans et qu’elle était étudiante. « Un job d’étudiant pour 80 000 euros ». Macron, de Rugy, Ferrand. France Inter et Hélène Jouan semblent saisir combien ils ont été floués par les personnalités qu’ils ont aidé à accéder au pouvoir à grand renfort de journalisme militant. Il y a de l’aigreur derrière les micros. Hélène Jouan ne quittera cependant pas le studio sans avoir épinglé Le Figaro et Etienne de Montéty, coupables de ne pas être à 100 % en faveur de la PMA. Le Figaro ? « Mots pour mots, les arguments de LMPT ». Retour au point de départ : les droits des femmes sont menacés, selon Jouan. Toujours pas par les migrants de La Chapelle Pajol. Par Le Figaro.

Écouter la revue de presse signée Hélène Jouan, c’est un peu comme se procurer des exemplaires de La Pravda sur un marché aux puces de Berlin. C’est vintage.

 Source : OJIM
Photo : Philippe Moreau Chevrolet/Flickr (cc)
.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Lorient. Un migrant tunisien s’échappe alors qu’il devait être expulsé…il ne sera pas expulsé !

Une nouvelle histoire qui témoigne de la capitulation de la République française sur la question de l'immigration - et...

Présidentielle 2022. Emmanuel Macron donné en tête devant Marine Le Pen et Valérie Pécresse

Dans un peu moins de 3 mois, si le gouvernement actuel ne fausse pas les règles du jeu, la...

1 COMMENTAIRE

  1. « Comment mieux accueillir les femmes dans l’espace public ? »

    Il faudrait aussi se demander comment mieux accueillir les non-juifs dans l’espace public de France-Inter. Comment se fait-il que les Gaulois soient tellement sous-représentés sur cette radio ? Et comment se fait-il que les faux-culs du Canard Enchaînés trouvent ça normal ?

    Dans le temps, ça me révoltait que les Bretons n’aient pas droit à leur propre télé et leur propre radio. Les autorisations d’émettre n’étaient que pour Paris. Mais il faut bien constater que les Français non plus n’ont pas droit à leurs propres médias. Ceux qui s’en plaignent risquent même le tribunal.

    « forte présence de migrants dans le quartier. Ce sont ces derniers qui provoquent les femmes, les insultent, parfois les agressent. »

    Cet article de l’OJIM reproche à Hélène Jouan de cacher la vérité, et d’attribuer aux Français de souche les agressions commises par les migrants.

    Mais il faudrait aller jusqu’au bout. D’où vient le problème de comportement des journalistes de France-Inter ? D’où vient leur agressivité, leur vulgarité, leurs positions politiques anti-européennes ? Il y a un énorme gouffre entre eux et la population française. Qui est responsable de cette situation ? L’OJIM prétend que ce serait un problème de boboïsme. Ce n’est pas mieux que d’attribuer aux Français de souche les agressions commises par les migrants.

    Contrairement à ce que dit cet article, ce ne sont pas les bobos qui ont créé Macron. Ce serait plutôt certains réseaux socialistes, les médias, Rothschild et compagnie…

    Il n’y a qu’à voir cette affaire du voyage de Macron à Las Vegas. Muriel Pénicaud était directrice de « Business France », un établissement public financé par les impôts (Directeur du comité exécutif: Frédéric Kaplan / Présidente du Conseil d’Administration: Seybah Dagoma). On lui reproche d’avoir utilisé l’argent public de Business France pour faire la promotion de Macron sous couvert de promouvoir l’industrie française à l’étranger. À mon avis, les responsables de Business France ont aidé Macron pour qu’il leur retourne la faveur par la suite, à eux et à leurs amis. Ou peut-être leur avait-il déjà fait des faveurs quand il était ministre de l’économie. Ou peut-être se connaissaient-ils personnellement. Mais ça n’a rien à voir avec la sensibilité bobo. C’est une affaire de fric et de réseaux cachés.

    Je reviens sur la franco-tchadienne Seybah Dagoma de Business France. D’après wikipedia, elle doit sa carrière à des gens comme DSK, Delanoë, Terra Nova, Hidalgo, Claude Bartolone, Michel Winock (spécialisé dans la dénonciation de l’antisémitisme), etc. C’est clair que ce sont des réseaux socialistes.

    C’est instructif aussi de voir qui sont les collègues, prédécesseurs, et successeurs de la harpie Hélène Jouan à France-Inter. Ce ne sont pas des bobos, ce sont des militants anti-blancs.

    Ceux qu’on appelle les bobos, ce sont les gauchistes friqués qui sont un peu à côté de leurs pompes sur les questions politiques. C’est le genre de gens qui gobent tout ce qu’ils entendent sur France-Inter. Et c’est vrai qu’ils ont voté Macron (ou Merluchon), mais ce n’est pas eux qui l’ont créé. Par contre, les journalistes de France-Inter ont activement participé à descendre Fillon (et Le Pen) et à créer Macron. Il ne faut pas les considérer comme des « bobos », mais comme des activistes anti-blancs.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés